En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Inter

Roberto Gagliardini, en bleu et noir

Transféré à l’Inter cet hiver, Roberto Gagliardini est passé des Nerazzurri de l’Atalanta à ceux de l’Inter. Révélation de ce début de Serie A, le Bergamasque a vu sa cote monter vertigineusement en l’espace de quelques mois. Laissant définitivement derrière lui l’image de joueur doué, mais fragile physiquement et mentalement, qui lui collait aux basques ces dernières années.

Modififié
Avec lui, tout a l’air simple. Ce 14 janvier 2017, Roberto Gagliardini effectue son premier match sous les couleurs de l’Inter face au Chievo Verone et la nouvelle recrue lombarde est déjà comme un poisson dans l’eau. Derrière sa silhouette élancée, ses petits pas au milieu de terrain et sa décontraction balle au pied, on décèle chez lui une forme de nonchalance et de facilité qui tranquillisent déjà le milieu des Interisti, alors que l’Inter s’impose sur le score de 3-1. Difficile alors d’imaginer qu’il y a un an à peine, Gagliardini, pur produit du centre de formation de l’Atalanta, bataillait encore pour se faire un nom sur les terrains de Serie B.

Enfant de Bergame


Avant de goûter aux sommets de la Serie A, Gagliardini a d’abord dû apprendre le football italien à la dure. Pourtant, sa carrière semblait lancée comme sur des rails dès sa plus tendre enfance : à sept piges, ce natif de Bergame se fait repérer par les recruteurs locaux de l’Atalanta. Direction Zingonia, le centre de formation du club bergamasque, réputé comme étant l'un des tout meilleurs d’Italie.


S’ensuivent douze ans d’une formation sans vagues, où Gagliardini semble s’imposer sereinement au-dessus de la mêlée, sans avoir à forcer son talent : « Quand il était jeune, il était un peu trop facile  » , confie Alessandro Gagliardini, le père du néo Intériste. « Il jouait souvent avec des joueurs plus vieux que lui et il était quand même très bon. » Le 4 décembre 2013, le voilà même qui fait ses débuts en professionnel en Coppa Italia à dix-neuf ans, contre Sassuolo. Seulement, il est rapidement jugé un peu tendre par la direction bergamasque pour répondre aux exigences du très haut niveau. Et est envoyé en prêt en Serie B entre 2014 et 2016, à Cesena, Spezia, puis Vicenza.

Prodige fragile


Une éclosion alors retardée par une personnalité encore un peu trop effacée et un physique capricieux. À vingt ans passés, Gagliardini se cherche encore. «  Sa faiblesse, c’est qu'il est trop gentil, reconnaît la madre de Roberto. Il ne dit presque jamais non. » Ce qui ne l'empêche pas de taper dans l’œil de ses entraîneurs successifs, qui se chargent de l’endurcir de corps et d’esprit, afin de polir le diamant brut : « Quand je l’entraînais, franchement, c’était toujours un gamin, analyse Pierpaolo Bisoli, qui a eu Roberto sous ses ordre à Cesena. Il avait besoin de s’extraire de ce statut d’enfant et il a su le faire. Avec moi, il a joué 21 matchs sur 25, j’ai tout de suite vu qu’il avait l’étoffe d’un grand joueur. C’est un garçon très simple et très humble... mais il fallait le secouer. »


« Avec nous, il a eu beaucoup de problèmes physiques qui l’ont empêché de s'entraîner » , regrette pour sa part Nenad Bjelica, qui a eu Gagliardini sous ses ordres à Spezia. « Mais il avait toujours la volonté de jouer et, à chaque fois qu’il en avait l'opportunité, on voyait que c’était un gros talent. » Dans l’ombre de la Serie B, Gagliardini apprend à composer avec les blessures et la concurrence. Il s’étoffe et commence alors à réaliser qu’il lui est possible de percer dans le football de haut niveau : « C'est quand j’étais en prêt en Serie B à Cesena, où j’ai participé à faire remonter le club en Serie A, que j’ai définitivement compris que je pouvais rester dans ce monde-là. » La machine est lancée.

Le Pogba blanc


De retour à l’Atalanta, le milieu de terrain exprime son talent dans un environnement idéal. Car son explosion soudaine est autant à mettre à son crédit qu’à celle de Gian Piero Gasperini, nommé à la tête de la Dea à l’été 2016. Là, l’ex-Mister du Genoa met en place son 3-4-3 maison, formation résolument agressive et offensive dont la base consiste à « défendre en allant de l'avant » . Un plan de jeu et un entraîneur qui se révèlent correspondre parfaitement aux capacités de Gagliardini. Rapidement, son mètre 88, ses longs compas, sa lecture du jeu, ses redoublements de passes précis et son aisance des deux pieds lui valent de se faire surnommer le Pogba blanc par les médias italiens.


Et même si les atouts de Gagliardini sont finalement assez différents de ceux de l’ancien Juventino , lui assume volontiers la comparaison : « Pogba est très fort, trop fort, mais je me vois en lui. » Pour se construire peut-être un jour un destin à la hauteur du néo Mancunien, Roberto a dû se résoudre à quitter l’Atalanta, « l’amour de sa vie » , pour l’Inter. Un club d’une tout autre dimension, mais dont les couleurs fétiches sont les même que celles du club de Bergame, comme n’a pas manqué de le faire remarquer Gagliardini, dans une lettre d’adieu aux tifosi de son club de toujours : « Le neroazzurro est dans ma destinée. Ainsi, un petit bout de vous sera toujours sur le terrain avec moi. » Et s’il est impossible de déterminer si sa carrière pourra atteindre les sommets qu’on lui promet, Gagliardini peut au moins affirmer avec certitude sous quelles couleurs il compte la vivre.

Par Adrien Candau Tous propos issus du Corriere dello Sport, Sky Sport, Bergamo Post et Corriere Bergamo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24 jeudi 22 février Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis ! jeudi 22 février Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 jeudi 22 février Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
À lire ensuite
Chelsea tient sa revanche