En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Qualifs
  3. // France-Pays-Bas

Robin returns

Absent de la sélection batave depuis près de deux ans, Robin van Persie a fait son grand retour dans la liste des 23 de Dick Advocaat pour affronter l’équipe de France et tenter d’éviter aux Pays-Bas de manquer une deuxième compétition internationale consécutive. Mais pourquoi ?

Modififié
13 octobre 2015. Déjà mal embarqués dans la quête de leur qualification, les Pays-Bas disent définitivement adieu à l’Euro 2016 après une défaite à domicile face à la Tchéquie (2-3). Buteur en fin de match, Robin van Persie a la mine des mauvais jours. L’ancien buteur de Manchester United ne le sait pas encore, mais cette rencontre marque la fin de son aventure avec les Pays-Bas. Officiellement, en raison de ses blessures récurrentes comme l’affirme le sélectionneur d’alors, Danny Blind, en novembre 2015 : « Il n'a plus joué un match entier depuis des mois. Ce n'est pas idéal pour un joueur de l’élite. » Officieusement, Robin van Persie se fait vieux et n’a plus trop le niveau pour la sélection comme l’avouera à demi-mot ce même Danny Blind quelques mois plus tard : « Je ne lui ai pas parlé récemment, mais je le vois en action chaque semaine. Il n'est toujours pas au mieux même si ça reste un joueur de qualité. »

« Est-ce que les grands garçons jouent à Fenerbahçe ? »


Étonnamment, la mise à l’écart du capitaine batave, auteur d’une Coupe de monde 2014 sublime, n’a choqué personne au pays des tulipes. Il faut dire que sportivement, RvP n’est plus ce tueur des surfaces devenu meilleur buteur de l’histoire des Pays-Bas. Moins vif, moins précis, moins physique, l’ancien numéro 11 d'Arsenal ne marque qu’à trois petites reprises durant les éliminatoires à l’Euro 2016. Une fiche de statistiques bien faible comparée à ses onze pions lors des éliminatoires à la Coupe du monde 2014. Moins prolifique, Robin van Persie avait surtout perdu l'aura qui lui offrait le respect des plus jeunes comme le prouve cette anecdote balancée par le journal néerlandais Voetbal Primeur. Un entraînement, une opposition, Memphis Depay qui ne passe pas son ballon. Jusque-là, rien d’anormal. Sauf que Robin van Persie met en garde son jeune coéquipier : « Tu penses être un grand garçon ? » L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais l’actuel joueur de l’OL, tout juste transféré à Manchester United, entame un Rap Contenders : « Est-ce que les grands garçons jouent à Fenerbahçe ? »


Le journal ne révèle pas la suite de l’histoire, mais une chose est sûre, Robin van Persie n’a plus retrouvé la sélection depuis ce rassemblement qui mènera à la non-qualification des Pays-Bas. Attristé par sa situation internationale, l’attaquant néerlandais débute sa nouvelle vie en Turquie, loin, très loin des Oranje. Seize buts en championnat pour sa première saison, une ovation de la part des supporters de Manchester United lors d’une rencontre de C3 à Old Trafford, un coup de coude dans l’œil qui a suscité l’inquiétude du monde du football et des blessures, beaucoup de blessures. Résultat, la saison dernière, Robin van Persie n’a participé qu’à vingt-quatre rencontres de championnat, pour seulement quatorze titularisations, et a dû vivre dans l’ombre de Moussa Sow. Situation complexe pour une légende.

À la recherche du nouveau Van Persie


Pourquoi Dick Advocaat a-t-il décidé de prendre tout le monde de court en rappelant Robin van Persie en sélection, 682 jours après sa dernière cape internationale, et ce, malgré une blessure à l’épaule quelques jours plus tôt ? Est-ce ses 199 minutes en quatre matchs, pour zéro but marqué, depuis la reprise du championnat turc ? En conférence de presse, le sélectionneur néerlandais a donné quelques éléments de réponse : « Robin est un attaquant de classe mondiale, qui reste l'un des meilleurs du pays. » Si le fait de considérer RvP encore comme un attaquant de classe mondiale peut paraître un brin flatteur, difficile de donner tort à ce bon vieux Dick quant aux forces en présence à la pointe de l’attaque des Pays-Bas. Vincent Janssen ? Une seule minute disputée cette saison avec Tottenham. Klaas-Jan Huntelaar ? En perdition. Bas Dost ? Intraitable au Sporting Portugal, moins en sélection où il n’a fait trembler les filets qu’à une seule reprise en quinze sélections. Ne reste alors plus que Robin qui, à défaut d’avoir les jambes, a toujours un instinct de buteur qui pourrait resurgir face à l’équipe de France. À condition que Memphis Depay daigne lâcher son ballon.



Par Steven Oliveira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3