1. //
  2. // Finale
  3. // Bayern Munich/Borussia Dortmund

Roman Weidenfeller, le gardien du temple

Il ne marque pas de buts, il ne gueule pas forcément à tout va, mais il n'empêche que Roman Weidenfeller est l'un des meilleurs gardiens allemands de la dernière décennie. Un portier au talent certain et au caractère bien trempé, quand même.

Modififié
14 8

8.3.2001 : des débuts remarquables en Coupe d'Europe


Le 1. FC Kaiserslautern est en quarts de finale de C3 et reçoit au match aller une équipe du PSV Eindhoven qui compte du joli monde dans ses rangs: Youri Nikiforov, Kevin Hofland, Wilfried Bouma, Johan Vogel, Dennis Rommedahl et Mateja Kežman, sans oublier Mark van Bommel, absent ce jour là. Du côté du FCK, le gardien Georg Koch, habituel titulaire, doit renoncer à ce match. Un problème qui n'en sera finalement pas un, car Roman Weidenfeller fera le taf. Si Harry Koch (aucun lien avec Georg) donne l'avantage aux siens grâce à un penalty, le jeune portier de 20 ans sort un match de dingue, avec des parades en tout genre. Ce qui lui vaudra même d'être adoubé par son capitaine, un certain Mario Basler. « C'est juste incroyable tout ce qu'il a sorti aujourd'hui. Je ne peux que lui tirer mon chapeau  » . En même temps, il faut dire que lorsqu'on est formé au poste de gardien par les « Roten Teufel » (Diables rouges), on est paré à tout genre de situation. Les Tim Wiese et Kevin Trapp, également formés près du Betzenberg, peuvent en témoigner.

10 07.2002 : l'arrivée à Dortmund


Le Borussia Dortmund vient de remporter le 6e titre de son histoire, et les dirigeants décident d'investir un peu histoire de faire bonne figure en Ligue des champions. Torsten Frings arrivera du Werder Brême pour 8,5M d'euros, tandis que Weidenfeller, lui, arrivera gratuit. Une bonne pioche, surtout pour remplacer à terme un Jens Lehmann qui commence à se faire vieux. Le vétéran (34 ans à l'époque) se barre à Arsenal un an plus tard. Roman croit avoir les mains libres, mais voilà qu'on lui colle Guillaume Warmuz dans les pattes. Puis ce sera Bernd Meier. Puis Marc Ziegler. Mais Weidenfeller sort gagnant de tous ces duels. Aujourd'hui, Roman peut se vanter d'être le joueur le plus ancien de l'effectif, juste derrière Sebastian Kehl. Et l'un des quatre trentenaires du groupe pro, chose rare quand on évolue pour Jürgen Klopp.

2005 et 2006 : Le meilleur gardien de Bundesliga


Au milieu des années 2000, le Borussia Dortmund fait peine à voir. Le club de la Ruhr est en plein marasme économique, et ça se voit sur le terrain. Malgré un effectif blindé de stars (Dedê, Metzelder, Wörns, Rosický, Koller, Ewerthon...), le Borussia Dortmund finit les saisons 04/05 et 05/06 à une indigne 7e place. Dans cette période noire, il y a quand même un rayon de soleil (jaune, forcément) : Roman Weidenfeller. Sûrement motivé par le désir de jouer un Mondial à domicile, le portier multiplie les exploits pour maintenir le club à flot, et sera même consacré deux années de suite « meilleur gardien de l'année » par Kicker. Jürgen Klinsmann n'entendra rien: il embarquera avec lui les anciens Oliver Kahn et Jens Lehmann ainsi que le « jeune » Timo Hildebrand, dans le groupe depuis un moment. Roman Weidenfeller ne sera jamais convoqué en équipe nationale.

Août 2007 : Embrouille avec Gerald Asamoah


Ce n'est un secret pour personne, le Derby de la Ruhr est le match qui déchaîne le plus les passions outre-Rhin. Même les joueurs peuvent perdre leurs nerfs durant ce genre de match. En ce 18 août 2007, la tension est à son comble entre les joueurs de Schalke 04 et ceux du Borussia Dortmund. Surtout entre Gerald Asamoah et Roman Weidenfeller. L'attaquant des Knappen marque le but du 3-0 (victoire 4-1) et chauffe le portier du BVB, qui finira par l'insulter. On ne sait pas ce qu'il se dira exactement, Asamoah soutenant que Weidenfeller l'a traité de « Schwarzes Schwein » (cochon noir), tandis que Weidenfeller jure ne pas avoir tenu de propos racistes, ayant juste traité Asamoah de « Schwules Schwein » (cochon gay). Une forme de discrimination qui vaudra au gardien une suspension de trois matchs de championnat et 10 000 euros d'amende.

Avril 2011 : « We have a grandios Saison gespielt  »


Pour la première fois de sa carrière, Roman Weidenfeller s'apprête à fêter un titre en équipe. Sous le coup de l'émotion, il bafouille une phrase à moitié en anglais, à moitié en allemand: « We have a grandios Saison gespielt » (Nous avons fait une saison grandiose). Cette citation fera le tour du net, et sera même élue «  Citation footballistique de l'année 2011 » par l'Académie allemande pour la culture foot. Priceless.

Youtube

Août 2011 : Joachim Löw en prend pour son grade


Malgré une grosse saison couronnée par un titre de champion, Roman Weidenfeller n'est toujours pas appelé par Joachim Löw en équipe nationale. Il s'agit de la dernière ligne droite avant l'Euro 2012, et le portier de Dortmund commence à comprendre qu'il ne fera pas partie de l'aventure, Joachim Löw lui préférant d'autres joueurs, plus jeunes. Alors il décide de se payer le sélectionneur. « Peut-être que je devrais me couper les cheveux, ou bien me la jouer un peu plus fin, plus gracile » , balance-t-il dans Ruhr Nachrichten, faisant directement allusion aux rumeurs sur l'homosexualité de Joachim Löw. L'homme aux chemises blanches n'est pas le seul à en prendre pour son grade. Tim Wiese se fait également allumer. « Peut-être que je devrais déclarer ma retraite internationale avant même d'avoir joué [pour l'Allemagne]. Peut-être que ça m'aidera à être sélectionné. Il y en a qui l'ont déjà fait  » . Roman Weidenfeller finit par se faire une raison, et sait qu'il ne portera jamais le maillot frappé de l'Aigle. « De toute façon, même s'il y a un jeune gardien qui se blesse en équipe nationale, ils iront en chercher un plus jeune encore. »

Septembre 2011 : Deuxième « Weisse Weste » de sa carrière.


Roman Weidenfeller n'a donc pas eu de chance: il ne connaîtra jamais les joies de la sélection. Néanmoins, ses performances sont reconnues de tous au pays, notamment par les journalistes. Sport1 lui délivrera la « Weisse Weste » (littéralement « gilet blanc » , expression qui signifie « [avoir] les mains propres » ) à deux reprises pour avoir été le gardien à avoir terminé avec le plus de « clean sheets » : 13 matchs en 08/09, 14 matchs en 10/11. Un record qu'il partage actuellement avec Manuel Neuer, mais qu'il devrait laisser cette saison au portier du Bayern Munich.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il ressemble franchement à Kyle MacLachlan dans twin peaks ... Un mec classe
Une bonne tête, un talent certain... Ca me rassure à chaque fois de savoir que c'est lui entre les perches.
Message posté par Malonemort
Il ressemble franchement à Kyle MacLachlan dans twin peaks ... Un mec classe


Avec le teint plus rustre toutefois
Sinon l'article est un peu décevant. Je m'attendais à un beau récit comme Ali en a si bien l'habitude. Là, ce n'est qu'une énumération des dates importantes dans sa carrière. Je trouve que ça ne reflète pas énormément le talent qui lui est prêté.

Sinon, s'il pouvait tout sortir ce soir, ça m'irait bien.
Thierry-henry-the-best Niveau : DHR
bon c'est pas le bon endroit endroit (article) pour parler de ça mais les commentaires sont presque saturés dans les autres articles...bref

ça serait vraiment le pied si dortmund venais à gagner ce soir ! ça prouverais quand même qu'il ne suffit pas de s’appeler Madrid, Barcelone, Bayern, ou Manchester pour aspirer à la gagner cette C1 ! juste avoir un groupe très courageux et combatif avec une bonne dose de talent aux postes clés

merci au revoir
weidenfeller ça fait aussi ouais,d´en feller
allusion directe aux rumeurs d´homosexualité de low
in n'aurait pas un air de Bruce Willis (avec des cheuveux) ce Weidenfeller ??
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le CSKA Moscou au zénith
14 8