1. // Copa Libertadores
  2. // Finale retour
  3. // River Plate/Tigres (3-0)

River voit triple

Et 1, et 2 et 3-0. D'abord embêté, puis assez nettement supérieur au Tigres d'un Gignac bien maîtrisé, River Plate a décroché la troisième Copa Libertadores de son histoire. Avec ce deuxième titre international en sept mois, Marcelo Gallardo a gagné pour toujours sa place dans l'histoire de River.

Modififié
65 13

River Plate 3 - 0 Tigres

Buteurs : Alario (44e), Sanchez (74e, sp) et Funes Mori (78e) pour River

Les Mexicains voulaient la Libertadores, la première de l'histoire de leur pays, eux les invités. Mais depuis un an, ce River Plate est au-dessus de tous les autres : un titre local, puis la Sudamericana, et désormais le plus beau des trophées d'Amérique, cette Copa Libertadores qu'Enzo Francescoli, aujourd'hui manager du club à la bande rouge, avait levé il y a 19 ans. Une éternité. Ironie de l'histoire, ce Tigres, dépassé ce soir (3-0), à l'image d'un Gignac bien tenu, avait sauvé River Plate en phase de poules. Cavenaghi part la tête haute, Lucho ajoute une ligne à son palmarès et Gallardo, qui ne va pas manquer d'offres en Europe, devient encore un peu plus idole de la maison River Plate.

Des coups de latte et un coup de tête


C'est dans la folie rouge et blanche du Monumental, sous un feu d'artifice interminable qui résonne jusqu'à l'autre bout de Buenos Aires, que les deux équipes font leur apparition sur le terrain. Les onzes sont bien ceux annoncés, avec Cavenaghi d'un côté et Gignac de l'autre. River veut marquer le terrain d'entrée : Ponzio n'est pas loin d'amputer Solis et Alario évite le rouge mais pas la cheville de Pizarro. Esseulé devant, Gignac profite de son premier ballon pour offrir un caviar à Sobis, qui réussit à marcher sur le ballon. Les coups fusent, Gignac se permet d'envoyer Funes Mori au tapis et prend lui aussi sa biscotte. La pluie commence à tomber, et Tigres semble dans un premier temps plus à l'aise avec le ballon que le local. Arévalo Rios, qui a tenté toute la semaine de gratter un contrat à Boca, y va lui aussi de son coup de latte. Comme prévu, la soirée est pauvre en jeu et riche en combat. Les commentateurs de la télé publique argentine réclament un péno pour River sur une mini-main de Rivas. C'est non. Les locaux remettent le pied sur le ballon et mettent enfin la pression en fin de premier acte, mais la paire d'attaque ne touche pas une bille. Jusqu'à ce que Vangioni cale un petit pont à Jurgen Damm et trouve la caboche d'Alario (44è), qui fait exploser les 60 000 fans du Millonario.

Gignac tenu, le Monumental comblé


Si l'arrivée de Gignac à Tigres au mercato a fait du bruit sur tout le continent, celle d'Alario à River a été fort discrète. Et pourtant, c'est encore l'ancien joueur de Colon, déjà buteur en demi face à Guarani, qui fait la différence. La partie reprend sur les mêmes bases, avec une pluie battante et un high kick de Funes Mori sur le tibia de Sobis. Sixième carton jaune de la soirée, puis le septième, pour Cavegol, qui se distingue plus par ses croche-pattes que par sa présence dans la surface de Guzman. Tigres essaye de se remettre dans la partie, mais Gignac envoie dans les gradins un bon centre en retrait de ce maigrichon de Damm. Le jeune mexicain met le boxon sur son aile droite, mais c'est ensuite Aquino qui ne profite pas de son travail. L'ancien de l'OM, lui, n'est pas à la fête : peu de ballons touchés, peu de duels gagnés. La découverte du football sud-américain n'est pas une partie de plaisir. Au milieu, Ponzio, jamais averti, enchaine les fautes tactiques bien senties. Le dernier quart d'heure approche et les locaux plient l'affaire : faute sur Sanchez, pénalty, que l'Uruguayen transforme lui-même (74è). Privé de but, Cavenaghi a quand même droit à une énorme ovation à sa sortie. Les Mexicains ont lâché, Funes Mori smatche facilement un corner de Pisculichi (78è). Lucho Gonzalez peut profiter du festival. Le Monumental et le peuple Millonario n'ont plus qu'à faire la fête.



Par Léo Ruiz, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Grande River
Dale campeon
Faustino Asprilla Niveau : Loisir
Incroyable le chauvinisme ambiant avec Gignac depuis qu'il est chez les bouffeurs de Guacamole.
Alors deja hier on nous preparait avec l'article sur comment est ce que River planifiait de maitrise le terrible Andre Pierre Gignac... a croire que le mec vient de quitter l'europe apres son 7e ballon d'or.
Et la on nous explique que nan en fait c'est pas qu'il a ete nul, c'est qu'il a ete bien maitrise...... Affligeant....
Pas faux pour le coup Faustino.
montrealyonnais Niveau : DHR
Après, au delà du chauvinisme (qui est le revers de la médaille), la venue de Gignac a mis un coup de projecteur sur un football qui est rarement au centre des attentions chez les Européens. En fait, à travers l'analyse de ses prestations, je trouve que ça permet aux français de se rendre compte qu'il n'y a pas que sur votre continent que ça se passe. Donc en effet ça peut être tannant d'entendre trop parler d'un joueur pas si fou, mais je trouve que ça sort le football de son européocentrisme un peu trop marqué (du pdv d'un habitant d'un autre continent)
gronaldothe best Niveau : DHR
Comment un mec comme raphael sobis a t il pu un jour devenir footbaleur?!il est d'une nullité incroyable ,pense qu'a sa gueule, simule au moindre contact et fait toujours le pire choix possible quand il a le ballon! Son regard inspire l'absence totale d'intelligence.
Quand à gignac il a été absolument horrible sur les deux match des hors jeux, des loupés et sa nouvelle manie d'aller parler tout le temps à l'arbitre m'ont rendu fou!bref vraiment déçu de lui je suis...
River méritait largement sa victoire bravo à eux et à marcello gallardo injustement en tribune se soir...
Pour une fois qu'on a un article sur le match, et qui n'est pas complètement centré sur Gignac !
touchefresh Niveau : CFA
Message posté par gronaldothe best
Comment un mec comme raphael sobis a t il pu un jour devenir footbaleur?!il est d'une nullité incroyable ,pense qu'a sa gueule, simule au moindre contact et fait toujours le pire choix possible quand il a le ballon! Son regard inspire l'absence totale d'intelligence.
Quand à gignac il a été absolument horrible sur les deux match des hors jeux, des loupés et sa nouvelle manie d'aller parler tout le temps à l'arbitre m'ont rendu fou!bref vraiment déçu de lui je suis...
River méritait largement sa victoire bravo à eux et à marcello gallardo injustement en tribune se soir...


C'était pourtant un bon espoir du football, selectionné avec l'equipe nationale brésillienne, après il a un du mal à confirmer en espagne avant de se perdre dans le moyen orient et de tenter de nombreux retous.

Ce qui n'a pas été dit, c'est que le niveau technique de ce match était faible !! Après d'accord, il pleuvait à torrent mais tout d même, que de passes et de controles manqués. Autre fait, la culture de plongeon et des 4 roulades semblent incroyablement bien maitrisée en argentine (ou du moins à river)
Hoaroots & culture Niveau : DHR
C'est clair va falloir se calmer avec Dédé Conquistador Gignac.
Sinon ça fait bien plaisir cette finale, River est largement l'équipe la plus bandante d'Amérique.
maxleharmek Niveau : CFA
Note : 1
Gallardo, enfin à l'OM dans 1-2 ans, c'est pas Monaco qui nous cassera les c*uilles maintenant.
ThomasDandy Niveau : Ligue 2
Message posté par montrealyonnais
Après, au delà du chauvinisme (qui est le revers de la médaille), la venue de Gignac a mis un coup de projecteur sur un football qui est rarement au centre des attentions chez les Européens. En fait, à travers l'analyse de ses prestations, je trouve que ça permet aux français de se rendre compte qu'il n'y a pas que sur votre continent que ça se passe. Donc en effet ça peut être tannant d'entendre trop parler d'un joueur pas si fou, mais je trouve que ça sort le football de son européocentrisme un peu trop marqué (du pdv d'un habitant d'un autre continent)


Je suis 100% d'accord, ça fait vraiment du bien !
Message posté par Faustino Asprilla
Incroyable le chauvinisme ambiant avec Gignac depuis qu'il est chez les bouffeurs de Guacamole.
Alors deja hier on nous preparait avec l'article sur comment est ce que River planifiait de maitrise le terrible Andre Pierre Gignac... a croire que le mec vient de quitter l'europe apres son 7e ballon d'or.
Et la on nous explique que nan en fait c'est pas qu'il a ete nul, c'est qu'il a ete bien maitrise...... Affligeant....


Franchement... Je vis en Argentine, je regarde beaucoup de matchs locaux et Copa Libertadores. Le niveau des clubs ici est lamentable. Donc oui, c'est surprenant qu'un excellent joueur de Ligue 1 soit à ce point absent des débats.

Hier, j'ai regardé FC Bruges - Panathinaikos, qualifs de la Champion's League, pour enchainer quelques heures plus tard avec la finale.
On ne m'enlèvera pas de l'idée que MÊME LE TOP 2/3 BELGE dominerait un championnat avec la présence de clubs comme River, Boca, San Lorenzo, etc.
Pourtant, j'imagine qu'un Gignac à Anderlecht ferait de belles étincelles.

Bref.
Johanromabatimessi Niveau : Loisir
Oui Shaolin, je regarde de temps en temps le Championnat Argentin et je suis d'accord avec toi sur le niveau déplorable, mais je dois reconnaître que Boca et River ont progressés ces derniers temps.

Par contre la concurrence est nul a chier et je me demande parfois comment certains "joueurs" on put être sélectionnés pour jouer au foot.

Dernièrement je me suis maté une mi temps (je suis pas maso) du match Tigre vs Quilmes, c'était affligeant, pas pire que la Mls, mais pareil. Niveau technique et tactique proche du néant.
il faudrait faire en sorte d'ajuster les calendriers et integrer la MLS à la copa libertadores et de rentrer l'amerique du nord dans la copa america... ca aiderait beaucoup au developpement du soccer. Pour l'instant ils sont rattachés à une seule grosse competition tous les 4ans, c'est pas assez
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
65 13