Italie - Calcio - 21e journée - AS Roma/Inter Milan (1-1)

Par Alexandre Pauwels

Roma et Inter démarrent par un nul

Pour leur première confrontation de la semaine, la Roma et l’Inter se sont séparées sur un nul (1-1). Globalement dominateurs, les Giallorossi ont manqué de réalisme et concédé un but durant l’unique temps fort milanais.

Note
3 votes
3 votes pour une note moyenne de 4.5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Daniele De Rossi et Francesco Totti (Roma)
Daniele De Rossi et Francesco Totti (Roma)
AS Roma-Inter : 1-1
Buts : Totti (22e sp) pour la Roma. Palacio (45e+1) pour l’Inter.

Pour la première rencontre de la semaine entre l’AS Roma et l’Inter (les deux clubs s’affronteront même lieu même heure ce mercredi pour une demi-finale aller de Coupe), on pouvait s’attendre à du spectacle. Sur le papier du moins, il s’agissait d’une opposition entre les tridents offensifs les plus prolifiques de Serie A. Seulement voilà, si Zeman a pu compter sur son trio Lamela-Osvaldo-Totti, coach Stramaccioni, lui, déplorait les absences de Cassano et Milito. Cela s’est ressenti, entre une Roma inspirée devant, et une Inter plus maladroite. Maladroite, mais réaliste. Sur leur unique temps fort, en fin de première période, les Nerazzurri sont parvenus à scorer. Suffisant, face à une Roma certes dominatrice, mais avec un évident défaut dans le dernier geste. Les Giallorossi n’ont pas su profiter de leurs belles situations et pourront s’en vouloir. Du reste, le nul n’arrange personne : l’Inter demeure 4e, mais à quatre longueurs de la zone Ligue des champions, tandis que la Roma voit le Milan AC lui dérober sa 6e place.

L’Inter met du temps à s’y mettre

À peine le match lancé, que l’on ne peut s’empêcher de remarquer que les Milanais sont dans le dur. Très maladroits, ils multiplient les imprécisions, permettant aux Romains de s’illustrer dans leur registre favori : le contre. Toujours tranchants, les attaquants giallorossi ne tardent pas à se procurer de bonnes situations, contournant avec aisance le bloc adverse en passant par les ailes (notamment à gauche, Nagatomo ignorant la notion de repli défensif). Souci, les locaux pêchent dans le dernier geste, à l’image de Lamela et Osvaldo, malheureux dans leurs tentatives. Il leur faudra attendre une décision arbitrale pour concrétiser : suite à une perte de balle de Zanetti au milieu, Totti lance Bradley dans la surface, lequel évite le tacle de Ranocchia d’un saut. L’arbitre n’hésite pas bien longtemps et désigne le point de pénalty. Si le contact est discutable, l’excès d’engagement du central italien est bien réel, tout comme la lucarne de Totti qui s’ensuit (1-0, 22e). L’ouverture du score remotivera progressivement les Nerazzurri, plus appliqués en fin de première période. Et après un poteau de Livaja (38e), Guarín et Palacio se chargeront de relancer le match : le Colombien s’arrache et déborde sur le côté droit de la surface, pour servir son acolyte qui, à bout portant, fusille Goicoechea (1-1, 45e+1). C’est un brin sonnée que la Roma regagne les vestiaires.

La Roma continue de croquer

Mais les Giallorossi sont loin d’être tendus à la reprise et réalisent une entame similaire à la première période. Entreprenants, ils cherchent à étouffer l’adversaire et sont rapidement proches de prendre l’avantage, avec un premier rush qui manque d’être décisif. Mais face à Osvaldo puis Totti, Handanović réalise successivement les sorties qu’il faut (51e). De cette première occasion qui fleure bon le spectacle et les buts, le soufflé retombe instantanément. Certes, l’engagement est toujours appréciable, les deux équipes démontrent une volonté de se projeter vers l’avant. Le souci, c’est qu’il n’y a plus la moindre frappe. En vrai, les offensives sont toujours contrées par les défenses. Il faut attendre la fin de rencontre pour apercevoir ce qui pourrait être des occasions, et encore une fois, à l’avantage de la Roma. Piris manque par deux fois le cadre face aux buts (79e, 80e), Handanović sauvant une nouvelle fois les siens d’une manchette face à Lamela (84e). Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Et les Giallorossi pourront exprimer des regrets, face à leurs occasions vendangées.


FC Internazionale les billets pour le prochain match à partir 7 €

Par Alexandre Pauwels

Parier sur les matchs de AS Roma

 








Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction;
Poster un commentaire

  • Message posté par L7argouss le 21/01/2013 à 15:20
      

    Bon match, avec une nette domination de la Roma. Toujours admirateur de la capacité de Zeman a sortir les jeunots de la Cantera.

    Puis la proportion que prend Guarin me réjouit et m'inquiète, dans la mesure où une Guarin-Dépendance pourrait s'installer.

    La chair de poule quand Zanetti et Totti se sont salués au début, quand c'est deux-là arrêteront, le Calcio ne sera plus jamais le même.


1 réaction :
Poster un commentaire