1. //
  2. // 33e journée
  3. // Montpellier/Marseille

Rolland Courbis : que de la gueule ?

En passe de sauver Montpellier de la relégation, Rolland Courbis aura redonné vie à une équipe lessivée par la mauvaise gestion de l’après-titre. Un nouveau pari réussi. Malgré cela, Courbis garde l’étiquette du pompier de service, baroudeur et gueulard, uniquement bon à sauver les « petits » . Décryptage.

Modififié
8 13
Rolland Courbis est un homme étiqueté. Plus solidement attachée que celle attenant à un string H&M, celle de l’entraîneur montpelliérain lui colle même à la peau. Ou qu’il soit passé, le « gouaillard » à l’accent chantant a traîné la réputation de coach techniquement limité mais capable de transcender un groupe. Si le jugement peut paraître injuste, la parcours « mercenaire » du bonhomme ne plaide pas en sa faveur. Habitué des piges et opérations sauvetage, Courbis ne serait finalement qu’un type sévèrement burné auquel les clubs font appel quand il s’agit de mettre un bon coup de pied dans la ruche. Le principal intéressé souhaiterait pourtant s’affranchir de cette description : «  Si on pense que les seules qualités que j’ai, c’est meneur d’hommes, boute-en-train, et que quand on prépare les matchs, je raconte des blagues aux joueurs pour les faire rire, qu’on pense ce qu’on veut.  » S’il laisse parler les gens, la magie du système Courbis ne réside pas uniquement dans cette propension à manier habilement le discours. À Montpellier, il a su redresser la barre d’un club à la dérive pour l’éloigner des eaux troubles de relégation. Ses choix tactiques ont permis au club héraultais d’empocher 23 points en Ligue 1 depuis le 7 décembre, mais surtout de mieux jouer au football. Des résultats incontestables qui n’étonnent guère ceux qui l’ont côtoyé par le passé.

Une vraie réflexion tactique

«  Sa force, c’est de prendre conscience des faiblesses de l’adversaire et de mettre en place une équipe pour les contrecarrer, quitte à changer complètement son schéma.  » Pour Mickaël Debève, qui a côtoyé Courbis lors de son passage à Lens, Rolland Courbis n’est pas qu’un coach fantasque. Il est aussi un tacticien. Et si son expérience avec l’entraîneur n’a duré qu’une année dans le Nord, l’ancien milieu de terrain reconnaît néanmoins au technicien une qualité plus surprenante : «  Il a toujours été en avance sur le plan tactique. Il préparait parfaitement les matchs.  » Bernard Casoni, sous ses ordres à Toulon, confirme et détaille cette aptitude : «  Défensivement, à Toulon, on était en avance sur beaucoup de monde. Il arrivait à faire appliquer des principes qui sont toujours valables aujourd’hui : défendre en avançant, coulisser, c’était des choses que peu d’équipes faisaient à l’époque. Alors qu’aujourd’hui, tout le monde le fait. En 1986, avec Courbis, on était dans le vrai.  » Preuve de l’influence de l’homme sur ses ouailles, Casoni avoue même avoir « piqué » quelques idées du mentor : « Quand j’ai pris l’OM après Courbis, on m’a demandé mes principes de jeu, j’ai dit : "Défendre en avançant." On m’a pris pour un fou ! » Précurseur dès sa première année sur le banc, le Marseillais a mis en place, avec plus ou moins de succès, ses principes de jeu dans l’ensemble des équipes qui l’ont accueilli par la suite. Une force trop souvent effacée au profit d’une autre, plus visible du grand public cette fois.

Un homme de parole

Tactiquement couillu, Courbis est également un leader charismatique, capable de retourner des situations données perdues d’avance par la confiance insufflée à ses joueurs. Casoni évoque de longues causeries où Courbis «  utilisait beaucoup de métaphores. Il arrivait à dédramatiser, mais à faire rire aussi de temps en temps. Il arrivait à faire passer ses messages d’une manière peu commune.  » Mickael Debève ose même la comparaison avec un autre gueulard de la balle ronde : «  Il me fait un peu penser à Claude Onesta, capable de sublimer son équipe pour un grand événement. Il a un dialogue qui sublime les joueurs, même les plutôt moyens ou ceux qui manquent de confiance.  » De là à se voir coller une étiquette de pompier de service, il n’y a qu’un pas, franchi trop souvent injustement par ses détracteurs, à en croire ceux qui ont été sous ses ordres. Le milieu picard poursuit : «  Courbis fait partie des très bons entraîneurs, de ces meneurs d’hommes qui savent réagir quand il y a une crise dans un club. Mais il a prouvé qu’il était capable de prendre une équipe avec des objectifs dès le début de saison. Sur ce plan, il a peut-être été un peu sous-estimé.  » Surtout, il avance un autre trait attenant à cette qualité pour expliquer la médisance de certains face au « cas Courbis » : «  Il a un style différent. Il a toujours dit ce qu’il pensait, il est franc, après cela ne plaît pas forcément à tout le monde mais c’est un très bon mec. » Ce très bon mec est capable d'exploits et de punchlines, comme lorsqu'il raconte la causerie qui a conduit à la remontée inoubliable de l'OM face à Montpellier : «  Imaginez qu'on joue à la pétanque. On est menés 12-0. Mais la partie est en 13 points. Alors, maintenant, soit on jette les boules à la mer, soit on gagne 13 à 12.  » Un sens de la formule indéniable qui, s'il irrite certains, a prouvé son efficacité à maintes reprises.

Par Paul Piquard et Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La pétanque ! Voilà pourquoi il cartonne dans les équipes du sud-est !
DanielToscanSéplanté Niveau : Loisir
Plus solidement attachée que celle attenant à un string H&M, celle de l’entraineur montpelliérain lui colle même à la peau

La classe
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 4
Bah vaut mieux ça que l'étiquette de looser de Jean Fernandez
Arthur-FAFI Niveau : DHR
Portrait pertinent de Courbis.
Il est atypique donc forcément critiquable. Sa gouaille laisse penser qu'il est léger tactiquement. Au contraire, il est plutôt bon tacticien. Il a même tendance à compliquer.
Il a contre lui son rôle de consultant et pour faire de l'audience, on doit dézinguer. Dans ce domaine, il assure.
C'est le genre de personne qui gagne à être connue. Bon il n'a pas toujours été blanc bleu dans sa vie perso mais il y a pire que lui. Et, il a payé.
On est content qu'il soit sur banc (d'un terrain de foot).
En tout cas depuis son retour à Montpellier, si on prend en compte le début de saison et même la saison d'avant, c'est un quasi sans faute. Il aime à répéter qu'on est "5èmes sur les matches retour", ce qui est plus qu'honorable avec un effectif qu'il n'a pas choisi. Il a pour le moment montré beaucoup de compétence et ce à tous les niveaux (tactique, gestion de la concurrence, physique, même recrutement avec Niang qui est d'un tout autre calibre que tous nos attaquants depuis Giroud).

C'est indéniablement un coach compétent, qui sait ce qu'il fait, et qui est loin du personnage de "gentil sudiste gueulard" qu'il tient dans les médias, c'est un homme de scène qui est bien plus intelligent et roublard qu'il veut bien le laisser paraître.

Enfin bon on connaissait déjà ses qualités avec la montée en Ligue 1 en 2009, même si ça s'était joué à la toute fin. Rien que pour ses réseaux et son flair pour le recrutement c'est un plus, il avait révolutionné à l'époque notre cellule qui allait nous chercher des joueurs improbables dans les années 2000.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Courbis l'entraîneur : un bon tacticien et meneur d'hommes, qui sait analyser correctement forces et faiblesses d'une équipe (la sienne, comme celle en face). Bref, un connaisseur.
Courbis le consultant : l'homme qui refait toutes les compos de tous les matchs qu'il voit en se disant que ça aurait changé la physionomie du match. Bref, un gros troll.

En y réfléchissant, j'ai un doute sur le fait que ce soit le même homme....
Attendez, le mec est entraineur depuis même pas deux mois et il a déjà son article à lui!?!
Son petit défaut est qu'il est souvent en cours de match en recherche du changement original qui fera gagner la rencontre, qu'on se dise "Ah ouais, bien vu le Rolland",comme pour dire qu'il n'est pas qu'une gouaille.
Mais MERCI A JAMAIS pour le 29 mai 2009.
Courbix et fier de l'être!!
Message posté par Paic
En tout cas depuis son retour à Montpellier, si on prend en compte le début de saison et même la saison d'avant, c'est un quasi sans faute. Il aime à répéter qu'on est "5èmes sur les matches retour", ce qui est plus qu'honorable avec un effectif qu'il n'a pas choisi.


----------------------------------------------------

Imagine toi avec les 8pts de plus (des fautes d'arbitrage), on serait combien? ^^
Parce que mm si on a été horrible en 2nde mi tps à Guingamp, on n'a pas volé la victoire, ils ont perdu tout seul.
Mais nous contre Monaco, Nantes etc.. c'est bien l'arbitrage qui nous fait perdre des points et on ne retient pas les nettes occasions (foirées des attaquants) de la domination et du beau jeu, par intermittence etc etc

MHSC-OM.. on va bien voir ce que ce la donne.
Surtout que p-è que pour une fois, le stade ne sera pas acquis qu'à la cause des marseillais ^^
Ce n'est pas tant un pompier qu'un mécano. Pas pour rien qu'on l'appelle Roland Tournevis.
Comparer Courbis à Onesta faut pas déconner non plus. Le type pose souvent ses boyaux sur la table certes. Il donne beaucoup, on peut difficilement dire le contraire. Mais niveau palmarès, il joue clairement pas dans la même catégorie.

PS: c'est normal pour un entraîneur de ce niveau de devoir 28 ans avant de décrocher son diplôme?
Message posté par PhoenixLite
Courbis l'entraîneur : un bon tacticien et meneur d'hommes, qui sait analyser correctement forces et faiblesses d'une équipe (la sienne, comme celle en face). Bref, un connaisseur.
Courbis le consultant : l'homme qui refait toutes les compos de tous les matchs qu'il voit en se disant que ça aurait changé la physionomie du match. Bref, un gros troll.

En y réfléchissant, j'ai un doute sur le fait que ce soit le même homme....


Je me faisais exactement la même réflexion. Mais peut-être qu'à RMC, on lui demande de jouer le rôle du mec qui parle fort et qui énonce des conneries avec l'accent, parce que ça s'insère bien dans la grille des programmes.
Roger-le-routier Niveau : CFA2
Mouais... Il a certainement quelques qualités, mais on parle toute de même d'un type qui a réussi à ne jamais rien gagner (enfin si 2 coupes en Algérie, "youpi" et autant pour moi) en étant tout de même passé par Bordeaux et l'OM... Alors le comparer à Onesta il faut quand même oser...
Message posté par Jeday
Comparer Courbis à Onesta faut pas déconner non plus. Le type pose souvent ses boyaux sur la table certes. Il donne beaucoup, on peut difficilement dire le contraire. Mais niveau palmarès, il joue clairement pas dans la même catégorie.

PS: c'est normal pour un entraîneur de ce niveau de devoir 28 ans avant de décrocher son diplôme?


Arrete tes conneries mon gars, la diplomisation des imbéciles ca ne sert a rien... De nos jours faut avoir le bac pour passer le balais dans les caniveaux!

Le mec entrainait en France il y a déja 25 ans, à l'époque y'avais pas de corporatisme bidon pour te dire qu'il faut un "diplome" pour faire ton boulot!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les pronos de Gaëtan Huard
8 13