Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Brésil/Venezuela (0-0)

Rincon éclipse Neymar

On attendait Neymar. On attendait Ganso. On attendait Lucas. Au final, lors de ce Brésil-Venezuela, on a surtout vu à l'œuvre Cesar Gonzalez et Tomas Rincon, les infatigables milieux de terrain vénézuéliens. Sans parler de l'arrière-garde du Venezuela, sorte de mur de Berlin 2.0.



Brésil-Vénézuela : 0-0



Brésil

Julio Cesar (non noté) : Carte postale de Julio Cesar pour sa femme : "Ma chérie, ces petites vacances en Argentine se passent bien. Ici, je ne fais rien et il fait plutôt froid. J'espère que quelqu'un me donnera la balle au prochain match. Je t'embrasse. Ton Jules."

Dani Alves (6) : Sa nouvelle coupe neymaresque ne lui a pas apporté beaucoup d'efficacité. Moins tranchant qu'avec le Barça (c'est plus facile de faire un relai avec Messi hein?), Dani Alvès s'est perdu au fil du match, et s'est même retrouvé milieu central en fin de rencontre. Là où normalement, il y a Xavi et Iniesta.

Thiago Silva (7) : Aux côtés d'Alessandro Nesta, Thiago Silva a bien appris. Il est désormais l'un des meilleurs centraux au monde, aussi impérial face à Eto'o et Cavani que face aux attaquants vénézuéliens.

Lucio (6) : Le capitaine de la Seleçao a été bon, mais toujours à la limite de la connerie. Quelques montées rageuses, qui n'ont servi à rien. Et quelques coups, qui ont servi.

Andre Santos (5) : Avant, il y avait Roberto Carlos. Maintenant, il y a Andre Santos. Bon. Bah, c'était mieux avant.

Ramires (6,5) : Un match très correct. Le milieu de terrain de Chelsea a été l'un des plus précis, malgré une passe directement en touche qui a fait gronder le stade. Sur une incursion, il a même offert une balle du but à Pato. Mais y'a pas but.

Lucas Leiva (5,5) : Dans un rôle à la Pirlo, le joueur des Reds n'a pas été flamboyant. Mais pas dégueu non plus. C'est juste étonnant qu'une nation comme le Brésil n'ait pas un type un peu moins anonyme à ce poste-clef.

Robinho (5) : Un bon début de match, et puis plus rien. Lorsqu'il se retrouve seul face au portier adverse, il donne toutes les indications pour faire comprendre qu'il va placer une petite frappe enveloppée et manque son duel. Dommage, avec Milan, il la met celle-là.

Ganso (4,5) : On l'annonce depuis plus d'un an comme le nouveau Kakà. Effectivement, il a été aussi lent que Kakà. Sauf que le joueur du Real Madrid, avant de devenir lent, a été le meilleur joueur du monde. Espérons juste que Silvio Berlusconi n'a pas regardé ce match. On mettra ça sur le compte de la pression.

Neymar (5,5) : A chaque fois qu'il touche la balle, on sent qu'il pourrait se passer quelque chose. Malheureusement, il ne se passe rien. Quelques grigris, quelques accélérations, mais pas grand chose de plus. On mettra ça sur le compte de la pression.

Pato (6) : Les contrôles de balle, c'est un acquis chez l'attaquant du Milan AC, qui a offert quelques contrôles "balle qui colle au pied" de toute beauté. En revanche, côté efficacité devant le but, il faudra repasser. Il s'est tout de même procuré la plus belle occasion du match, avec une frappe puissante sur la barre.

Remplaçants : Fred a remplacé Pato à vingt minutes du terme. Hormis le fait qu'il ressemble toujours autant à Francis Perrin, rien à signaler. Lucas, le petit prodige de Sao Paolo, a fait une bonne rentrée, pleine d'envie, mais trop tardive. Quant à Elano, il a juste eu le temps d'allumer un missile. Au-dessus.

[page]



Venezuela

Vega (6) : Un gardien qui porte le même nom qu'un personnage de Street Fighter II, cela appelle le respect. Pour le reste, Vega n'a pas eu grand chose à prouver. Même pas besoin de ses griffes géantes.

Rosales (6,5) : « Coach Farias m'avait demandé de ramener un point » .

Peroso (6,5) : « Coach Farias m'avait demandé de ramener un point » .


Vizcarrondo (6,5) : « Coach Farias m'avait demandé de ramener un point » .

Cichero (6,5) : « Coach Farias m'avait demandé de ramener un point » .

Cesar Gonzalez (7) : Le joueur du Gimnasia La Plata, qui jouait pour l'occasion à domicile, a été énorme. Infatigable dans la récupération, il a effacé les milieux de terrain brésiliens. Pour info, il jouera l'an prochain en deuxième division.

Rincon (7) : Comme son coéquipier du milieu de terrain : un match énorme. Des passes précises, des courses à n'en plus finir, de la hargne, le joueur de Hambourg a lui aussi fait la nique à Ganso & Cie. Sauf que lui, personne ne veut l'acheter pour 40 millions.

Lucena (6) : Un peu moins en évidence que ses deux copains Gonzales et Rincon, il a tout de même été bon, et a tenté d'amorcer quelques actions d'attaque. Avant de (vite vite) retourner défendre.

Arango (5) : Le capitaine-courage de l'équipe a déçu. Très maladroit en début de rencontre, il a rapidement fini par se résigner à défendre, comme la plupart de ses camarades. Mais on attend beaucoup mieux de lui.

Rondon (5,5) : Un rôle ingrat. Rondon a dû venir chercher des ballons très bas, puisque les trois quarts des joueurs de son équipe jouaient près de la surface de réparation. Il s'est aussi par une jolie simulation dans la surface, qui lui a valu un carton jaune. Mais ce soir, il s'en fout.

Miku (5,5) : Le buteur de Getafe nous avait habitué à mieux ces deux dernières saisons. Jamais dangereux, il a constamment buté sur le mur Thiago Silva-Lucio. En même temps, est-ce que quelqu'un lui avait vraiment demandé de marquer un but ?

Remplaçants : Les trois changements utilisés par Cesar Farias ont surtout servi à faire souffler des joueurs qui ont tout donné. Avec une consigne pour les nouveaux entrants : garder le ballon et défendre. Ainsi, les attaquants Maldonado et Moreno ont fait le même (sale) boulot que Rondon et Miku, tandis que Di Giorgi n'a pas touché la balle. Mais il a quand même levé les bras au ciel au coup de sifflet final.

Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom
À lire ensuite
On était à la finale PES