En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale
  3. // Manchester/Olympiakos
  4. // Notes

Robin trois fois

David Moyes peut remercier un Van Persie des grands jours et un De Gea décisif pour cette qualification. Du côté des visiteurs, lorsque vos meilleurs joueurs ont fait banquette à Lorient et Monaco, il ne faut pas s’attendre à grand-chose.

Modififié

Manchester United


De Gea (7,5) : Attaché aux traditions, comme le prouvent bien ses rouflaquettes d’un autre âge, David a sauvé l’honneur mancunien en sortant des arrêts de grande classe alors que le moindre but aurait éliminé les siens. Un puriste.

Rafael (6,5) : Pas de délice, pas d'étincelle, pas de malice sans Rafael. Il a l’air d’un ange, mais c’est un diable rouge. Une activité débordante sur son flanc droit pour porter le danger. Et toujours cette sensation qu’il peut se faire expulser à n’importe quel moment.

Jones (6,5) : On ne va pas se mentir, Phil n’a pas grand-chose d’un joueur de football. On sent bien que le ballon, il n’aime pas trop ça. Par contre, le combat et prendre tous les ballons de la tête, il raffole. Les sentiments, très peu pour lui. Plus Vinnie que Norah donc.

Ferdinand (6) : Rio n’a quasiment rien foutu de tout le match, laissant le soin à son partenaire de la charnière de faire le travail. Il sait sa fin proche, alors il s’économise. Mais dans les discussions avec l’arbitre, il est souverain.

Évra (6) : Montant à l’envie lorsque Manchester courait après le score, Patrice s’est ensuite évertué à verrouiller son couloir. Pas une mince affaire avec Welbeck devant soi. Surtout, c’est le capitaine. Et toi t’es qui putain ?

Carrick (6,5) : Un mec sympa, qui sait que Giggs dispute peut-être l’un de ses derniers matchs de Ligue des champions. Alors il lui a laissé les longues ouvertures lumineuses, et s’est concentré sur les basses œuvres.

Giggs (7) : C’est indéniable, Ryan a vieilli. Il suffit de voir sa pointe de vitesse pour s’en rendre compte. Néanmoins, les passes, il sait encore faire, étant à l’origine des deux premiers buts.

Valencia (7) : Très vite transformé en « La Chose » par des rayons cosmiques, l’Équatorien a mis sa superforce au service du collectif, détruisant tout sur son passage. Ça a fait mal.

Welbeck (6) : Danny a été moins gênant qu’à l’accoutumée, même si sa technique « je pousse le ballon loin devant et je cours après » est éculée et qu’il est plus tombé qu’un Espagnol aux sports d’hiver. Il a tout de même encore trouvé le moyen de rater sa frappe à deux mètres du but vide. Heureusement pour lui, l’arbitre avait déjà sifflé.

Rooney (7,5) : Le véritable patron de cette équipe. Que ce soit pour tacler dans les pieds adverses, remonter le ballon au pas de course, servir Robin sur un plateau ou mettre une tête sur le poteau, il est là. Il sait tout faire. Et très bien. Bien mieux qu’un Thermomix.

Van Persie (9) : Si Batman épargne toujours ses adversaires, ce n’est pas le cas de Robin, qui a abattu froidement les Grecs. Un pénalty provoqué et transformé, un plat du pied sécurité, un amour de coup franc. Et une sortie sur civière. Le goût de l’Histoire.

Olympiakos


Roberto (4) : Les jardiniers d’Old Trafford vont avoir bien du mal à le décoller de sa ligne. C’est dommage, parce qu’il avait été décisif sur la tête de Rooney.

Salino (6) : Il serait facile de se payer ce look d’amateur de reggae-dancehall, mais la vérité est que le Brésilien est un latéral droit de qualité, très présent offensivement. Se faire dribbler par Évra ET Welbeck, c’est dur quand même.

Manolas (5) : On la connaît cette technique de mettre un gros pansement pour pas qu’on s’acharne sur toi. Un bon truc de lâche. Étincelant à l’aller, le jeune Grec était bien moins clinquant ce soir. Un peu comme cette Helena rencontrée lors de votre séjour au Club Med de Gregolimano et que vous avez tenu à accueillir chez vous.

Marcano (5) : S’est toujours battu, même pour une cause perdue. Qu’il ne perde pas espoir, Une femme avec une femme a fait son bout de chemin.


Holebas (5,5) : Avec sa dégaine de treiziste australien, le latéral grec a poussé un peu plus la ressemblance en mettant un bon tampon à Van Persie. En plus, la plupart des actions mancuniennes viennent de son côté. Ce qui fait de lui un Quade Cooper.

Ndinga (6,5) : Lorsque les Grecs ont voulu relancer, ils se sont systématiquement tournés vers l’ancien Auxerrois (et Monégasque). On l’a d’ailleurs souvent vu descendre au niveau de ses centraux pour s’offrir de l’air.

Maniatis (7) : Une vraie tragédie grecque, passant avec facilité de la brutalité d’un tacle au désespoir d’une contestation. Mériterait une meilleure scène pour exprimer son talent. Et pourquoi pas un rôle aux côtés d’Adèle Exarchopoulos ?

Perez (4) : Lorsque votre êtes ailier et que votre latéral joue plus haut que vous, il est grand temps de se poser des questions.

Fuster (3) : Alors qu’il aurait pu être un renard, Fuster le fantôme a été désespérément transparent. Pour être honnête, Christina Ricci et Rafael, ce n’est pas tout à fait la même chose.

Dominguez (6,5) : Ce soir, ce n’était pas Alvaro sur le pré, mais Diego. Du coup, il a systématiquement cherché le drop. Beaucoup de classe au demeurant.

Campbell (6) : Trop seul en attaque, il a essayé de s’en sortir tout seul. Et il n’est parfois pas passé très loin.

Par Charles Alf Lafon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
Dortmund perd sans trembler