Ronaldinho est-il vraiment de retour ?

Meilleur buteur du championnat brésilien, Ronnie flambe avec Flamengo et vient d'être rappelé en équipe nationale. A 31 ans, le ballon d'or 2005 a-t-il encore un avenir au sein de la Seleção ?

Modififié
2 0
Quand il a débarqué à Rio en début d'année, les plus sceptiques étaient persuadés que Ronaldinho s'octroyait une sympathique retraite dorée, avec plage et samba et gogo. Effectivement, lors de ses premières semaines à Flamengo, il a plus fait parler de lui par ses virées nocturnes que par ses exploits sportifs. Notamment pendant le Carnaval, lors duquel il n'a pas hésité à festoyer jusqu'à l'aube plusieurs jours de suite, défilant pour plusieurs écoles de samba en plein milieu du championnat carioca. Du coup, même si cette compétition a été remportée haut la main par les rouge et noir, qui ont même terminé invaincus, Ronnie était loin de faire l'unanimité. Le championnat brésilien commence sur les mêmes bases : Flamengo ne perd toujours pas, mais n'enflamme personne et Ronaldinho semble jouer avec le frein à main. Pourtant, tout a changé le 27 juillet dernier. Le déclic s'est produit au stade Vila Belmiro, face à Santos, tout juste sacré champion de la Copa Libertadores. Pour ne rien gâcher, le match est retransmis en prime time un mercredi soir sur la TV Globo, juste après la telenovela. Ronnie, qui dès ses années parisiennes était déjà connu pour choisir ses matchs pour briller dans les grandes occasions, ne pouvait pas rêver mieux pour faire taire les critiques.



D'autant plus qu'il avait été provoqué par un jeune loup au dents (et à la crète) longues, Neymar. En 25 minutes de jeu, Santos mène déjà 3-0 avec deux coups de génie de son petit prodige : une passe décisive hallucinante sur retourné acrobatique pour le deuxième et dribble d'extraterrestre sur Ronaldo Angelim sur le troisième. Piqué dans son orgueil, Ronnie sonne la révolte cinq minutes plus tard en marquant de près dans les cages vides, puis dépose le ballon sur la tête de l'ancien bordelais Deivid pour le but du 3-3 juste avant la mi-temps. En deuxième période, les deux stars haussent le ton : Neymar slalome une nouvelle fois dans la défense et redonne l'avantage à son équipe. C'est le moment choisi par R10 pour ressortir des gestes de génie dignes de ses plus belles heures au Barça : petite talonnade pour lui-même, double contact, il se fait sécher à l'entrée de la surface. Sur le coup-franc qui suit, il attend que le mur saute pour décocher une petite frappe vicieuse à ras de terre. Après cette nouvelle égalisation, le coup de grâce a lieu à dix minutes de la fin, d'un plat du pied qui vient se loger dans le petit filet du gardien adverse. Score final 5-4, le match de l'année au Brésil pour des médias locaux sous le charme.



Le plein de confiance



En un peu moins d'une heure, Ronnie s'est remis tout le pays dans la poche, y compris Mano Menezes, le coach de la seleção, qui rêve de voir les deux stars de ce match se tirer la bourre en jouant dans le même camp : « j'ai l'impression qu'il y a eu une émulation positive entre Neymar et Ronaldinho. C'était important de voir la réponse de Ronaldinho à ce moment-là. C'est merveilleux pour le foot brésilien, qui attendait depuis longtemps de le revoir à ce niveau » , a-t-il déclaré après l'avoir convoqué pour le match amical du 5 septembre contre le Ghana. C'est la deuxième fois que Mano fait appel à lui, après le Brésil-Argentine de la fin de l'année dernière, alors qu'il vivait ses dernières heures au Milan AC. Pourtant, est-il raisonnable de penser que Ronaldinho pourra avoir sa place dans le onze brésilien qui disputera la Coupe du Monde 2014 à domicile ? «  Je ne pense pas qu'il soit exagéré de penser qu'il pourra être au top à 34 ans. Il n'a jamais eu de blessure grave, il est en pleine forme et il a le bagage technique pour être une grande référence au sein de la Seleção » , répond le coach.



Ronaldinho pourrait donc apporter la touche d'expérience qui manque à l'équipe et surtout, redonner confiance à un groupe en plein doute. Le moins qu'on puisse dire, c'est que la formule a fait ses preuves au Flamengo. Même quand il n'est pas au top, sa seule présence sur le terrain semble suffire à galvaniser ses coéquipiers. D'ailleurs, comme par hasard, les rouge et noir ont perdu leur premier match de championnat mercredi dernier contre l'Atletico Goianense. Une branlée mémorable (4-1) à domicile, avec des joueurs qui semblaient perdus sur le terrain. Pourtant, cette convocation peut surprendre à certains égards. Si le match contre Santos a tant marqué Mano, pourquoi n'a-t-il pas rappelé Ronnie dès le match amical contre l'Allemagne le 10 août ? La rouste (3-1) infligée par les teutons l'a peut-être poussé à céder à la pression populaire, au détriment de ses convictions et de sa volonté de donner leur chance aux jeunes. Les mauvaises langues affirment même qu'il a juste fait appel au meilleur joueur de Flamengo pour favoriser son ancien club, les Corinthians, qui l'affrontent moins de 48h après le match amical contre le Ghana. En attendant, R10 continue à briller. Ce dimanche, il s'est fendu d'un coup-franc magistral contre l'Internacional Porto Alegre, les grands rivaux de son club formateur, le Grêmio. Ce qui fait de lui le meilleur buteur du championnat, avec dix pions, avant même la fin des matchs aller.









Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
On était à La Beaujoire
2 0