Robinho de retour au pays

Modififié
0 7
Pendant que la plupart des joueurs s’engagent pour des clubs chinois, Robinho, lui, fait tout l’inverse.

Parti au Guangzhou Evergrande l’été passé dans le cadre d’un prêt de six mois, l’attaquant brésilien ne continuera pas avec l’équipe entraînée par Luiz Felipe Scolari. Il retourne au pays, mais pas à Santos.

Cette fois, c’est l’Atlético Mineiro qu’il rejoint. « Bienvenue dans le meilleur club de football brésilien » , a humblement tweeté le club pour annoncer sa recrue. Des négociations avaient bien été entreprises par Santos pour récupérer son chouchou, mais aucun accord n’a été trouvé, selon un communiqué officiel publié sur le site officiel des Poissons.

Avec ce Robinho qui n’a plus rien à voir avec celui de Manchester City, pas sûr que l’Atlético Mineiro reste « le meilleur club de football brésilien » longtemps. GD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

"Avec ce Robinho qui n’a plus rien à voir avec celui de Manchester City, pas sûr que l’Atletico Mineiro reste « le meilleur club de football brésilien » longtemps. "

A City, il a été très fort en début de première saison, puis de moins en moins bon jusqu'à finir remplaçant.
On parle de quel Robinho à City, celui du début ou celui de la fin?

D'ailleurs il fait une grosse saison au Brésil l'an dernier, au point d'être reconvoqué en équipe Nationale... et ça peut aider à rester/devenir le meilleur club Bresilien.
Ou alors on considère que 6 mois en Chine (ce qui est moche j'avoue) l'ont rendu inapte à la pratique du football en haut niveau (on parle du Bresil, pas de l'Europe)?
C'est qu'elles ont l'air feroces les 2 be trop.
mon dieu...ces rois ploucs...
Message posté par oli2a
C'est qu'elles ont l'air feroces les 2 be trop.


les teubé 3 ...
Paradigm Shift Niveau : CFA2


C’est l’histoire d’un club qui tombe de son piédestal. Le club, au fur et à mesure de sa chute, se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.
Et l'atterrissage est violent. Passer de Pirlo, Kaka, Inzaghi à ces trois énergumènes...
Minute de silence à retardement pour ce club légendaire qu'est l'AC Milan.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 7