1. // France – Ligue 1 – 13e journée – Rennes/Lorient

Ripollico ce soir route de Lorient

Né à Rennes et formé au SRFC, Sylvain Ripoll est devenu depuis un pur Merlu : d'abord comme joueur, puis comme adjoint de Gourcuff et aujourd'hui en tant qu'entraîneur principal. Un poste menacé par les résultats inquiétants de son équipe, actuellement relégable. Alors, passera ou passera pas l'hiver ? Une partie de la réponse se joue ce soir au stade de la Route de… Lorient.

10 0
Avant ou après le match de ce vendredi soir, il est assez peu probable que Sylvain Ripoll trouve du temps pour aller faire un tour au marché des Lices, se promener au Thabor, flâner rue Le Bastard ou boire une mousse place du Parlement. Ce n'est pas qu'il n'en a pas envie, mais disons qu'il a déjà assez de soucis comme ça ces dernières semaines à marquer à la culotte son équipe pour s'offrir du temps libre. Et puis, d'ailleurs, il l'assure, le Rennes où il est né en 1971 et où il s'est épanoui jusqu'au début des années 90 ne ressemble plus à celui d'aujourd'hui. On ignore s'il était un habitué du mythique et regretté magasin Rennes Musique, comme son ex-coéquipier Jocelyn Gourvennec, son cadet d'un an, mais il est vrai que le chef-lieu d'Ille-et-Vilaine a pas mal changé ces deux dernières décennies. Un peu moins rock'n'roll, et dans le même temps son club de foot a profité du rachat par la famille Pinault pour gagner en standing et se stabiliser en élite, alors que l'habitude était auparavant de rester dans l'ascenseur et d'appuyer frénétiquement sur les boutons. « Je n'ai plus du tout de repères, reconnaissait Ripoll cette semaine en conf' de presse. La configuration du stade a explosé, c'est un club qui a pris une autre dimension. » Il a clairement souhaité évacuer la charge symbolique et émotionnelle de ce match pour lui, le Rennais devenu Merlu, ce fameux derby contre Lorient au stade de la route de Lorient. N'empêche que c'est quand même un enfant de la maison qui revient rendre visite à la famille rouge et noir. Et nul doute que l'évocation de son nom par le speaker du stade – qui n'est plus Jacky Sourget – s'accompagnera de chaleureux applaudissements. Ripoll va pouvoir retrouver quelques têtes connues, parmi lesquelles René Ruello, revenu cet été à la présidence, Patrick Rampillon, le directeur du centre de formation, ou encore Laurent Huard, son quasi-jumeau de naissance, issu de la même promo et aujourd'hui entraîneur de la B rennaise. Qu'il le veuille ou non, c'est bel et bien un « Ripollico » qui est à l'affiche ce soir.

Le Denoueix lorientais ?


Mais pour le principal intéressé, l'heure n'est certainement pas à la fête ni au jubilé et aux flonflons. Car celui qui est arrivé dans le Morbihan en 1995 pour ne plus jamais en repartir connaît aujourd'hui la pression de l'homme exposé, après des années à vivre peinard à l'ombre. L'ancien joueur devenu adjoint de Gourcuff pendant une décennie a « profité » de la brouille de son ancien supérieur avec le big boss Loïc Féry pour lui succéder au poste. Une opportunité impossible à refuser. Nommé fin mai, il a droit à la clémence d'un public merlu déjà pas forcément porté sur le côté rouspéteur et qui a accueilli majoritairement d'un plutôt bon œil le choix de remplacer maître Yoda Gourcuff par le Padawan Ripoll. La stratégie a tout du passage de relais réussi entre Coco Suaudeau et Raynald Denoueix chez le voisin nantais en 1997… Problème : en bon businessman qu'il est, Féry a dans le même temps une fâcheuse tendance à gérer le groupe sportif comme un placement d'actifs, avec des joueurs à refourguer pour conserver le fragile équilibre financier, quitte à remettre en cause le fragile équilibre d'équipe. Il en est ainsi depuis des années – au point de décourager Gourcuff – et la règle n'a pas changé cet été. Aliadière est parti, tout comme Monnet-Paquet. C'était prévu. Et puis Aboubakar aussi a filé, de même qu'Ecuele Manga. Là, pour le coup, ça l'était moins. Ripoll, le 1er août au Télégramme : « Je compte sur Aboubakar la saison prochaine, plusieurs joueurs importants sont déjà partis, nous nous devons d'avoir une équipe compétitive. » Le Camerounais n'est plus là pour autant, et Ripoll, en employé sage, n'a pas pu l'ouvrir comme son prédécesseur l'avait fait avant lui, notamment lors de la vente de Lemina. C'est pratique pour Féry de disposer d'un garçon bien élevé, plus malléable que le druide Gourcuff et son caractère tempétueux. Pratique aussi d'en disposer comme éventuel piston ? Ripoll n'a signé qu'un contrat de deux ans, alors il est vrai que s'en séparer le cas échéant n'est pas la chose la plus compliquée que ce trader ait eu à gérer…

7 défaites sur les 8 derniers matchs…


Le moment est-il venu d'envisager ce cas de figure ? Officiellement, ce n'est pas d'actualité. Officieusement, il y a de quoi s'interroger sur l'avenir de « SR » sur le banc du FC Lorient. Relégable depuis la précédente journée, l'équipe lorientaise reste sur trois défaites de suite en L1, sept sur les huit derniers matchs, avec la victoire à Bastia le 4 octobre pour seule embellie. Fidèle au 4-4-2 maison, Ripoll ne parvient pas à bien faire jouer un collectif dans lequel les personnalités censées donner le tempo (Lautoa, Traoré, Coutadeur et les recrues Mostefa et Mesloub notamment) évoluent en dessous de leur niveau habituel. La défense est moins stable depuis la perte d'Ecuele Manga, et surtout l'attaque est un chantier permanent suite aux départs combinés d'Aliadière et d'Aboubakar. Pour positiver, il faut signaler qu'il y a tout de même eu du mieux dans les intentions de jeu samedi dernier face au PSG, au moins le temps de la première période. Mais forcément, à mesure que les journées passent, l'urgence comptable commence à se faire sentir. Une victoire ce vendredi soir route de Lorient permettrait à l'équipe de sortir de la zone rouge et à son entraîneur de pouvoir un peu souffler. Voire, soyons fous, d'aller fêter ça en allant s'en jeter quelques petits du côté de la place Sainte-Anne après-match avec les copains, comme au bon vieux temps.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
10 0