1. // Cpe d'Italie
  2. // Juventus/AS Rome (0-2)

Roma, deux magies dans la nuit

Opposée à la Juventus pour le dernier quart de finale de la Coupe d'Italie, la Roma a appliqué la même recette que face à la Lazio au tour précédent : jouer sale et l'emporter sur un coup du sort. Ou un coup de génie. Au choix.

Modififié
0 5
L'AS Roma fait peur. Elle n'a pas le jeu d'un Barça. Elle n'a pas le talent d'un Real Madrid. Elle n'a pas le caractère d'un Manchester United. Elle joue même plutôt mal. Mais pourtant, elle gagne. Toujours. Sans cesse. Et tous ses adversaires commencent à réellement trembler face à un tel cynisme, mêlé à une bonne dose de réussite. Lors de leurs neuf derniers matches, les Romains viennent d'obtenir huit victoires. Pas un hasard. Et tant pis si elles ont été acquises grâce à un péno tout pourri, un but contre son camp ou un but hors-jeu. La Roma gagne et continue sa marche triomphale. Dernière victime en date : la Juventus, battue ce soir lors des quarts de finale de la Coupe d'Italie (2-0), au terme d'un match poussif, sauvé par deux buts magnifiques.

Rosella Sensi, la Présidente de la Roma, avait annoncé la couleur : « Jouer le jeudi, à trois jours d'un match de championnat, c'est n'importe quoi » . Les joueurs sont visiblement du même avis, puisque le début de rencontre est caractérisé par un non-jeu total. Il faut attendre la 18ème minute pour enfin frissonner un minimum. Menez tente d'affoler la défense de la Juve et sert Vucinic, dont la frappe est repoussée à l'arrache par Storari. Fabio Simplicio, de plus en plus sosie officiel du regretté Gary Coleman, tente d'en profiter mais foire totalement son contrôle. Voilà. C'est la plus grosse occasion de la première mi-temps. Non, rectification. C'est la seule occasion de la première mi-temps. Les plus optimistes compteront aussi un coup de tête de Burdisso sur corner et une frappe déviée de Del Piero. Pour le reste, n'ayons pas peur de le dire, on s'est royalement emmerdé.



Au retour des vestiaires, Ranieri décide d'enlever Menez pour faire entrer Borriello, histoire de donner du poids à son attaque. Mais malgré l'entrée de l'homme à la coupe de Marge Simpson, le match ne se décante pas. Simplicio tente bien un coup de tête (48ème) mais Storari capte. Vu le rythme endiablé que les deux équipes ont décidé de donner à la rencontre, on semble se diriger vers un piètre 0-0, qui pourrait même durer toute la nuit. A l'heure de jeu, les caméras de la Rai s'attardent sur Bruno Conti, cadre de l'AS Roma, qui nous gratifie d'un superbe bâillement qui en dit long sur l'intensité du match. Mais tout à coup, Dieu envoya la lumière. Sauf que ce Dieu là, moins catholique, montre son slip quand il marque. Venu de nulle part, Mirko Vucinic invente un but qui réveille le stade, les joueurs, les bancs de touche et même les commentateurs. Le Monténégrin contrôle le ballon sur la côté gauche, regarde la position du gardien et enroule dans la lucarne opposée. Un but digne du Del Piero de la grande époque, en son propre temple. Joli pied-de-nez.

Groggy, la Juventus tente de réagir. Mais difficile de réveiller onze joueurs qui dormaient. Krasic et Del Piero essaient bien de sonner la révolte, mais à deux, la tâche est difficile. C'est même Philippe Mexès qui se retrouve à deux doigts de doubler la mise sur un coup de tête piqué. Mais Storari joue les Buffon et s'oppose. Del Neri fait entrer Iaquinta. Mais vu la forme physique actuelle du joueur (blessé depuis de longues semaines), pas de quoi inquiéter la défense romaine. Le match est toujours aussi soporifique malgré une Juve un brin plus vivace et un tableau d'affichage qui affiche un but d'avance pour les visiteurs.

A deux minutes du terme, Mexès trouve bon de balancer Del Piero dans la surface. Sur Totti, c'eut été pénalty à coup sûr. Mais sur le capitaine bianconero, rien du tout. Trop bon, trop con. Ranieri demande à ses joueurs de garder le ballon dans les dernières minutes. Mais comme à la Roma, tout le monde n'en fait qu'à sa tête, De Rossi ne l'écoute pas et lance un long ballon vers Taddei, qui reprend d'une exceptionnelle reprise acrobatique. Le ballon frappe le sol et termine dans la lucarne d'un Storari impuissant. Deux magies, au bout de l'ennui, et la Roma valide son ticket pour les demi-finales. Elle y retrouvera l'Inter Milan, pour un remake de la finale de la saison passée, remportée par les Nerazzurri. Mais attention. Cette année, l'Inter a un Mourinho en moins et la Roma, une énorme baraka en plus.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci EM d'être le premier journaliste français depuis 10 ans à ne pas sucer les boules de ces cons de pepperones !
Tiens vous avez retiré l'article d'hier parlant de la supercoupe d'Italie en Chine, peut-être car dans l'article d'hier vous disiez que l'Inter et le Milan AC allaient s'affronter en finale alors que les demis ne sont pas joués ?
Tsss il faut arrêter... A croire que la Roma joue n'importe comment chaque week-end... Parfois je me demande si ceux qui rédigent les articles regardent réellement les matchs!
Eric, mon ami laziale, ce n'est parce que ton équipe de bras cassés redescend doucement mais sûrement vers les bas-fonds du classement, à sa place donc, qu'il faut déverser autant d'aigreur sur une Roma certes pas toujours pimpante mais diablement efficace.

vous les "journalistes" étaient d'ailleurs les 1ers à allumer la Roma de Spalletti qui jouait le plus beau football d'Europe mais ne gagnait pas de trophée, faut savoir ce qu'on veut à la fin ...

enfin rien que le "c'eut été sur Totti que le penalty aurait été sifflé à coup sûr" montre à quel point cet article, comme presque tous ceux de notre ami Eric, pue l'aigreur envers une équipe bien supérieur à celle des cousins de bas étage depuis maintenant plus de 10 ans ...
Non, je suis fan de la Roma mais avouons que sur les derniers matches ça joue mal messieurs!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Lille au plaisir
0 5