Argentine - Boca Juniors

Par Léo Ruiz

Riquelme laisse Boca orphelin

Boca Juniors a perdu le championnat de clôture et la Copa Libertadores, mais il a surtout perdu Juan Roman Riquelme. Son meneur de jeu, son capitaine, son idole. Le genre de mec à avoir déjà sa statue au musée du club avant même de le quitter. "El diez" a laissé entendre qu’il continuerait à jouer, mais ailleurs.

Note
8 votes
8 votes pour une note moyenne de 4.38/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Juan Roman Riquelme
Juan Roman Riquelme
Boca Juniors a perdu la finale de la Copa Libertadores, mais c’est presque déjà oublié. Le grand événement de la soirée de mercredi soir pour les bosteros, ce n’est pas ce qu’il s’est passé sur le pré, où les hommes en jaune et bleu n’ont rien fait de bon, mais l’annonce de Riquelme à la sortie du vestiaire, dans le couloir du stade Pacaembu. Pendant que les Corinthians fêtent leur premier titre continental avec keurs supporters, Juan Roman Riquelme s’arrête devant les journalistes et lâche le morceau. « J’ai parlé avec les joueurs, avec le président. Je leur ai dit que je ne continuerai pas. J’aime ce club, je serai éternellement reconnaissant envers ses supporters. Mais je me sens vidé. Je ne peux plus rien leur donner». Une déclaration que l’on sentait venir depuis le coup de sifflet final, quand le capitaine xeneize s’en est allé embrasser un à un ses coéquipiers puis tout son staff, avant d’ordonner à tout ce petit monde d’aller saluer les milliers de supporters argentins ayant fait le déplacement.

L’idole de la Bombonera

« Je joue au foot depuis 16 ans, je suis allé au maximum de mes capacités. Je ne peux pas jouer à 50% pour ce club». Physiquement, Roman était au bout du rouleau. Ces dernières années, il luttait autant contre son corps que contre l’adversaire. Mais sur le terrain, il était l’idole. Plus encore cette saison, avec le brassard et sans Martin Palermo, avec qui il entretenait une relation compliquée. Comme avec ses dirigeants actuels, probablement une des raisons de son départ. Comme avec Maradona, pour qui il a refusé la sélection en 2009. Un joueur de ce calibre est forcément compliqué à gérer.

A Boca, Riquelme est un mythe vivant. L’année dernière, sa statue a été installée dans le musée du club, à la Bombonera. Un stade qui a scandé pour la première fois son nom un soir de novembre 1996, pour sa découverte de la Primera, à 18 ans. Roman n’est alors qu’un gamin mais déjà son sens du jeu et son touché de balle impressionnent. La Bombonera, sous le charme, l’ovationne. Ce soir-là, Boca a trouvé son numéro 10. Ce joueur différent qui va guider le club vers une nouvelle ère de succès. Sur le CV, c’est 5 championnats, 3 Libertadores, une Sudamericana et une coupe intercontinentale. Deux trophées de meilleur joueur du championnat, deux fois MVP des finales de Libertadores. Presque 300 matchs, plus de 60 buts. Quant aux passes décisives, sa spécialité, personne ne les a comptées.

Un titre et une finale

Véritable meneur de jeu comme il en existe plus chez nous, Riquelme est lent mais va plus vite que les autres. Ces derniers mois, il n’avançait carrément plus, mais restait l’homme le plus dangereux du Boca de Falcioni. De moins en moins buteur, de plus en plus lourd, il se contentait de distribuer. Mettre de l’ordre dans un jeu extrêmement brouillon, faire le lien entre la défense et l’attaque, poser le pied sur le ballon, faire la différence dans les 30 derniers mètres et sur coup de pied arrêté. Tout ça, c’était lui.

Quand il signe pour quatre nouvelles années à l’été 2010, après de longues et laborieuses négociations, il promet aux supporters un titre de champion et une finale continentale. Champion d’Argentine en décembre dernier, c’est donc sur cette finale logiquement perdue face aux Corinthians qu’il s’en va, après 12 saisons passées dans un club qu’il laisse orphelin, sans vedette, sans leader technique et charismatique. Compétiteur, Riquelme sait qu’il n’aurait pas fait mieux. Preuve à lui seul de la faiblesse du championnat argentin (il y rayonnait en marchant), son départ est aussi un coup dur pour ce dernier. Après Veron et Gabriel Milito, il est le troisième grand nom à le quitter cet été. A moins que…

Argentinos Juniors, le Qatar ou le Shanghai de Sergio Batista

« Je vais parler avec mon fils, qui a neuf ans. S’il veut continuer à me voir jouer, je continuerais un peu mais pas à Boca, parce que je ne peux pas jouer à 50% ici». Cette petite phrase a fait réagir le marché, et en tout premier lieu l’Argentin, à Tigre, à Independiente et surtout à Argentinos Juniors, où il a été formé mais n’a jamais joué en Primera. « Economiquement parlant, on ne peut pas rivaliser avec l’extérieur. Mais j’ai entendu qu’il voulait rester au pays. L’objectif est de le convaincre. Le club est dans l’obligation de lui faire une proposition », a immédiatement déclaré Daniel Guerra, vice-président du club qui a aussi vu éclore Maradona.

S’il continue ailleurs qu’en Argentine, le Moyen-Orient et la Chine pourraient aussi être des pistes sérieuses. Sergio Batista, nouvel entraineur du Shanghai Shenhua, le calerait bien derrière le duo Drogba-Anelka. Dans la presse locale, une rumeur faisait aussi état d’un intérêt venant du Qatar pour lui et son coéquipier et ami Clemente Rodriguez. Au Brésil et à Villarreal, le nom de Riquelme ferait aussi rêver, mais l’Argentin l’a dit, il n’a plus les jambes. S’il continue, c’est l’Argentine ou la préretraite dorée. Une chose est sûr, ce ne sera pas à Al Wasl.


Par Léo Ruiz


 





Votre compte sur SOFOOT.com

19 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par canardo le 06/07/2012 à 10:34
      Note : 1 

    Ah! Ce coup de patte! On en fait plus des comme ça, malheureusement, et dire que ce mec n'a jamais joué dans un top club européen...

  • Message posté par mario le 06/07/2012 à 10:55
      Note : 2 

    Le Barça, c'est pas un top club européen?

  • Message posté par Y.A. le 06/07/2012 à 10:57
      

    Il a joué au barca, mais n'a pas percé...c'est seulement à Villareal qu'il a commencé a s’épanouir en europe

  • Message posté par Timorcheck le 06/07/2012 à 10:58
      

    @canardo: pour toi le barça c'est pas un top club européen?

  • Message posté par lolonois le 06/07/2012 à 11:09
      Note : 2 

    Il n'a pas joué au Barça était au Barça. Nuance

  • Message posté par El Xeneize le 06/07/2012 à 11:09
      

    Dramatique semaine d'avant finale retour de Libertadores ou rien n'etait réunit pour la remporter , Dramatique rumeur d'avant match de départ , Dramatique annonce d'après match confirmer !

    _ Roman tu es la plus grande idole que le club est connut , Merci pour Tout !!!

    cette annonce donne du mal a s'en remettre a en pleurer ..


  • Message posté par aleKsson le 06/07/2012 à 11:18
      Note : 1 

    Dans sa carrière, riquelme c'est 181 passes décisives en 550 matchs.
    Plus de 110 en 300 matchs avec boca

  • Message posté par samotraki le 06/07/2012 à 11:39
      Note : - 2 

    La presse est un peu trop élogieuse avec Gabriel Milito; J'en Riquelme tte ce cernier joueur au niveau du grand Juan Roman. Pour Veron OK.

  • Message posté par Nour le 06/07/2012 à 11:55
      Note : 1 

    Le Barça etait un top club Européen incontestablement, mais dans le creux de la vague sportivement parlant(celui du retour foiré de Van Gaal). Van Gaal justement, qui préférait aligner le jeune Iniesta, à Roman.

    Et son cas ne s'est pas amélioré avec le nouveau projet de jeu initié par Rijkaard, conjugué à l'arrivée de Ronnie.

    Mais sinon quel régal ce joueur. un 10 de derrière les fagots.

  • Message posté par saviola07 le 06/07/2012 à 12:21
      Note : 2 

    Houla attention Nour !!! Riquelme c'est 30 matchs au Barça en 2002/2003. Iniesta était quasiment inconnu et a très peu joué cette saison là. Ce n'est certainement pas lui qui lui a fait de l'ombre. Et même après l'arrivée de Rijkaard il n'a même pas fait 20 matchs le petit Iniesta. Ce n'est qu'en 2004/05 qu'il a vraiment explosé. Riquelme ne s'est tout simplement pas adapté à Barcelone dans une époque où très peu de cohérence se dégageait du projet sportif.

    Et puis l'histoire de la concurrence Riquelme/Ronaldinho, elle n'existe tout simplement pas, les deux joueurs n'ont fait que se croiser, l'un arrivant quand l'autre prenait la direction de Villareal. Après si c'est ce que tu entends par "Rijkaard lui a préféré Ronnie", bon, pourquoi pas, mais c'est encore faux dans la mesure où ce n'est certainement pas Rijkaard qui a oeuvré pour la venue de Ronnie, mais plutôt Rossel, actuel président. D'ailleurs à l'origine c'est Beckham qui était promis aux supporters par Laporta. Cette ---- anglaise s'en est allé au Real, le Barça a donc tout misé sur Ronaldinho... Et grand bien lui en a pris bordel de Dieu !!!

    Grand Chapeau à Riquelme. Vraiment dommage qu'il n'est pas pu être le génie qu'il est au Barça. Avec Saviola, que de belles choses ils auraient pu nous offrir. En supposant qu'un Xeneize puisse s'entendre avec un Millonario.

  • Message posté par Nour le 06/07/2012 à 12:33
      Note : 1 

    @saviola

    Merci pour tes eclaircissements. Il me semble que c'est sur le milieu/fin de saison que Riquelme fut progressivement délaissé par Van Gaal au profit d'Iniesta. N'hésite pas à me reprendre si je me trompe ! ;-)

    Sinon, je sais que Ronnie et Roman n'ont fait que se croiser (j'aurais du le préciser lol), et j'entendais par ma réflexion que Riquelme n'était pas inclus dans le projet de jeu que Rijkaard a mis sur pied, mais pas d'une éventuelle concurrence entre ces 2 monstres !

    Après que ce soit Sandro Rosell, ou Rijkaard qui ait fait venir Ronnie, ce n'est pas grave, car tout le monde en a profité au Barça ...

  • Message posté par saviola07 le 06/07/2012 à 12:55
      

    C'est vrai, c'est surtout sur la fin de saison qu'Iniesta a grappillé ses premières minutes sous le Maillot A Blaugrana. Mais bon, encore une fois c'était plus ou moins lié au (déjà) mauvais rendement de Riquelme. Pour Iniesta c'était de toute manière inéluctable. Il devait jouer à un moment où à un autre. Pour Riquelme, il était trop lent. Voilà son principal défaut. D'ailleurs l'auteur pointe bien du doigt le fait que c'est un indicateur à lui seul de la faiblesse du championnat argentin... Connais pas vraiment, peux pas dire.

    Après on pourra dire que Riquelme n'a pas eu la chance d'être entouré de bons coéquipiers. Même s'il y avait Kluivert, Saviola, Luis Enrique (sur la fin quand même). C'est quand même pas Eto'o, Deco, Iniesta qui a éclos, Xavi plus puceau, Giuly et ses jambes de feu...

    Voilà, on parle de Riquelme au Barça mais ce n'est finalement qu'une saison dans sa carrière. Une poussière au regard de ce qu'il a fait avant et après.

  • Message posté par Marvemine le 06/07/2012 à 13:08
      Note : 1 

    Entièrement d'accord avec Saviola puisque ce qu'on a reproché à riquelme lorsqu'il était au barca c'est sa lenteur et que ça ne s’adaptait pas avec le jeu du barca alors que ce mec à la meilleur couverture de balle au monde et te lâche des caviars de malade. j'aurais aimé le voir jouer la coupe du monde une association avec messi serait fulgurante mais malheureusement vu son différent avec maradonna.

  • Message posté par El Xeneize le 06/07/2012 à 13:22
      Note : 1 

    En vérité le problème au Barça de l'époque s'appellait simplement Van Gaal !
    et je ne pense pas que sa lenteur etait un souçis car Roman de toute sa carrière n'a jamais courut après un ballon vu que c'est le ballon qui courait pour lui .
    D'ailleurs Giovanni un ancien de la maison a qualifié de Van Gaal de hitler des Brésiliens !
    que ce soit a l'Ajax , au Barça et dernièrement au Bayern le Van Gaal a laisser beaucoup de détracteur derrière lui malgré son palmarès !
    tout un relationnel humain sans doute , hypothèse .

  • Message posté par forza-OM le 06/07/2012 à 13:49
      

    Hasta luego el ultimo numero 10 !

    Il manquait peut etre un Palermo à Riquelme pour prendre la coupe..
    Vraiment dommage pour Boca..

    Socrates (en haut) et Lula (en bas) sont heureux, c'est déja ca.

  • Message posté par mario le 06/07/2012 à 13:57
      Note : 3  /

    Riquelme, il suffit de l'entendre parler dans une interview pour comprendre qu'il est du genre lent.

    Lent et intelligent. Qui prend son temps, le temps de réfléchir.

    Confronté au football européen, principalement athlétique, il a eu du mal.

    Lui, c'est un tacticien. Un géomètre. Il mesure le jeu, les distances, les mouvements.

    Un joueur unique à notre époque. Un joueur d'une autre époque. Une époque où on courait moins, moins vite et où on prenait le temps de réfléchir pour trouver des solutions aux problèmes posés sur le terrain par l'adversaire.

    Un football moins agressif et plus cérébral que celui d'aujourd'hui.

    Riquelme c'est un dinosaure.

  • Message posté par saviola07 le 06/07/2012 à 15:46
      

    Exact Marvemine, Riquelme aurait décharger Messi de l'organisation du jeu argentin. Ce qui semblait criant lors des derniers gros tournois de l'Albiceleste c'est que Messi devait toujours tout faire, construction et finition. Peut être que dans une certaine mesure Riquelme aurait jouer un rôle à la Xavi, toute proportion gardée, et libéré Messi. On n'aura pas de réponse à cette question en tout cas.

    Pour les derniers matchs ou Messi a été énorme j'ai pas vu... Peux pas dire.

  • Message posté par LBDT14 le 06/07/2012 à 16:45
      

    un technicien sud-Américain (me souviens plus tout à fait lequel, mais Maturana il me semble) avait dit un jour...'on ne joue pas avec Riquelme, on joue pour Riquelme'. Il avait mille fois raison...

  • Message posté par RomanR10 le 06/07/2012 à 18:40
      Note : 1 

    " Lui, c'est un tacticien. Un géomètre. Il mesure le jeu, les distances, les mouvements. "

    Superbe phrase mario, j'suis fan.

    Sinon, gracias Roman. Même si j'ai le regret de ne pas avoir vu une réel despedida ( Riquelme était adulé à la Bombonera ... C'est simple, lors de la présentation des joueurs, les hinchas chantaient sans s'arrêter ... Sauf quand JR apparaissait, tout le stade cantonnait son nom ) . Et rien que pour ça, j'pense qu'il va quand même revenir ne serait-ce qu'un seul match et oublier les tensions qu'il a eu avec Falcioni.


19 réactions :
Poster un commentaire