En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Groupe E
  4. // Leverkusen/Roma (4-4)

Roma et Leverkusen offrent le match de l'année

Quel match de dingue ! La définition même de la folie. Menée 2–0, la Roma a réussi à renverser le Bayer 4–2, avant de craquer dans les dernières minutes. Score final : 4–4.

Modififié

Bayer Leverkusen 4-4 AS Roma

Buts : Chicharito (4e sp, 19e) Kampl (83e), Mehmedi (87e)// De Rossi (29e, 37e), Pjanić (54e), Falque (74e)

Attention ! Match complètement fou pouvant heurter la sensibilité des téléspectateurs français en raison d'une très grande intensité. Car cette confrontation entre la Roma et le Bayer Leverkusen avait tout d'un scénario de film d'horreur de la première à la dernière minute. La Roma, la blonde sexy, se retrouve pleine de certitudes en territoire étranger. Très vite, les choses se passent mal pour elle. Un penalty en moins de trois minutes. Puis un deuxième coup de massue quelques minutes plus tard signé Chicharito. Avant que le beau garçon, Daniele De Rossi, ne prenne les choses en main et règle son compte au méchant, couvert par le gentil policier Miralem Pjanić et finalement abattu par le jeune Iago Falque. Mais comme un bon tueur se relève toujours, il a fallu que le Bayer Leverkusen renverse également la tendance dans les dernières minutes et clôture ce match sur un nul 4–4. En somme, une exceptionnelle soirée de Ligue des champions pour les téléspectateurs ! Un peu moins pour Rudi Garcia qui voit ses chances de qualification s'amenuiser. Le Bayer, quant à lui, reste second du groupe.

Chicharito vs De Rossi


En tout cas, tout n'était pas gagné d'avance pour la Roma. L'ingénieur son de la BayArena a tout juste le temps d'éteindre la musique de la Ligue des champions que Çalhanoğlu déborde déjà sur le côté gauche et pique un centre anodin détourné de la main par Torosidis. Hésitant dans un premier temps, l'arbitre siffle finalement penalty. Chicharito, tout beau, plein de gel, le transforme tranquillement. 1–0 en moins de trois minutes. Autant dire que les Romains prennent un sacré coup sur la nuque d'entrée de match. Par la suite, ils peinent d'ailleurs à aligner plus de deux passes consécutives. De Rossi essaye tant bien que mal de donner l'exemple, mais à part une grosse patate de Pjanić au quart d'heure de jeu, la Roma est inerte.

La preuve encore une fois quelques minutes plus tard sur une relance mollassonne de Lucas Digne. Malheureusement pour le sosie de Dewey, Chicharito traîne par là et, sur un une-deux avec Çalhanoğlu, il peut ajuster Szczęsny en deux temps. 2–0. À ce moment-là, et vu la physionomie du match, on est en droit de se dire que ça risque d'être compliqué pour la Roma. Mais c'était sans compter sur la patte de Pjanić, sur la fierté des Italiens et sur l'opportunisme de Daniele De Rossi. Un premier corner où le capitaine n'a plus qu'à pousser le ballon. Un deuxième coup franc où Daniele, encore lui, marque du genou. 2–2. Entre-temps Chicharito a loupé une énorme occasion et l'arbitre a semble-t-il oublié un penalty pour Gervinho. Bref, le suspense est constant.

Kampl vs Pjanić


Et ce spectacle de tous les instants reprend au coup de sifflet de l'arbitre. Dès la reprise, le ballon voyage de camp en camp toutes les deux minutes. Avec un petit avantage pour le Bayer, en feu. Un peu trop même. Puisqu'à la 54e, les Allemands commettent une erreur fatale : concéder un coup franc à l'entrée de leur surface. Une aubaine pour un certain Bosnien qui dépose une merveille dans la lucarne de Leno. 2–3. Tous les Allemands, sans exception, se retrouvent sur le cul. Et n'ont plus d'autres solutions que de donner l'assaut final. Les vingt dernières minutes sont une succession d'occasions pour les deux équipes. Tout simplement. Un bonheur ! Florenzi répond à Kramer qui répond à Gervinho, qui répond à Çalhanoğlu… Et finalement, Iago Falque profite d'un bon travail de Gervinho pour abattre définitivement Leverkusen. 2-4. Ce que l'on croit... Car comme dans tout bon film d'horreur, le tueur, qu'on croyait mort, se relève une dernière fois. Et de quelle manière ! Sorti de nulle part, Kampl fait resurgir le doute chez les Romains. Une frappe sublime de l'extérieur de la surface en pleine lucarne. 3-4. Et sur un contre éclair ultime, Mehmedi se retrouve seul face aux cages et met un terme définitif à ce match de psychopathe. 4-4. Une fin en apothéose laissant présager un deuxième volet tout aussi dingue. On en redemande en tout cas.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 4 il y a 3 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 1
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41