Roberto Carlos et son flirt avec l'Inter

Il y a 20 ans, Massimo Moratti drivait son premier mercato en tant que président de l'Inter. Parmi les nouveaux arrivants, un certain Javier Zanetti, mais aussi Roberto Carlos.

Modififié
2k 15
L'Inter est traditionnellement associée aux transferts ratés de l'autre côté des Alpes, avec une liste qui n'en finit plus depuis 1995. De Sébastien Rambert à Ishak Belfodil, le club milanais fête donc ses 20 ans de « bidoni » et autres « meteore » . Toutefois, il s'est également distingué par ses mauvaises évaluations, on parle souvent d'Andrea Pirlo et Clarence Seedorf échangés au Milan contre Andrés Guglielminpietro et Francesco Coco, mais il y a bien pire. Il y a pile deux décennies, Roberto Carlos débarquait au centre d'entraînement d'Appiano Gentile, en compagnie d'un certain Javier Zanetti. L'Inter avait là les meilleurs joueurs en devenir au poste d'arrière latéral. Si l'Argentin n'est plus jamais reparti, le Brésilien, lui, a plié bagages après seulement un an.

5,5 milliards de lires par quadriceps


« Cet été-là, la direction a recruté trois jeunes pousses, deux Argentins et un Brésilien, personne ne les connaissait » , se remémore Maurizio Ganz, ancien attaquant de l'Inter, « on a vite vu que Carlos était un vrai talent. Il était tout petit, mais avec des quadriceps impressionnants. La frappe, l'endurance, le physique, il avait tout. » Le natif de Garça débarque pour 11 milliards de lires, il aurait pourtant pu arriver gratuitement si on en croit ce qu'a raconté le journaliste Maurizio Pistocchi sur Mediaset Premium : « Fin novembre 94, l'arrière gauche Paolo Tamezzani se blesse gravement. Le président de l'Inter était alors Ernesto Pellegrini et il me demande si je ne connais pas un bon joueur pour combler le trou dans l'effectif. Je lui ai conseillé Carlos que j'avais vu à Palmeiras, il était en fin de contrat en plus. Tout était déjà fait, bail de trois ans à un milliard de lires par saison. Seulement voilà, quelques mois plus tard, le club est vendu à Moratti, dont le staff n'a pas voulu récupérer les affaires conclues par l'ancienne direction. Roberto Carlos prolonge donc avec Palmeiras, puis sort une grosse Copa América avec le Brésil, et l'Inter l'achète pour 11 milliards… » Le fameux flair interista.

5 buts en 7 matchs, puis Roy Hodgson


Quoi qu'il en soit, les débuts du Brésilien sont exceptionnels, il est titularisé au poste d'arrière gauche et inscrit pas moins de 5 buts lors de ses 7 premiers rencontres toutes compétitions confondues. Son tout premier match, il le fête par une réalisation décisive contre Vicenza. Rarement une recrue étrangère aura eu un tel impact dans l'histoire de la Serie A, surtout un arrière gauche. « Offensivement, il n'y avait rien à redire, il avait des fondamentaux techniques incroyables, et puis il marquait déjà ses fameux coups francs avec son 39 de taille de pied. Lors des petits matchs d'entraînement, quand il y avait une faute, on lui déconseillait de tirer, car on risquait de se faire très mal !  » , raconte Ganz. Mais les résultats du club, eux, ne suivent pas. Après 4 points sur 12 en championnat et une élimination prématurée en Coupe de l'UEFA contre les Suisses de Lugano, Ottavio Bianchi est remercié et remplacé par Roy Hodgson. « Lui ne le voyait pas du tout défenseur, il le disait publiquement que Carlos ne savait pas défendre. Et du coup, il l'a fait jouer milieu gauche dans un 4-4-2 pour exploiter ses qualités offensives. » Ce qui ne fonctionne d'ailleurs pas du tout, puisqu'il plante seulement deux autres banderilles, même s'il est aligné titulaire à chaque rencontre. Plutôt Roberto Larcos que Roberto Carlos, donc.

Et Capello fut


Malgré le temps de jeu important, l'Auriverde réclame de retourner à son poste comme il l'a confié aux micros de Perform : « J'étais en train de perdre ma place avec la Seleção, il y avait une autre Copa América l'année suivante qui se profilait. Même ma mère m'a appelé pour me dire "Mais pourquoi tu joues attaquant ?" J'ai supplié Moratti de convaincre Hodgson de me ramener en défense, mais il n'a pas voulu, alors j'ai demandé à être transféré. » Fabio Capello, tout fraîchement nommé entraîneur du Real, ne perd pas cette belle occasion, et l'Inter l'envoie aux Merengues contre 13 milliards de lires. « C'est vrai qu'il tendait toujours à attaquer, analyse Ganz, mais Capello lui a appris à défendre, et c'est devenu un des meilleurs joueurs de l'histoire à son poste. Nous, ses coéquipiers, on ne s'attendait pas du tout à ce qu'il soit vendu, c'était impensable ! Vous ne vendez pas un joueur qui vient de marquer 6/7 buts à son arrivée en Italie, avec cette technique, cette rapidité, cette puissance. Il aurait pu faire la même carrière que Zanetti ici, fallait juste être un peu patient. D'autant qu'il s'était très bien intégré, il ne souffrait pas du tout de la saudade. »

Hodgson, lui, choisit de miser sur Alessandro Pistone, arrivé durant l'hiver 1996 et qui apporte plus de garanties défensives. « Lui aussi a été vendu après un an, ce n'était pas Roberto, mais il a quand même joué dix ans en Premier League derrière avec Newcastle et Everton » , conclut l'ex-buteur nerazzurro. Et telle une malédiction, entre Bréchet, Nagatomo, Pasquale, Gilberto, Álvaro Pereira, Macellari et Gresko, l'Inter n'a jamais réussi à trouver un arrière gauche vraiment fiable. Peut-être Maxwell, et encore. Prochain candidat ? Ervin Zukanović, Bosnien qui arrive du Chievo. Roberto Carlos, lui, observe tout ça avec amusement : « Comment pourrais-je avoir des regrets ? Si j'étais resté, je n'aurais pas fait ce que j'ai fait avec le Real. » Les supporters madrilènes peuvent dire un grand merci à Hodgson.

Tous les buts de Roberto Carlos à l'Inter
Youtube


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Note : 3
Enfin un article ou mon pseudo est cité la gloire !! Ou pas.

Je m etais deja fait la rréflexion de la malédiction des arrières gauche à l'Inter après avoir vu jouer Nagatomo.

Sacré Roberto Carlos, des cuisses de feu et un cerveau capable d oublier combien son nombre d épouses et d enfants.

C est Brasil.
gastongaudio Niveau : Loisir
les regrets sont éternels

En 1995, l'entraîneur du PSG était Luis Fernandez. A l'époque, le latéral gauche référence en Europe était Bixente Lizarazu qui attaquait et défendait tout le long de son côté. Le PSG voulait quelqu'un comme lui et j'ai dit à Fernandez que si Paris cherchait un latéral, j'avais Roberto Carlos de Palmeiras. J'ai pris quelques cassettes de ses matches pour qu'il le voit jouer. L'entraîneur parisien était sous son charme. A cette époque-là, il ne restait qu'une place d'extra-communautaire de disponible dans l'effectif du PSG. L'accord a été célébré dans un grand restaurant proche de l'aéroport de Congonhas. La vente coûtait aux alentours de 3 millions. Quelques jours plus tard, je suis allé à Londres parce qu'Umbro, qui était le sponsor de l'équipe brésilienne, organisait un tournoi d'été avec le Brésil, l'Angleterre et d'autres formations. Là, j'ai trouvé un responsable du PSG et je lui ai dit, en rigolant, que Roberto Carlos avait deux Lizarazu dans les jambes. Trois jours après la fermeture du mercato au Brésil, le PSG a embauché Dely Valdes, qui était supposé être un crack. Le club voulait un remplaçant à George Weah et ils l'ont engagé. Il avait aussi un statut d'extra-communautaire. Le transfert de Roberto Carlos était donc annulé »
Franck Henouda agent de joeurs brésiliens
Merci Hodgson.

R.Carlos a été mon joueur favori au Real pendant toute sa carrière là-bas, dès sa première saison il plante des buts dingues sous le maillot Teka/Kelme, puis est décisif dans tous les grands titres qui ont suivi. Je suis heureux d'avoir pu suivre toutes ses saisons madrilènes, surtout qu'il avait un sacré charisme, toujours le sourire sur le terrain.
En finale de C1, c'est sa frappe contrée qui devient passe décisive sur le but de Mijaotivc pour la Septima face à la Juve, puis la Octava face à Valence des allers retours incalculabes, c'est lui qui fait la touche décisive sur le but de Mcmanaman et pour la Novena c'est encore lui sur la touche passe décisive à Raul et la chandelle sur la reprise de Zizou.

Bon après il a encore plein de faits d'armes décisifs à son actif dans d'autres compétitions importantes, notamment en CDM, mais rien qu'à travers les résumés des finales de C1 il sera remémoré et ça c'est beau.

Ce but contre le Recre dans la fin de saison de taré en 2007 avec toutes les remontadas, qui vaut une Liga : https://www.youtube.com/watch?v=ksYxL7tJ02A
Son dernier au Real il me semble.
Parmi les nombreux joueurs ayant évolué au poste d'arrière-gauche à l'inter, après le départ du brésilien; ne pas oublier davide santon qui, à 18 ans, était adulé par tout un peuple et prédestiné à une grande et longue carrière également en nazionale...on connait la suite!
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Note : 1
En tant qu'entraîneur, beaucoup peuvent remercier Roy Hogdson. Surtout ses adversaires.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Santon etait un monstre... Sur football manager.
Message posté par gastongaudio
les regrets sont éternels

En 1995, l'entraîneur du PSG était Luis Fernandez. A l'époque, le latéral gauche référence en Europe était Bixente Lizarazu qui attaquait et défendait tout le long de son côté.


Loin de moi l'idée de minimiser la carrière de Liza, mais le latéral gauche référence, en 95, c'était pas plutôt Maldini ?
Roberto Carlos - zanetti... L'inter avait des ailes.
Vous connaissez mieux que cette paire la ?
Message posté par roberto-larcos
Santon etait un monstre... Sur football manager.


Pas seulement, puisqu'il fut, de suite, repris en sélection nationale; il a subit une régression plus que spectaculaire depuis ses débuts en serie A.
Message posté par Lanski
Vous connaissez mieux que cette paire la ?


De qui tu parles? Du héros de georges wells et de l'un des quatre fantastiques, la femme invisible?
Benito-Bx Niveau : CFA
Hogson il a fait un truc bien un jour où ça a toujours été un entraineur pathétique ?

Comment il est arrivé à coaché pareilles équipes ?
Le meilleur fait d'armes de Carlos restera son remonté de chaussettes contre la France en 2006.
L'un des grands mystères de l'histoire de la coupe du monde avec les deux buts de thuram en 1998 et la victoire des usa sur l'angleterre en 1950...Des événements tout simplement incompréhensibles!
Message posté par gastongaudio
les regrets sont éternels

En 1995, l'entraîneur du PSG était Luis Fernandez. A l'époque, le latéral gauche référence en Europe était Bixente Lizarazu qui attaquait et défendait tout le long de son côté. Le PSG voulait quelqu'un comme lui et j'ai dit à Fernandez que si Paris cherchait un latéral, j'avais Roberto Carlos de Palmeiras. J'ai pris quelques cassettes de ses matches pour qu'il le voit jouer. L'entraîneur parisien était sous son charme. A cette époque-là, il ne restait qu'une place d'extra-communautaire de disponible dans l'effectif du PSG. L'accord a été célébré dans un grand restaurant proche de l'aéroport de Congonhas. La vente coûtait aux alentours de 3 millions. Quelques jours plus tard, je suis allé à Londres parce qu'Umbro, qui était le sponsor de l'équipe brésilienne, organisait un tournoi d'été avec le Brésil, l'Angleterre et d'autres formations. Là, j'ai trouvé un responsable du PSG et je lui ai dit, en rigolant, que Roberto Carlos avait deux Lizarazu dans les jambes. Trois jours après la fermeture du mercato au Brésil, le PSG a embauché Dely Valdes, qui était supposé être un crack. Le club voulait un remplaçant à George Weah et ils l'ont engagé. Il avait aussi un statut d'extra-communautaire. Le transfert de Roberto Carlos était donc annulé »
Franck Henouda agent de joeurs brésiliens


Article interessant. Je l'avais déjà entendu. Dely Valdes qui fera une demi saison de folie avant de s'éteindre complètement.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 15