Rome aux deux visages

Pendant que la Lazio inaugure sa saison européenne en collant six pions à Rabotnicki (6-0), avec notamment un doublé de Djibril Cissé, la Roma perd la tête et s'incline face au Slovan Bratislava (0-1). Retour sur une soirée vécue résolument différemment par les deux rivales de la capitale italienne.

Modififié
0 1
Lazio Rome 6–0 Rabotnicki


Buts : Hernanès (19è), Mauri (38è), Cissé (51è, 65è), Rocchi (88è) et Klose (90è) pour la Lazio

Slovan Bratislava 1–0 AS Roma


But : Dobrotka (80è) pour le Slovan

Le bleu et le rouge. Le jour et la nuit. A 1.200 kilomètres de distance, les deux équipes romaines, qui honoraient ce soir leur premier match officiel de la saison, ont été, comme bien souvent, l'opposé l'une de l'autre. La Lazio, qui recevait les gentils Macédoniens de Rabotnicki, s'est présentée avec une équipe-type, sans pitié pour des adversaires avec un niveau parfois proche de l'amateurisme. Logique, donc, la victoire 6-0 des Biancocelesti. De l'autre côté, la Roma, qui ouvrait son bal à Bratislava, a visiblement sous-estimé son adversaire. Avec un onze en grande partie composé de remplaçants, la formation désormais entraînée par Luis Enrique a fait pâle figure. Malgré une domination flagrante sur l'ensemble du match, la Louve s'est inclinée en fin de rencontre, sur une bourde de son nouveau gardien, Stekelenburg. Une victoire inespérée pour le Slovan Bratislava, entraînée par Vladimir Weiss, le même qui avait éliminé l'Italie lors du dernier Mondial. Si pour la Lazio, donc, la qualification est en poche avant même d'aller jouer le retour, la Roma va devoir se réveiller. Après avoir pris des roustes en matches amicaux (3-0 contre le PSG, 3-0 contre Valence), les Giallorossi ne se sont pas rassurés. La qualification est évidemment à leur portée, encore faut-il que Luis Enrique aligne, enfin, son équipe-type.

Totti non, Klose oui

C'est la Roma qui donne le coup d'envoi officiel de la saison des équipes romaines. 20h45, les Romanisti entrent sur la pelouse de Bratislava. Mais Luis Enrique offre immédiatement sa première surprise du chef. On attendait Totti, Borriello, Perrotta... La Roma, quoi. Rien du tout. Tous les ténors sont sur le banc, et l'équipe giallorossa se présente avec une attaque improbable composée d'Okaka, Viviani et Bojan, dont c'est le baptême du feu. Une Roma B, donc. Après le Barça B, normal. Première constatation : l'adversaire de la Roma, le Slovan Bratislava, joue en bleu ciel. Même à distance, le derby vit. Les Romains débutent fort. Le jeune Viviani offre le premier frisson, avec une frappe lointaine déviée en corner. Au quart d'heure, déjà une grosse occasion. Caprari est servi dans la surface : sa frappe croisée termine à quelques centimètres du poteau. Il est tout juste 21h. A Rome, les lumières s'allument.

La Lazio inaugure le Stadio Olimpico pour la saison 2011-12. Maillot bleu ciel, short bleu foncé, la Lazio new look a de la gueule, avec Cissé et Klose en attaque. Dès la sixième minute, Hernanes reprend de volée un service de Klose et marque. Annulé. L'ancien buteur du Bayern Munich s'est aidé du bras. Juste. Mais la Lazio pousse. Rabotnicki ne fait pas vraiment peur, certains joueurs ont même 16 ans. En quelques minutes, les Biancocelesti multiplient les occasions. Cissé, Brocchi, Mauri, Ledesma ; beaucoup de tentatives, peu de réalisme. Tiens, à Bratislava, Okaka se dévore un but tout fait en tirant au-dessus, à trois mètres des cages. Mais ça, Hernanes s'en fout. Le Brésilien, servi par Mauri, ajuste le portier adverse d'une frappe placée. Cette fois-ci, pas d'annulation. 1-0. Deux minutes plus tard, Mauri double la mise. Mais l'arbitre, encore, annule pour hors-jeu. Les images ralenties lui donnent tort. De l'action à Rome, pas grand-chose en Slovaquie. Bratislava termine la mi-temps à l'attaque, mais sans parvenir à se créer une véritable occasion. La jeune Roma mise en place par Luis Enrique domine. Trop stérilement.

Le show Cissé

Pendant que les joueurs de la Roma vont se rafraîchir les idées aux vestiaires, la Lazio continuer d'attaquer. Et cela finit par payer. Brocchi ouvre sur l'aile pour Klose, centre instantané pour Mauri, qui score dans le but vide. Facile, facile. 2-0, on joue la 38ème minute. Juste le temps de se créer une dernière occasion par le biais de Cissé, qui a beaucoup tenté au cours de cette première période, avec un peu de maladresse. 21h45 tout rond, l'arbitre russe siffle la mi-temps. Pas le temps de s'emmerder, ça repart du côté de Bratislava. Et cela repart fort, avec une énorme occasion pour les locaux. Milinkovic, bien servi dans la surface, frappe fort vers les buts : Cassetti, capitaine d'un soir, dévie du dos en corner alors que le ballon filait vers la lucarne. La Roma répond par Burdisso qui, de la tête sur corner, est tout proche d'ouvrir le compteur de la Louve. Finalement, Luis Enrique se rend compte que son équipe est trop timorée, et fait entrer Perrotta. Il ne faut que quelques secondes au milieu de terrain pour offrir un caviar à Caprari qui, seul face au gardien, la fout sur le poteau. C'est le tournant du match. Roma qui pleure, Lazio qui rit. A Rome, la mi-temps vient à peine de reprendre, que le Djib inscrit déjà son premier but sous ses nouvelles couleurs. Le Français dépose dans la lucarne opposée un service de Klose. Et de trois. Et bientôt quatre. Encore avec Cissé, qui cette fois-ci, score de la tête sur un centre de Matuzalem.

Au stadion Pasienky, Totti rentre enfin. Borriello aussi. La vraie Roma prend forme. Mais comme un paradoxe, c'est à ce moment-là que le Slovan Bratislava frappe. Sur un corner bien botté, Dobrotka surgit au premier poteau et dévie le ballon de la tête. Stekelenburg est surpris, et ne réussit pas à capter le ballon, qui finit lentement au fond des filets. Le public explose. A dix minutes du terme, le Slovan prend l'avantage. La Louve, blessée, sort les crocs. Totti tente une bombe sur coup franc. A côté. Borriello s'essaie au retourné. Au-dessus. Il est trop tard pour une réaction. Les Slovaques s'imposent, et, le temps d'une soirée, se mettent à rêver d'un exploit. Un peu plus au sud-ouest, à l'Olimpico, l'annonce du score de la Roma fait chavirer le stade. De quoi stimuler Klose et Rocchi, entré à la place de Cissé, pour les dernières minutes. A la 88ème minute, l'Allemand sert l'Italien, qui marque (bien aidé par le défenseur). 120 secondes plus tard, Rocchi, courtois, rend la politesse à Klose, qui inscrit son premier but avec la Lazio. 6-0. La qualification est acquise. Reja pourra envoyer son équipe réserve,
en Macédoine, la semaine prochaine. Le premier derby, à distance, est pour la Lazio. Un signe ?

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Une attaque old school Klose-Cissé ça en ferait rêver, et à juste tirtre, plus d'un en L1...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le bon coup de Rennes
0 1