Robert Pirès aurait pu signer à la Juve ou au Real Madrid

Modififié
13 8
L'histoire de Robert Pirès change radicalement en quelques jours, au tout début du mois de juillet 2000. Chahuté à l'OM et éternel espoir en équipe de France, il entre en finale de l'Euro 2000 en se faisant secouer par Marcel Desailly qui lui assène un : « Maintenant on va voir ce que tu as dans le ventre. » Finalement, il perce comme il faut son couloir gauche en prolongation pour servir parfaitement Trezeguet sur son but en or. Dans la foulée ou presque, il signe avec Arsenal, Wenger en faisant un an plus tard le meilleur joueur du championnat anglais.

Une belle histoire qui aurait pu prendre une autre tournure comme le raconte aujourd'hui l'intéressé dans une interview au blog L'Amour du maillot : « À ce moment-là, j'avais la Juve, Arsenal et le Real. Pas mal alors que six mois plus tôt, c'était Saint-Étienne et Lens qui m'avaient sollicité. » En plein doute pour sa deuxième saison à l'OM, il avait été approché au mercato d'hiver par les deux clubs de Ligue 1, qui lui proposaient de se retaper six mois avant de signer à l'étranger. Mais Wenger était également entré en contact avec lui en janvier, pour lui dire de patienter jusqu'en mai.

Ce qui a fait la différence face à la proposition de la Juve - qui voulait reconstituer le duo avec Trezeguet - et celle du Real, qui a pourtant beaucoup fait douter l'ancien joueur de Metz, puisque c'était le club de son idole d'enfance... Michel, l'homme qui a laissé un bien plus mauvais souvenir à l'OM que lui. RC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Rase-toi robert
Le putain de furoncle sur la gueule, prêt à exploser.
sans vouloir critiquer bêtement, les chutes en fin d'article, c'est vraiment de pire en pire. Guy Golo, sort de ce corps !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
13 8