1. //
  2. // #108
  3. // En kiosque
  4. // Spécial numéros 10

Riquelme : « Le football dépend des numéros 10 »

Dans le numéro 106, paru au mois de mai, SO FOOT publiait un entretien fleuve avec l'un des plus grands numéros 10 encore en exercice aujourd'hui : Juan Roman Riquelme. À 34 ans, à l'heure de son ultime retour à la Bombonera, l'Argentin avait enfin accepté de parler. En exclusivité, voici un court extrait de cette interview, à Buenos Aires...

Modififié
970 42
On t'a souvent présenté comme le « dernier numéro 10 » du football. C'est quelque chose que tu ressens aussi ?
Franchement, je ne sais pas. Je sais que cette position de numéro 10, de meneur, est une position qu'on utilise de moins en moins dans le football. Mais le dernier… Ce que je peux dire, c'est que pour moi, en tout cas, c'est une très belle responsabilité de devoir défendre ce poste. Parce que mon opinion, c'est que le football dépend des numéros 10. Quand l'équipe joue bien, c'est que tout le monde a bien joué. Mais quand l'équipe joue mal, c'est la faute du 10. Voilà. Et c'est une responsabilité magnifique, j'adore ça. Parce que c'est ce que les gens viennent voir. Si tu prends place dans la file des gens qui achètent leur ticket au stade et que tu leur demandes qui ils viennent voir jouer, ils vont te répondre Zidane, Iniesta, etc. Je n'ai jamais vu un hincha payer pour voir un gardien ou un défenseur central.

Qu'est-ce que ces joueurs ont de plus que les autres ?
Zidane n'était peut-être pas aussi rapide que les autres, Iniesta n'est peut-être pas aussi puissant que les autres. Mais ce sont eux qui décident. L'équipe joue comme ils veulent qu'elle joue, et le ballon va au rythme qu'ils souhaitent. Pourquoi ? Parce que ce sont eux qui contrôlent le ballon. Le football, ce n'est que ça : c'est la passe et le contrôle. Si tu ne maîtrises pas ces gestes... Selon moi, le meilleur des vingt dernières années, c'est Zidane. Chez moi, j'ai des tas de vidéos de lui : je les regarde souvent parce que sa manière de contrôler le ballon a toujours attiré mon attention. Des joueurs qui contrôlent la balle comme le faisait Zidane, je ne suis pas sûr qu'on va en revoir. (Il chuchote à lui-même) Incroyable. C'était incroyable. Quand Beckham, qui a une frappe de balle fantastique, changeait le jeu de droite à gauche au Real pour Zidane, qui contrôlait sur son côté, c'était une merveille. Il pouvait maîtriser tout ce qu'on lui envoyait, c'est pour ça qu'il était au-dessus. Quand il jouait, il donnait une leçon. Lors de son dernier match avec le Real Madrid en 2006, Zidane a échangé son maillot avec moi. Je le garde précieusement à la maison.

On dit parfois de toi que c'est très difficile de t'intégrer à un autre système de jeu. Quand tu as Riquelme dans ton équipe, tu es obligé de jouer le jeu de Riquelme...
Oui. Mais moi, je pense que plus tu as le ballon, plus tu as de chances de gagner le match. Déjà, tu as presque toujours la sécurité de terminer sur un 0-0, parce que le football se joue avec un seul ballon. Après, plus tu as des joueurs bons techniquement, plus tu as de chances de te créer des occasions de but. Et au-delà de ça, c'est la manière dont j'aime jouer. Contrôler le jeu, toucher la balle tout le temps, ne pas courir derrière l'adversaire. C'est aussi ce qui se passe à Barcelone aujourd'hui. Je crois qu'on est tous d'accord pour dire que c'est l'équipe qui joue le mieux au football. Xavi et Iniesta veulent toujours avoir le contrôle de la balle, marcher avec, la toucher 300 fois par match. Nous, les numéros 10, c'est comme cela qu'on se sent bien. Quand on ne touche pas la balle pendant cinq minutes, on se sent un peu bizarre. Et ça marche, la preuve : ça fait cinq ans que le Barça gagne sans que personne ne puisse les battre.

Est-ce qu'on peut dire de toi que tu joues comme tu vis ?
Je ne suis jamais parti du quartier où je suis né. (Il ouvre grand les yeux et sourit) Je vis toujours là bas, avec mes amis d'enfance. Et j'ai neuf frères et sœurs. Moi, je suis l'aîné. Alors quand on se retrouve tous, avec les potes... Ça fait un sacré tas. On passe beaucoup de temps ensemble, on joue et on regarde énormément de football. La vérité, c'est qu'on est restés les mêmes : asados et football. C'est comme ça qu'on vit.

C'est là-bas que tu as appris à jouer ton football ?
J'ai commencé à 14 ans. Mon papa avait son équipe de quartier, et on jouait des tournois pour de l'argent. Quand j'ai signé à Boca, j'ai continué à aller avec eux. Encore aujourd'hui, dès que je suis en vacances, je continue à aller jouer dans le quartier.

Ces matchs du dimanche, ça se terminait parfois en baston ?
Toujours. Systématiquement. Moi, j'étais un des plus jeunes, donc je ne me battais pas : on me défendait. Ou alors je devenais un motif de conflit : quand je commençais à prendre trop de coups sur le terrain, ceux qui jouaient dans notre équipe s'énervaient (rires). Je crois que ça m'a beaucoup servi par la suite. Quand tu vas là-bas le dimanche et qu'ensuite le mercredi tu entres sur un terrain avec un arbitre qui ne laisse pas les joueurs se battre et qui s'assure que rien de grave ne va se passer, c'est le luxe. Quand j'ai commencé en pro, pour moi, c'était presque trop tranquille.

Il y a quelque chose que tu regrettes dans ta carrière?
Peut-être le jour où j'ai dit non à Manchester United. C'était avant la demi-finale de Champions contre Arsenal (en 2006, ndlr). Ferguson est venu me voir à l'hôtel avant le match. J'ai demandé au président de Villarreal s'il pensait me vendre. Il m'a répondu : « On vend tout le club, mais on ne vend pas Riquelme. » Alors j'ai dit « Non merci » à Manchester. C'est la seule chose que peut-être je peux regretter. Sinon, rien. Ici, je suis à ma place. Jouer avec le maillot de Boca est quelque chose d'incroyable, au moins aussi important que de jouer avec le maillot de la sélection argentine. Quand j'était petit, mon rêve, c'était simplement de jouer ne serait-ce qu'un match à la Bombonera, avec le maillot de Boca sur le dos. Et finalement, qu'est-il arrivé ? Après toutes ces années, les gens ont décidé de me faire une statue... Ils ont mis cinq mois à la construire. Le jour où ils me l'ont montrée a sans doute été le plus beau jour de ma vie en tant que joueur de Boca Juniors. Savoir que je vais rester dans l'histoire du club, c'est quelque chose de fou.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Juan Roman Riquelme dans le SO FOOT #106

Pour se procurer le numéro 106, c'est ici que ça se passe...

En kiosque : SO FOOT #108 - 10e anniversaire - SPECIAL NUMÉROS 10

– Propos recueillis par Pierre Boisson, à Buenos Aires
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ALOXE CORTONE Niveau : District
Il n'a pas eu la carrière qu'il meritait en europe....mais bon en même temps être prophète en son pays n'ai pas chose aisée pour tous le monde, lui l'a fait!
Quel joueur.. Depuis que je le voyais casser les reins à Villareal, je n'attendais qu'une seule chose: qu'il signe à Manchester United !

Nostalgie.. Je me souviens ses cassages de rein contre Arsenal en LDC :)
Le football, le vrai !! :( put*ain d'époque
KillerCroc Niveau : CFA
être prophète dans le championnat argentin, même Mickael Isabey aurait pu l'être.

Non, il à pas eu la carrière qu'il méritait forcément c'est vrai, mais il a jamais couru derrière la gloire et l'argent Riquelme. C'est un authentique grand joueur, peu importe sa carrière.
Heureusement qu'il n'est pas allé à United, ça n'aurait jamais marché. Ils lui auraient fait la même qu'à Veron, qui s'est fait téj alors qu'il avait été bon, mais pas assez dans le moule. Je veux même pas imaginer la cohabitation avec Ferguson d'ailleurs... Non le club européen idéal pour lui c'était bien le Barça, c'est dommage qu'il soit pas resté plus longtemps.
@Fix : Enfin Veron bon à ManUtd c'est un peu fort comme terme, même si c'était un bon joueur.

En revanche Juan Roman c'est un dieu, sa roulette restera à jamais dans ma mémoire.

http://www.youtube.com/watch?v=uhj5QpywZ8Q
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Merci Ruiquelme !!
Grâce à cette interview, je me rend compte de 2 choses très importantes.

Oui Zidane était un monstre.
Et oui, dans le football, la base c'est le contrôle !!
Je veux dire niveau culture, attitude, mentalité, tout ça, s'il n'a pas réussi à s'intégrer au Barça je vois pas comment il aurait pu le faire à Man U. Il a pas un caractère facile quand même. Après dans l'interview il a l'air de dire que ça lui aurait plu de jouer là-bas, peut-être qu'il aurait fait les efforts nécessaires. Mais j'ai vraiment du mal à l'imaginer se plier au rythme de la Premier League, même dans ses meilleures années.

T'imagines le dialogue avec Ferguson ?

JRR : bonjour coach, je suis ravi de vous apprendre qu'à partir de maintenant United joue en 4-3-1-2, et que moi c'est le un. Et vous n'ignorez sans doute pas qu'il ne faudra pas compter sur moi à la récupération.
AF : quoi ? c'est moi le putain* de boss, damned !
JRR : plus maintenant.
AF : et pourquoi ça ?
JRR : parce que le peuple paye pour me voir danser, pas pour te voir mâcher des chewing gums.
AF : ouais ouais, fais le malin mais t'es en Angleterre maintenant, va falloir courir.
JRR : je ne cours que rarement, toujours après avoir marqué un but. Et je marque surtout quand je m'aperçois que mes coéquipiers sont de trop grosses chèvres pour mériter mes passes décisives. Voyez donc cela avec la paire de biquettes que vous croirez bon de me fournir en attaque.

Sinon Veron à United j'en ai des très bons souvenirs, j'ai jamais compris pourquoi il s'était fait autant basher là-bas.
salvat1985 Niveau : DHR
Si j'avais su j'aurai pas acheter le hors série des 10 ans et attendu la diffusion au fil de l'eau sur le site.
je rigole So Foot!
j'ai kiffé le hors série.
l'intervieuw de Baggio m'a fait glisser une lamouille en repensant à cette World Cup 94.
Muwbolsterba Niveau : Loisir
Ah Riquelme, le mec qui aurait pu venir au PSG, quand on pense que Vahid n'en avait pas voulu lors du transfert de Ronnie :'( La haine ... !!!!

"Riquelme trop lent"

vahid **culé !
Pareil, Vahid et Roman dans le même club, impossible. C'était l'un ou l'autre. Evidemment Paris a fait le mauvais choix, mais c'est chaud de virer ton coach juste pour faire venir un joueur qui ne connaît même pas encore le club.
Et allé, après la branlette sur le beau gosse Pirlo, voici le tour de Riquelme, l'homme qui supporte la pression aussi bien que Matt Moussilou. Mais bon c'est toujours mieux et plus glamour d'être à contre-courant de la mode actuelle...Comme si sur sofoot était représenté l'élite du football, la crême de la crême...je me marre
A un moment va falloir arreter de dire que le joueur n'aura pas eu une carriere digne de ce nom car incapable de s'intégrer au style de jeu européen. Mis à part l'épisode Barcelone, ou le mec a été boycotté par Van Gaal au profit des Néerlandais, le plus gros problème de Riquelme aura été de se considérer au dessus des institutions pour lesquelles il a joué. Il me semble qu'à la fin de l'épisode Villareal, ca commencait deja à chauffer entre lui et Pellegrini. Idem pour la sélection nationale, ou son égo n'a pu supporter la montée en puissance de Messi, déclarant pathétiquement à la télévision qu'il se retirait pour etre avec sa mère (à boire du maté???). Et c'est toujours le cas aujourd'hui à Boca, licenciement de Falcioni qui était en de mauvais termes avec lui (mais qui lui au moins apportait des résultats au club) suite à ses caprices INACCEPTABLES avant la finale de la Libertadores l'année dernière avec ses déclarations d'avant match ("je me sens vidé, je me retire après ce match"). Déclarations ayant tétanisées le reste de l'équipe avent un match crucial. Refus de revenir pendant 6 mois, malgré l'appel des supporters, pour revenir en début d'année complètement cramé mais avec à la clé une jolie revalorisation salariale. Ou en est le club aujourd'hui??
C'est pour ca qu'il est intéressant de noter un parallélisme, toutes proportions gardées, avec Totti à la Roma. Deux joueurs extraordianires, mais possédant une aura si grande, qu'il est impossible de les remettre en cause.

Les joueurs passent, l'institution reste qu'ils disaient
Phoenix Wright Niveau : District
Il serait temps de se mettre à la page, Riquelme. Le meilleur club du monde désormais, c'est le Bayern. Pourquoi? Parce qu'ils savent quoi faire du ballon. Même s'ils ont presque toujours la possession (sauf contre ce fameux Barça), on voit jamais de 0-0.
En sélection franchement je vois pas trop ce qu'on peut lui reprocher. Il s'entendait très bien avec Messi, sur le terrain en tout cas, ils étaient complémentaires. Et il a été parfaitement loyal à Pekerman et Basile, contrairement à d'autres... Difficile de lui donner tort vis-à-vis de Maradona.

En club par contre, ingérable. Mais génial. A prendre ou à laisser. Perso je l'adore mais je vois pas l'intérêt de l'imaginer dans des équipes où il n'aurait jamais pu être lui-même.
Note : 1
"Je n’ai jamais vu un hincha payer pour voir un gardien ou un défenseur central."

FAUX, moi je paierai 50 € pour aller voir une montée rageuse de Hummels ou une "scorpion" de Higuita.
Toucher de balle, élégance, vision du jeu zt un pied droit carressant le ballon à chaque coup.

Après le reste la carrière, l'extra sportif je m'en tape, c'est juste l'un des joueurs que je l'ai plus admiré pour sa classe.
un des derniers mohicans...
LIGA total! Niveau : Loisir
On dit comment génie en espagnol ?
@ Fonstave , C'est exacte Roman a toujours eu un égo a lui tu a assez bien résumé la situation , mais il y a un cependant !*

_ Van Gaal dixit le nazi des Brésiliens par Giovanni ( il me semble ? ) pendant son ère Barça , a était un poison envers Roman qui n'a jamais était tenu en compte par le Batave !
( le Barça avait pourtant miser pas mal d'argent sur lui , m'enfin le Batave n'est pas a une brouille près avec un joueur , ni de tentative de révolutionner un club :
le Bayern via Hoeness le confirmera )

_ Villareal 50 000 habitants environ modeste club de la proche banlieue de Valencia , jouera une demi finale de Ligue des Champions avec a la baguette Roman !

_ A son retour en 2007 en pret a Boca , la Libertadores 2007 c'est quasiment lui !

_ Son attitude en finale de Libertadores 2012 avant le match contre Corinthians était lamentable , faut le reconnaitre , cependant Falcioni est un entraineur amorphe incapable de renverser un match quand l'équipe était mener a la marque , ou a 11 contre 10 adversaires !
Ses résultats que tu dis était une auto-gérance de l'équipe dont lui avait pas grand mot a dire .
( Cependant Merci a lui pour le titre de champion et de coupe d'Argentine )

_ * Le cependant est ici , Roman a était voter plus grand joueur de l'histoire du club !

> Roman c'est 1 Coupe Intercontinental en 2000 , au Japon contre le Real .
3 Copa Libertadores .
5 Championnats .
1 Coupe d'Argentine .

Comme palmarès etre champion du monde des clubs , et avoir gagner trois coupes continentales peut de joueur peuvent s'en vanter dans leurs carrières !!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
970 42