1. //
  2. // 18e journée
  3. // Montpellier/AS Saint-Étienne

Rolland le bien-aimé

N'en déplaise à Patrice Évra, Rolland Courbis a toujours su susciter l’estime d’une très grande majorité des joueurs qu’il a eu à coacher. De par son côté fédérateur et chaleureux, mais aussi une vraie science du jeu.

Modififié
12 31
« C’est la même chanson, mais la différence, c’est que Compan et Ouadah ne sont plus là  » . Quatre ans et demi après sa der’ sur le banc de Montpellier, une victoire en L2 contre le RC Strasbourg un 29 mai 2009 (2-1) qui allait permettre le retour du club dans l’élite, Rolland Courbis est de retour à la Mosson. Et même plus largement en L1, ce championnat où il a tout connu, sauf le titre, durant 14 des 27 années de sa carrière d’entraîneur. De la furia toulonnaise en passant par les grosses années bordelaises et marseillaises au sauvetage d’Ajaccio, coach Courbis est passé par autant d’états qu’un supporter fidèle à son club depuis des décennies. En même temps, avec 435 matchs de première division au compteur, second total des vingt techniciens en place actuellement, derrière Claude Puel (480), mais très loin Christian Gourcuff (351), il peut. Pourquoi une telle longévité alors que l’homme a cumulé ou été suspecté de quelques belles casseroles – baronnage du casino le Palm Beach de Beaulieu, caisse noire de Toulon, blessure par balle par un membre présumé du gang de la Brise de mer, affaire des comptes de l’OM - qui auraient fait fuir une chiée de présidents de club ?

D’une, car l’homme connaît le football comme celui-ci l’habite. « Il fait partie de ces gens avec qui tu peux facilement partir jusqu’au bout de la nuit à parler de ballon rond  » , appuie Didier Tholot, qui l’a connu aussi bien à Toulon qu’en Gironde. Comme il le prouve chaque soir ou presque sur l’antenne de RMC, avec des avis très tranchés sur, pêle-mêle, l’intérêt des matchs de préparation, les sanctions arbitrales, les aspects tactiques ou l’apport supposé de la vidéo, Rolland Courbis en parle et sait pourquoi lorsqu’il évoque le football. Au point de perdre l’attention de ses interlocuteurs tellement ça s’agite dans ses synapses, comme se marre Tholot, entraîneur remercié de Châteauroux à l’automne : « Ça m’est arrivé de rentrer dans son bureau pour lui poser une question et d’en ressortir sans même me rappeler ce que je voulais lui demander…  » Autre point soulevé par Fabien Laurenti, qui a côtoyé le personnage à l’ACA durant une saison et demi, mais aussi par d’autre : sa capacité à fréquemment annoncer dans les causeries d’avant-match le déroulement de la partie à venir avec justesse, avec un exemple marquant : « Je n’ai que des bons souvenirs avec lui. On n’avait pas le meilleur effectif à l’époque, mais dans la même saison, je me souviens qu’on avait battu Monaco, gagné Auxerre 4-3 ou était allé l’emporter sur l’OM 2-1 au Vélodrome. Et sur ce match-là en particulier, il m’avait bluffé. Il nous avait décrit la rencontre telle qu’elle s’était passée. Il nous avait dit que les Marseillais n’étaient pas très bien, qu'on ouvrirait le score et que le public sifflerait en conséquence, et qu’on en mettrait un second grâce à cette pression sur les Phocéens, pour finalement gagner. Je ne sais pas s'il est voyant, mais ça s’est passé comme ça. C’était frappant. »

Tantôt blagueur, tantôt guerrier

Kaba Diawara, qui a été installé par le Marseillais à Bordeaux, avant de le retrouver à l’OM, voit aussi en Rolland Courbis un tacticien pas si banal qu’on pourrait le croire : « Ça ne marchait pas toujours, mais il tentait des coups, avec des dispositifs parfois surprenants. Il a été un des premiers à jouer dans la durée avec un gaucher sur le côté droit et inversement. Il avait vu ça au handball et l’avait reproduit. » Et ce, en adaptant toujours son système au profil de ses joueurs pour en tirer le meilleur, et non l’inverse, comme s’en souvient l’attaquant guinéen. Mais ce qu’on retient aussi de coach Courbis, c’est évidemment cette figure pagnolesque et ce charisme qui lui sont propres, caractérisés évidemment par ses envolées lyriques, cet accent chantant ou ses formules bien à lui. Kaba Diawara de se souvenir : « J’en ai eu des coachs, mais Rolland... qu’est-ce que j’aimerai revivre ses causeries. Il avait bien compris qu’on n’allait pas à la mine et qu’on jouait au football, que c’était un plaisir partagé. Je me souviens qu’il arrivait à chambrer des joueurs au point de les piquer au vif, pour les voir faire derrière des matchs de malade. Bon ça se retournait parfois contre nous, il se payait la tête d’un goal, et le mec faisait des arrêts de malade, plus tard, quand on le recroisait dans la cage d’en face (rires). Bref, il dédramatisait tout. À l’inverse, dans certaines circonstances, quand cela en valait la peine, avec ses causeries guerrières… C’est ce qui s’était passé par exemple avec les Girondins, lorsqu’on avait battu le grand PSG de Lama et compagnie (5-3, saison 1996-1997). C’est simple, on avait déjà gagné en sortant du vestiaire. »

« À Ajaccio, je n’ai jamais eu le souvenir de prise de tête dans le groupe. C’était le premier à déconner quand l’occasion se présentait, et il poussait une gueulante seulement quand ça le justifiait. Pour le reste, il était toujours prêt à se mouiller pour nous, à nous défendre. Derrière, quand tu as quelqu’un qui connaît le foot comme lui et qui agit de la sorte, tu n’as qu’une envie : te déchirer pour lui… » , atteste Fabien Laurenti, aujourd’hui au Pontet, en CFA, et qui a reçu dernièrement quelques coups de fil pour retourner jouer à un échelon plus digne de son pedigree. C’est pourquoi, compte tenu de la raison d’être de Rolland Courbis et de sa connaissance de la maison et des dirigeants de la Paillade et de sa capacité à faire renaître un groupe en proie au doute, tous trois assurent sans vergogne que le MHSC va remonter la pente sans sourciller. « Il va les prendre entre quatre yeux, leur faire prendre conscience qu’ils sont tous de bons joueurs et leur redonner confiance, j’en suis persuadé » , martèle Kaba Diawara. Seul bémol éventuel à ce plébiscite soulevé par Didier Tholot ? Ses engagements, notamment avec RMC, qui pourraient éventuellement lui faire perdre un peu d’influx nerveux. Pourtant, malgré ses joutes verbales quotidiennes avec Daniel Riolo et consorts, l’homme n’a-t-il pas fait un doublé coupe d’Algérie-coupe UAFA (la Ligue des champions des pays arabes, ndlr) en 2013 ?

Par Arnaud Clement
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

zlatagoalPSG Niveau : District
Je vois bien une victoire de Montpellier ce soir malheureusement pour l'ASSE que j'aime beaucoup
Le 1er que j'entends dire: "Courbis c'est le sudiste dans toute sa splendeur: l'accent chantant, les magouilles et la chaîne en or autour du cou".

Il aura affaire à moi
@sofoot, vous n'aviez pas fait un article sur les transferts "bizarres" de Courbis au cours de sa carrière d'entraineur ?

L'évoquation du futur de Laurenti m'a évoqué des souvenirs.
Vous avez trouvé le mot qui le définit le mieux: Pagnolesque!

Montpellier va finir européen en fin de saison, je prends les paris!
got_feu_dami Niveau : CFA
merci sofoot de me rappeler au bon souvenir de Courbis et de sa victoire sur le RCS propulsant le MHSC en ligue 1 et le RCS dans un genre de vortex intersidéral à base de matchs de CFA2 et de derby contre Colmar...

merci hein...
letitbe53 Niveau : DHR
Jusqu'il y a quelques mois, j'avais une assez piètre opinion de Courbis. Je le considérais comme un repris de justice ayant sa place en prison et non sur un banc de touche ou sur un plateau TV. J'étais même assez choqué que RMC puisse lui donner autant la parole. Et puis je me suis mis à écouter un peu plus souvent RMC, et je dois admettre que Courbis est remonté dans mon estime. Courbis n'est pas un pitre avec un accent du Sud et de la gouaille. Il a des analyses très pertinentes, et bien plus nuancées que les avis péremptoires style "y'a qu'a faut qu'on" d'un mec comme Riolo qui sait tout sur tout mais n'a jamais fait ses preuves comme joueur, entraîneur ou dirigeant.
Message posté par letitbe53
Il a des analyses très pertinentes, et bien plus nuancées que les avis péremptoires style "y'a qu'a faut qu'on" d'un mec comme Riolo qui sait tout sur tout mais n'a jamais fait ses preuves comme joueur, entraîneur ou dirigeant.


J'attends impatiemment le jour où on demandera l'avis d'un cheval pour parier sur les courses à Vincennes ou Deauville !! :D

Personnellement, je ne pense pas qu'il faut être un grand joueur ou un grand entraîneur pour donner un point de vue avisé, qu'il soit péremptoire ou non !!

Mais ce n'est que mon avis ... et comme je ne suis pas très avisé, pas sûr que ça trouve goût à tout le monde !! ;-)
Message posté par letitbe53
Jusqu'il y a quelques mois, j'avais une assez piètre opinion de Courbis. Je le considérais comme un repris de justice ayant sa place en prison et non sur un banc de touche ou sur un plateau TV. J'étais même assez choqué que RMC puisse lui donner autant la parole. Et puis je me suis mis à écouter un peu plus souvent RMC, et je dois admettre que Courbis est remonté dans mon estime. Courbis n'est pas un pitre avec un accent du Sud et de la gouaille. Il a des analyses très pertinentes, et bien plus nuancées que les avis péremptoires style "y'a qu'a faut qu'on" d'un mec comme Riolo qui sait tout sur tout mais n'a jamais fait ses preuves comme joueur, entraîneur ou dirigeant.


Mouai, il est quand même assez insupportable à *systématiquement* parler des joueurs absents. Toujours. Il a de réelles difficultés à analyser un match tel qu'il a été, et systématiquement va te parler des absents et de ce qui n'étaient pas la pour partir dans une espèce de réalité alternative et parler d'un match qui n'a pas eu lieu.
volontaire82 Niveau : Loisir
Message posté par letitbe53
Jusqu'il y a quelques mois, j'avais une assez piètre opinion de Courbis. Je le considérais comme un repris de justice ayant sa place en prison et non sur un banc de touche ou sur un plateau TV. J'étais même assez choqué que RMC puisse lui donner autant la parole. Et puis je me suis mis à écouter un peu plus souvent RMC, et je dois admettre que Courbis est remonté dans mon estime. Courbis n'est pas un pitre avec un accent du Sud et de la gouaille. Il a des analyses très pertinentes, et bien plus nuancées que les avis péremptoires style "y'a qu'a faut qu'on" d'un mec comme Riolo qui sait tout sur tout mais n'a jamais fait ses preuves comme joueur, entraîneur ou dirigeant.


Depuis quand faut il avoir gagné la champions League pour être consultant sportif..
Joseph Marx Niveau : Loisir
Message posté par letitbe53
...et bien plus nuancées que les avis péremptoires style "y'a qu'a faut qu'on" d'un mec comme Riolo qui sait tout sur tout mais n'a jamais fait ses preuves comme joueur, entraîneur ou dirigeant.
T'es complètement neuneu toi...

Un critique de cinéma (ou musical) ne peut donc pas parler de cinéma. Un journaliste politique s'il n'est pas un élu, ne doit pas parler de... politique ?

Au passage, Mourinho et tant d'autres coachs ont été de piètres joueurs. Alors, ils n'ont donc aucune légitimité pour jauger du niveau des bons/grands joueurs qu'ils entraînent ou affrontent...
Joseph Marx Niveau : Loisir
Et puis, comme le rappelle l'article, Courbis a lui aussi des avis péremptoires (tranchés) sur le football et ses règles : l'arbitrage vidéo, l'exclusion temporaire, les matchs à 3 points entre autres, sujets qu'il ressasse de manière obsessionnelle.
Message posté par Joseph Marx
Et puis, comme le rappelle l'article, Courbis a lui aussi des avis péremptoires (tranchés) sur le football et ses règles : l'arbitrage vidéo, l'exclusion temporaire, les matchs à 3 points entre autres, sujets qu'il ressasse de manière obsessionnelle.


Oui mais lui "aurait" le droit puisqu'il est ancien joueur pro', ancien et actuel entraineur en L1/L2/Pays étranger. ;-)
Message posté par ozymandias
Le 1er que j'entends dire: "Courbis c'est le sudiste dans toute sa splendeur: l'accent chantant, les magouilles et la chaîne en or autour du cou".

Il aura affaire à moi


Courbis c'est vraiment le sudiste dans toute sa splendeur : l'accent chantant, les magouilles, la chaîne en or autour du cou...
Le 1er qui nie ça aura affaire à moi.
Message posté par ozymandias
Le 1er que j'entends dire: "Courbis c'est le sudiste dans toute sa splendeur: l'accent chantant, les magouilles et la chaîne en or autour du cou".

Il aura affaire à moi


Courbis c'est vraiment le sudiste dans toute sa splendeur : l'accent chantant, les magouilles, la chaîne en or autour du cou...
Le 1er qui nie ça aura affaire à moi.
RadamelFalcao Niveau : Loisir
Courbis c'est le type qui dès qu'on parle de l'Equipe de France te balance au moins 10 compositions possibles en changeant d'avis semaine après semaine, et qui nous sert le fameux " je ne dis pas que j'ai raison mais c'est pas pour autant que j'ai tort "

Incroyable l'aura de ce mec, grand tacticien mon zob oui, un meneur d'homme surement, mais tacticien faut pas déconner, suffit d'écouter radio bistrot, Jacky du PMU te fait les mêmes analyses que lui le dimanche matin
letitbe53 Niveau : DHR
Message posté par Joseph Marx
T'es complètement neuneu toi...

Un critique de cinéma (ou musical) ne peut donc pas parler de cinéma. Un journaliste politique s'il n'est pas un élu, ne doit pas parler de... politique ?

Au passage, Mourinho et tant d'autres coachs ont été de piètres joueurs. Alors, ils n'ont donc aucune légitimité pour jauger du niveau des bons/grands joueurs qu'ils entraînent ou affrontent...


La critique est aisée, l'art est difficile.

Je songe à un mec comme Riolo, qui passe son temps à critiquer les joueurs français (qu'il juge de faible niveau), les entraîneurs français (qu'il juge trop frileux) et les dirigeants français (qu'il juge incapables). Alors il a le droit de critiquer, certes. Mais des fois, j'ai envie de lui dire "et toi, tu ferais quoi, à la place de tous ces gens que tu critiques" ?

Il convient de rappeler que certains journaleux ont eu des expériences douloureuses comme dirigeants de clubs : Praud à Nantes, Biétry au PSG, Ménès à Reims... La vie est quand même plus facile quand on es un commentateur confortablement installé dans un studio TV ou radio, que quand on est dans l'action, en tant qu'entraîneur ou dirigeant.

Alors je ne dénie pas à des journaleux comme Riolo ou Ménès le droit de critiquer ce qu'ils veulent. Mais j'incline à penser que l'avis de mecs comme Courbis qui ont une expérience est un peu plus crédible et légitime.
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
courbis aimé par ses joueurs?
ou courbis aimé par les joueurs dont il était agent?
la différence? aucune. un pro dans tout ce qu'il fait…
meme pas envie de lire l'article. le mec aurait du être l'entraineur de l'OM en 92.
Gerd Müller Niveau : CFA
Message posté par RadamelFalcao
et qui nous sert le fameux " je ne dis pas que j'ai raison mais c'est pas pour autant que j'ai tort "



Et après il commence à faire ses calculs d’apothicaire. "Alors si Bordeaux rencontre Evian donc 1pt puis ensuite Nantes 0pt ... donc au bout de 5 journées il peuvent espérer finir dans les 10 premiers."
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Montpellier dans le rouge
12 31