Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016 – Qualifications – Groupe D – Allemagne/Irlande

Robbie Keane, le dernier roi d'Irlande

Cette campagne de qualification pour l'Euro 2016 fait pour l'instant souffrir les grosses nations du foot. Parmi les sélections qui aimeraient en profiter, il y a l'Irlande, adversaire ce soir d'une équipe d'Allemagne sous pression et qui dispose d'un atout majeur dans sa manche : son capitaine et buteur Robbie Keane, toujours vert malgré ses 34 ans.

Modififié
Puisque la valeur d'un attaquant se juge le plus spontanément en zieutant sa feuille de stats, déroulons tout de suite celle de l'intéressé. Robbie Keane, c'est 341 buts au total en 796 matchs officiels, soit 0,43 but par match de moyenne en 17 saisons de footballeur pro. Dans le détail, on peut préciser aussi qu'il en est aujourd'hui à 65 buts marqués en 135 sélections, dont 21 inscrits rien qu'en qualification des championnats d'Europe, record d'Hakan Sükür battu depuis son triplé réussi ce week-end contre Gibraltar. Entre autres performances, Keane a également planté 126 fois en Premier League, ce qui en fait le onzième buteur de l'histoire de ce championnat (et le cinquième encore en activité derrière Wayne Rooney, Thierry Henry, Frank Lampard et Robin van Persie). Quoi encore ? Depuis qu'il est soi-disant parti en préretraite en MLS en 2011 – aux dires des mauvaises langues – il en est à 53 buts et 35 passes décisives réussies en 83 matchs de la ligue de soccer nord-américaine. Bref, Robbie Keane possède un CV de bon gros boss. Il en a l'allure aussi : bonne gueule d'acteur posée sur un corps massif, port altier, torse bombé… Sans trop le vouloir ni trop se forcer, l'Irlandais impose le respect. Et l'obtient. Partout où il a joué, il a laissé de bons souvenirs et reçu les éloges à la fois des supporters, de ses coéquipiers et de ses entraîneurs. Pas n'importe lesquels en plus : Gordon Strachan, Marcello Lippi, Glenn Hoddle, Rafael Benítez… Tous se sont battus pour récupérer Robbie Keane et ont dû parfois payer cher pour ça. C'est d'ailleurs un autre chiffre à relever : depuis son premier transfert en 1999 (de Wolverhampton vers Coventry) jusqu'au dernier en date en 2011 (de Tottenham à Los Angeles Galaxy), plus de 110 millions d'euros ont été échangés dans les différentes transactions le concernant ! Keane a toujours su plaire et maintenir sa cote élevée. Il a aussi bien mené sa barque, obtenant toujours de beaux contrats et menant sa carrière avec clairvoyance.

Un manqué regrettable : l'Inter


Dès le départ, il a su faire le bon choix. 1995 : le jeune ado de 15 ans qui vit dans la grande banlieue de Dublin voit deux émissaires anglais le draguer. L'un vient de Liverpool, un club dont lui et son entourage sont fans. Il lui vend un brillant avenir en Premier League. Forcément, c'est tentant. L'autre débarque de Wolverhampton et ne lui promet « que » la deuxième division. Pourtant, il choisit sagement cette dernière proposition, estimant à raison qu'elle va lui permettre de vite signer en pro, plus vite que chez les Reds. C'est le début d'une très longue carrière, que Keane va majoritairement passer en Angleterre. Une seule opportunité s'est présentée à lui de devenir une vraie grande star internationale : lorsqu'il est transféré à l'Inter Milan en 2000, alors qu'il vient tout juste de fêter ses 20 ans. Une expérience étrangère qui va tourner court, la faute à un changement d'entraîneur (Lippi par Tardelli) et à des dirigeants impatients. Massimo Moratti le reconnaîtra d'ailleurs bien plus tard : n'avoir accordé qu'une demi-saison à l'Irlandais pour faire ses preuves chez les Nerazzurri a été l'une de ses pires décisions de boss du club. Tant pis pour l'Inter et tant mieux pour les autres clubs qui ont profité par la suite de l'efficacité de l'attaquant. Tottenham surtout, où il va évoluer huit saisons au total, devenant le dixième meilleur buteur de l'histoire des Spurs avec 122 buts (tiens, encore une ligne à ajouter au CV).

Cousin éloigné de Morrissey


Parti en 2011 rejoindre David Beckham et Landon Donovan à Los Angeles, il a pris ses aises en MLS et semble prendre du plaisir à sa nouvelle vie en Californie qu'il partage avec sa femme, une ex-miss Irlande. Sans forcément avoir besoin de trop en faire, il enchaîne les pions pour le Galaxy et empoche quelques titres et distinctions individuelles au passage. Il a prolongé en mars dernier son contrat et ne semble pas encore prêt non plus à prendre sa retraite internationale, malgré les longs voyages qu'implique sa responsabilité de capitaine de la sélection. Cousin éloigné du chanteur Morrissey, Keane semble aujourd'hui définitivement apprécié à sa juste valeur au pays, ce qui n'a pas forcément toujours été le cas (pas toujours facile de prendre au sérieux un trentenaire qui continue de fêter certains buts en exécutant des galipettes foireuses). Lui qui avait très mal digéré l'élimination des siens face à la France en novembre 2009, avec la fameuse main d'Henry ( « Je suis sûr qu'ils sont ravis du résultat, avait-il déclaré après-match à propos de Blatter et Platini. Si ça se trouve, ils s'envoyaient des textos pendant le match. Rien qu'à voir le sourire de Platini, on avait compris…  » ), semble déterminé à aller chercher la qualification pour le prochain Euro, manière d'effacer le souvenir du précédent en Pologne-Ukraine, complètement manqué par les Verts. S'il accomplit cette noble tâche, c'est sûr : Robbie le bon vivant serait définitivement consacré roi d'Irlande.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 7 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38