1. //
  2. // 31e journée
  3. // AS Roma /Lazio Rome (1-1)

Rome n'a pas trouvé de roi

Encore un derby romain complètement fou. La Lazio a longtemps maîtrisé la rencontre, longtemps mené, mais a raté le but du break qui lui tendait les bras. La Roma en a profité pour refaire son retard en seconde période. Match nul, balle au centre (1-1).

Modififié
2 10
Roma-Lazio : 1-1 (0-1)
Buteurs : Totti (56e sp) pour la Roma. Hernanes (16e) pour la Lazio.

Non, un match de football ne tient pas à grand-chose. Au terme de ce derby de Rome, ce n'est pas Hernanes qui dira le contraire. Le Prophète de la Lazio a placé son équipe sur de bons rails avec une superbe frappe en première période, et aurait pu tuer le match au tout début du deuxième acte. Mais le Brésilien a raté son péno. Et par là même, le vent a tourné. Jusque-là empruntée en phase offensive, la Roma reprendra confiance et parviendra à égaliser grâce à un nouveau péno signé Totti. Inutile de dire que l'issue aurait été tout autre, si Hernanes n'avait pas manqué ce satané pénalty. Mais au final, ce nul somme toute logique profite davantage aux Biancocelesti. En plus de rester au contact des places européennes, ils maintiennent leurs rivaux à trois points. Pour la suprématie de la Ville éternelle, il faudra attendre, peut-être, une finale de Coupe d'Italie.

Une Roma maladroite, une mine du Prophète

À la base, on a bien cru qu'il n'y aurait pas de derby. C'était carrément le chaos aux abords de l'Olimpico en marge de la rencontre, les affrontements entre ultras ayant fait pas moins de deux blessés par arme blanche. Ambiance d'autant plus tendue donc, au moment du coup d'envoi. Pour ce qui est du jeu, et c'est une habitude, on commence avec de l'engagement, de gros contacts, des fautes. Sur les dix premières minutes, les deux équipes s'observent sans que l'une d'elles ne prenne le jeu à son compte. C'est une frappe de Candreva à l'approche du premier quart d'heure qui lance véritablement le match. Dès lors, deux-trois actions s'enchaînent de part et d'autre. Et vient Hernanes. Lulić mène une contre-attaque et sert le Prophète, esseulé aux 30 mètres. Celui-ci avance, feinte une frappe du droit, enclenche le gauche. Une véritable mine qui vient se loger dans la lucarne d'un Stekelenburg impuissant (0-1, 16e). Alors là oui, la rencontre est bien lancée. Mais comme avant l'ouverture du score, ça reste équilibré en matière de possession. Cependant, là où les Laziali parviennent à inquiéter l'arrière-garde adverse avec un jeu très direct, les Giallorossi galèrent vraiment à franchir le dernier rideau. Certes, les Biancocelesti défendent bien. Mais le défaut vient avant tout de ces attaquants romains, trop statiques, pas assez inspirés. Il faudra attendre la fin de période pour admirer un léger mieux, symbolisé par une belle frappe lointaine de Totti. Voilà qui augure un second acte encore plus disputé.

Deux pénos, Totti ne le manque pas

Pourtant, ce match promis à plus d'équilibre manque d'être tué d'entrée. À peine cinq minutes de jeu, en effet, que le central romain Marquinhos touche le ballon du bras dans sa surface. L'arbitre désigne très justement le point de pénalty et offre à Hernanes la formidable occasion de faire le break. Mais le Brésilien manque l'offrande, ratant le cadre. On le sait, que le numéro 8 laziale est irrégulier, parfois même au cours d'une même rencontre. De fait, le type sort complètement de son match. Quelques minutes après son raté, il commet une nouvelle erreur en taclant Pjanić dans sa surface. Péno pour la Roma, et celui-là, Totti ne le rate pas (1-1, 56e). Logiquement, ces deux faits profitent à des Giallorossi qui ont retrouvé la confiance. Plus entreprenants, ils manquent de très peu de prendre l'avantage, Marchetti sortant une double parade impressionnante sur les tentatives de Totti et Florenzi. La donne tourne définitivement à leur avantage à la 70e d'ailleurs, moment où Biava prend une deuxième biscotte. On s'attend à une attaque-défense, il n'en est rien. Si la Lazio fait de la résistance, c'est toujours la Roma qui se procure les meilleures opportunités pour l'emporter. C'est ainsi que Lamela, complètement esseulé au second poteau sur un corner, manque une tête à 20 centimètres du but vide. Incroyable. La Lazio tient bon et conservera finalement ce petit nul. Si elle pourra toujours regretter ses occasions manquées, elle pourra aussi se satisfaire d'avoir tenu le choc à 10 contre 11. Et puis, la Roma reste à bonne distance au classement.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Donc un joeur de la lazio a pour nom ONAZI.

Paolo di canio likes this.
fernandollorientais Niveau : CFA
Et moi qui voulait envoyer une rafale de crottes de nez sur Fergie après cette nouvelle défaite tactique, je n'aurais donc point d'exutoire...
milanello44 Niveau : CFA
La frappe d'Hernanes... Magnifique!!!
Le penalty d'Hernanes...Pathétique!!!
Un partage de point qui satisfera tout le monde sauf la Roma qui peut nourrir des regrets, même si au final ce nul est logique avec une mi-temps chacun.
En tout cas c'était un match avec une grande intensité et très plaisant à voir.
Merci Hernanes pour cette superbe frappe et ce péno loupé et merci Totti pour ne pas avoir tremblé, comme d'habitude quoi.
Sinon Marchetti signe au Milan je te kiffe trop et pourquoi un stade presque à moitié vide?
Pour le stade à moitié vide, sa doit être tout betement par mesure de sécurité, vu que les supporter des deux equipes se battent à la moindre vue d'une couleur adverse.
L'anima de li mortacci tua ! Niveau : Loisir
Oui exactement c'est pour ça. Des places sont invendables pour qu'il y ait un "no man's land" entre la curva Nord des supporteurs de la Lazio et les tifosi de la Roma placés dans la tribune latérale, afin d'éviter les bastons.
Quand c'est la Lazio qui accueille, le "no man's land" est de l'autre côté, vers la Curva Sud.
C'est juste, beaucoup de places en latérale Tevere(celles qu'ont voit a la TV) sont vides par sécurité car par le passé il y a eu de gros incidents notamment début des années 2000' entre membres de la Curva Sud et Nord infiltrés dans cette tribune pour se prendre a coups de ceintures, jets de fumigènes et autres...

Sinon sur le match Lamela quelques éclairs de génie mais il rate un but tout fait a 10cm des cages malgré sa main j'ai trouvé Marquinhos très propre dans ses relances et dans les duels pour seulement 18 ans et il y a Hernanès capable du pire comme du meilleur rate le penalty du KO...
Encore une fois on s'en est remis au capitano pour revenir dans la partie, il a été le seul par qui le danger est venu côté giallorossi. Que ce soit sur coup de pied arrêté ou dans l'entrejeu il fait toujours la différence. ETERNEL!

Très inquiétant pour la Roma néanmoins qui ne produit plus de jeu, depuis l'éviction de Zeman c'est très pauvre. On a gagné en stabilité défensive (et encore quand Marcos est là sinon...) mais le milieu de terrain est devenu stérile, aucune imagination dans le jeu on s'en remet aux quelques fulgurances de Totti et Lamela lorsqu'ils décrochent de leur avant-poste.
La societa américaine va vraiment avoir du boulot pour récupérer ces deux dernières années médiocre et ça passera avant tout par l'acquisition d'un coach qui aura de la discipline et un charisme à transmettre aux joueurs. Et surtout un homme confirmé et ayant fait ses preuves au haut niveau! Car les paris Luis Enrique et Zeman était très risqué et on a vu les résultats...
Depuis deux ans c'est la cour de récréation et les joueurs semblent faire la loi. En témoigne le cas Osvaldo qui était, selon les rumeurs, à Londres à se la couler douce ce soir au lieu de soutenir ses coéquipiers. Une suspension est censé être une punition et non pas des vacances! Mais les dirigeants vont surement encore laisser passer cela...

Quand je pense qu'on a recalé un romanista Montella pour ses prétentions salariales qui étaient pourtant moindre que ses deux successeurs...affligeant...
Luis Enrique était un pari plutôt sympa mais Zeman non. Avec lui il y avait des quasi certitudes qui se sont d'ailleurs trouvées être confirmées.
@ CrazyJess6,
Changer d'entraîneur cet été signifierais une nouvelle année de transition... Laisser du temps à Andreazzoli peut être une solution mais j'ai peur que l'on soit encore déçu dans quelques mois. La società va encore devoir prendre une décision ultra importante, en espérant que cette fois-ci ce soit la bonne. Un tel potentiel si mal exploité c'est quand même dur à encaisser.
Celui qu'il faudrait à Roma, c'est Montella. Mais son retour c'est pas pour aujourd'hui
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2 10