Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe B
  3. // Galatasaray/Real Madrid

Rien n’est trop beau pour Cristiano

Annoncée en grande pompe, la prolongation de Cristiano Ronaldo est la plus belle « recrue » du mercato merengue. Exit les rumeurs parisienne et mancunienne, désormais le Portugais a seulement la tête au Real Madrid. Et le compte en banque rempli de zéros.

Modififié
« Le divorce entre un club et un joueur fantastique n’a pas de sens. » José Mourinho, feu l'entraîneur du Real Madrid, n’a pas perdu son sens de la formule. Après des mois et des mois de tractions, le Special One s’est mué en porte-parole de la pensée générale. Depuis ce dimanche 13 heures, Cristiano Ronaldo et le Real Madrid ont, enfin, trouvé un terrain d’entente pour la prolongation du joueur. Les chiffres sont exorbitants : un salaire compris entre 18 et 21 millions d’euros sur les cinq prochaines saisons, et un pourcentage plus important encore sur son droit à l’image. Bref, après l’arrivée tardive de Gareth Bale, CR7 a tout de suite repris les devants. Pour l’annonce de cette prolongation, le club de Chamartín a vu grand. Annoncée à la dernière minute, la conférence de presse a fait le plein de journalistes. Entre les discours de Florentino Pérez et de l’intéressé, que des sourires, ou presque, pour illustrer cette joyeuse issue. Car dans ce dossier qui a traîné, chaque alinéa du nouveau contrat a été sujet à des heures de pourparlers. Où il n’a pas été seulement question de gros sous.

Une tristesse mal communiquée

Pour qu’une telle allégresse se dégage de la direction du Real, faut-il encore qu’il y ait eu de la peur. La peur de voir Cristiano Ronaldo ne pas prolonger son aventure avec la Casa Blanca. Pour rappel, ce malaise avait éclaté au grand jour un soir de victoire lambda face à Grenade. Dans les arcanes du Santiago Bernabéu, le Portugais faisait la moue : « Si je n’ai pas célébré mes buts, c’est parce que je suis un peu triste. C’est la seule raison. Quand je ne fête pas mes buts, c’est que je ne suis pas heureux. Les gens du club le savent. Ils le savent, je ne peux rien dire de plus. » Maladroits, les propos de Cristiano avaient entraîné un tollé. Comment l’un des joueurs les mieux payés de la planète pourrait-il se plaindre de sa situation ? Son salaire, alors de 13 millions d’euros à l’année, se trouvait loin de ceux de Messi, Zlatan ou Eto’o. Mais plus que de simples chiffres, c’est l’attitude de la direction du Real Madrid par rapport à ses états d’âme qui l’a poussé à sortir de son silence. Ainsi, l’absence de Florentino Pérez – alors en deuil de sa femme – lors de la remise des trophées de l’UEFA à Monaco en 2012 a été mal interprétée par Cristiano et son entourage.

Le plan de communication qui s’en est suivi a paru bien ridicule (participation à une émission de télé-réalité en Italie, par exemple). Surtout, en coulisses, Jorge Mendes, son agent attitré, a pris le pouls de clubs comme le PSG ou Manchester United. Des contacts réels, que Cristiano Ronaldo a admis à demi-mot lors de sa conférence de presse dominicale : « J’y ai peut-être pensé, mais cela ne m’a pas empêché de dormir. » Au PSG, un contrat doré l’attendait déjà : 20 millions d’euros par an – et une prime de 80 millions à la signature. MU, lui, proposait 17 millions à l’année – la prime à la signature étant de 50 millions. En s’alignant sur l’offre mancunienne, le Real Madrid n’a pas atteint le pactole parisien. Alors oui, lorsque Cristiano Ronaldo assure que « dans la vie, il y a des choses plus importantes que l’argent » , que « c’est important, mais pas la priorité » , on est amené à croire en sa bonne foi. Selon ses dires, il préfère « jouer dans le plus grand club du monde » . Un club qui lui offre le plus gros salaire de la planète et, surtout, une affection toute particulière depuis le transfert de Gareth Bale, le footballeur le plus cher de l’histoire du ballon rond.

La garantie de Gareth Bale

Car il ne faut pas s’y tromper. Dans un monde où la communication est omnipotente, chaque détail a son importance. Le Real Madrid ne fait pas défaut à cette logique. L’officialisation de cette prolongation, dans les tuyaux depuis mi-août, répond à la signature pour 101 millions d’euros de Gareth Bale. Deux semaines après l’arrivée du Gallois, CR7 a refait la Une des journaux espagnols. Une bonne nouvelle pour tout le monde. D’un côté, le Gallois, auteur de son premier but madrilène ce week-end, va pouvoir souffler médiatiquement. De plus, le club merengue s’assure la présence du meilleur joueur européen pendant encore quelques années. Et donc, au moins une saison à l’ancien joueur de Tottenham pour faire ses preuves. Par là même, Florentino Pérez montre aux yeux de tous que rien ne peut se refuser au Real Madrid. Et reçoit les éloges du Portugais : « Nous avons tous nos bons et nos mauvais jours (…). Je n’aurais pas dû faire état de cela (sa tristesse il y a un an, ndlr), mais je ne suis pas parfait. » En tout cas, cette imperfection lui offre le statut de joueur le mieux payé du monde. Ça valait bien un petit coup de mou.


Par Robin Delorme, à Madrid

Suivez Galatasaray/Real Madrid sur sofoot.com ce soir dès 20h45

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Le coup de « Grizou »