En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Primera Division
  4. // Querétaro

Ronaldinho dévalué, mais Ronaldinho adulé

Suite des aventures de Ronnie au Mexique. Alors que les Gallos Blancos de Querétaro rétrogradent au classement (12es), on apprend que Ronaldinho n'est pas le joueur le mieux payé au pays de Zapata, même s'il ramasse tout de même quelques millions de pesos.

Modififié
Histoire d'une dévaluation. Ronaldinho, l'ex-meilleur joueur du monde, ne vaut désormais pas plus que l'ex-OL, César Delgado, et même un peu moins, à se fier aux chiffres publiés par la presse mexicaine. À Querétaro, la star brésilienne toucherait ainsi 1,7 million d'euros annuels. Acheté par les Rayados Monterrey en 2011, Chelito avait alors confessé qu'il gagnait aussi bien sa vie au Mexique que sur les bords du Rhône : au moins 1,8 million d'euros par an. Autrement dit, Ronaldinho n'est pas le joueur le mieux payé de la Liga MX, où des joueurs comme l'international chilien Humberto Suazo (Rayados) ou le Mexicain Oribe Peralta (América) peuvent ramasser deux millions annuels. Ronnie touche aussi un salaire largement inférieur à celui de son ex-coéquipier du Barça, Thierry Henry, qui affiche pourtant trois ans de plus au calendrier, et encaisse plus de trois millions d'euros chez les New York Red Bulls. Pour être juste, la MLS aurait sans doute été prête à claquer des millions sur Ronnie, mais peut-être le Brésilien n'était-il pas enthousiaste à l'idée de rejoindre un championnat moins compétitif que le Mexicain, mais où l'effort est moins négociable.

Querétaro chute au classement


Les chiffres mentent rarement et disent tout du déclin de Ronnie, dont la baisse de rendement n'a toutefois jamais entamé sa cote de popularité. Pour se délecter de son toucher de balle, d'un geste technique qui porte sa griffe, ou d'une frappe divinement enveloppée, on paie toujours pour voir Ronaldinho. Au Brésil, en France ou au Mexique. Quand les chiffres de son salaire ont commencé à filtrer, une rémunération additionnelle sur la billetterie et le merchandising a d'ailleurs été évoquée. Les dirigeants de Querétaro nient l'existence d'un tel bonus, tout en reconnaissant que recruter Ronaldinho pourrait tout avoir de la belle opération financière. Avec la star brésilienne, les Gallos Blancos jouent à guichets fermés, et n'ont jamais vendu autant de maillots. L'art n'est pas utile, mais il peut rassembler les foules et valoir de l'or. Sur le terrain, l'investissement pourrait, en revanche, s'avérer contre-productif. C'est ce que les impitoyables chiffres racontent là encore. Avant que Ronaldinho ne joue son premier match lors de la neuvième journée du Torneo Apertura 2014, Querétaro pointait ainsi à la huitième place. Aujourd'hui, les Gallos sont douzièmes sur dix-huit après treize journées. Sur le terrain, l'effet Ronaldinho n'a clairement pas eu lieu, même si le Brésilien a déjà marqué trois buts en six matchs. Une belle moyenne pour un nouveau venu. Vendredi, sur le terrain des Xolos Tijuana, Ronnie, qui avait jusque-là frappé sur coups de pied arrêtés, a inscrit son premier but dans le jeu : une reprise de la tête à bout portant suite à un beau travail sur le côté de Danilinho, son ex-coéquipier de l'Atlético Mineiro. Mais la star brésilienne, qui a disputé les 90 minutes, n'a pu empêcher la troisième défaite de rang des siens (1-2), qui dessine un inquiétant déclin.

Vidéo

« Il est vraiment regrettable que Ronaldinho n'ait pas voulu payer le prix que demande d'être un sportif professionnel » a déclaré lundi Levir Culpi, son dernier entraîneur à l'Atlético Mineiro. Culpi a connu quelques heurts avec Ronnie, notamment pour l'avoir remplacé en cours de match. À Querétaro, Nacho Ambriz a osé sortir la star à la condition physique douteuse lors de ses premiers matchs, mais selon la presse mexicaine, il lui aurait vivement été déconseillé depuis de rééditer l'opération. Car si Ronaldinho n'est plus le meilleur joueur du monde et l'un des mieux cotés de la planète, il n'en reste pas moins le joueur le mieux payé de Querétaro. La dévaluation des uns est l'inflation des autres.

Thomas Goubin, au Mexique
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Une Roma redimensionnée ?