1. //
  2. // Affaire Zahia

Ribéry et Benzema taclés par la Justice...

Voilà, c'est fait : Karim Benzema et Franck Ribéry ont été mis en examen mardi pour « sollicitation de prostituée mineure » par le juge d'instruction André Dando. Sale affaire dans le contexte déjà très mazouté d'un football français bien mal en point. Tentative d'analyse d'une histoire plus sérieuse qu'elle n'en a l'air...

Modififié
0 0
L'image forte, c'est Franck Ribéry menotté qui débarque au palais de justice... Le choc. Visiblement, Karim Benzema n'a pas eu droit à ce traitement humiliant (mais légal : ça fait partie de la procédure). Peut-être parce que Francky a reconnu avoir eu une relation tarifée avec Zahia D., à la différence de Benz qui nie depuis le début en avoir eu avec elle ? Peu importe : la mise en examen, suffisamment stigmatisante en soi, a abouti au marathon de 7 heures de garde à vue. Face au juge Dando. Pire qu'un marquage de Van Bommel... Non, sérieux ! Les deux footballeurs risquent quand même trois ans de prison et 45 000 euros d'amende pour le « fait de solliciter des relations sexuelles avec une mineure prostituée » . Mais c'est à l'accusation de « prouver que le client savait que la prostituée était mineure » . Pour Benz, c'est clair : y'a rien eu donc y'a rien à prouver. Sauf que... Selon L'Equipe, il y a bien eu rencontre en mai 2008, lors de la cérémonie des Trophées de l'UNFP. Karim avait 19 ans et Zahia 16. Toujours selon L'Equipe, Karim aurait reconnu “en privé” avoir payé la jeune prostituée pour une “relation partielle”. Ribéry, lui, a reconnu les faits (la “rencontre” remonte à 2009, à Munich : Zahia avait 17 ans) mais son avocat, Me Sophie Bottai, a affirmé que son client ignorait que la jeune fille était mineure. Détail très important : dans Paris-Match d'avril dernier Zahia D. avait assuré que les joueurs ignoraient qu'elle était mineure au moment des “faits”. Voilà qui pourrait disculper les deux internationaux. Mais la Justice voudrait en avoir le cœur net, et c'est là que tout se complique : l'enquête a été lancée et la procédure risque de durer encore un petit bout de temps. Voilà pour les faits, résumés très brièvement. Alors, quoi ?



Karim joue gros...


D'abord, il faut séparer les cas Benzema et Ribéry. Francky a reconnu les faits, pas Karim. C'est très important car les deux joueurs ont reçu un soutien très fort de leurs clubs respectifs, le Bayern et le Real. Or, si le Bayern soutient un Ribéry qui a “avoué” et si le club assume “en famille” les écarts de son joueur, le Real soutient un joueur qui se dit innocent. En clair, le club madrilène s'est rangé à la version de son joueur... Problème : et si la culpabilité de Karim Benzema était avérée (on n'en sait rien : on pose juste le problème) ? Voilà qui mettrait Karim dans de sales draps puisque l'affaire risquerait de nuire à l'image du Real qui aurait été abusé par la version de son attaquant. Une crise de confiance éclaterait sûrement entre les deux parties alors que Benz n'a toujours pas fait son trou à Madrid. Gros dilemme pour Florentino Perez, grand artisan de la venue de l'ex-Lyonnais chez les Meringués, et placé sous le feu nourri des critiques qui le visent aussi bien sur son recrutement que sur les résultats de la saison passée... Pour l'instant, par la voix de Jorge Valdano, le club fait corps : « Nous sommes tranquilles et confiants car le joueur se sent innocent et il tentera de le démontrer devant les instances judiciaires. Nous le croyons » .



Menaces sur la “Qualité France” ?


D'un point de vue strictement “commerçant”, cette double affaire jette un peu le discrédit sur le label “Qualité France”. Jusqu'à présent, c'était quoi le “produit français” sur le marché mondial des joueurs de foot ? C'était une excellente réputation de joueurs bien formés et disciplinés. Des très bons pros, quoi ! A part certains gros écarts (Canto karatéka ou le coup de boule de ZZ), le joueur français jouissait d'une cote à peine moins élevée que celle des leaders hollandais, très durs en affaires mais d'un professionnalisme incontesté. Cette image brouillée par cette sombre histoire de prostitution s'ajoute surtout à la désastreuse campagne des Bleus en Afrique du Sud... De là à dire que les clubs étrangers vont cesser d'acheter français, il y a un pas vite franchi mais on aurait tort de prendre le fiasco mondialiste et l'affaire Zahia à la légère. Les managers sportifs et les coachs des grands clubs européens font depuis longtemps réaliser des enquêtes de personnalité (et de “respectabilité”) très poussées sur les joueurs qu'ils souhaitent enrôler. Les grands seigneurs brésiliens qu'étaient Raï et Leonardo ont toujours insisté auprès de leurs jeunes compatriotes qui les ont suivis dans les grands clubs européens sur le devoir absolu d'exemplarité. Les frasques récentes de Ronaldinho, Adriano ou Robinho ont grandement terni l'image de marque patiemment élevée par les glorieux aînés. Du coup, l'étiquette “gréviste et queutard” collée au maillot des joueurs français risque de désespérer un football français toujours dans la nécessité de vendre au meilleur prix pour équilibrer le budget.

La France sur la pente anglaise ?


Plus généralement, à travers l'affaire Ribéry-Benzema, on peut constater l'évolution à l'anglaise du foot français suivant un schéma classique : affaire de mœurs + médiatisation tabloïd. On sait qu'en Angleterre, la chasse au footballeur est un sport très prisé d'une certaine gente féminine avide de gloire et d'argent. Un vrai phénomène social très répandu qui a pris le terme générique de “wags” et qui a même été décliné en sitcom (“Femmes de footballeurs”). En gros, le jeu consiste à pécho un footeux forcément riche et célèbre. Au mieux, y'a un mariage au bout (le jackpot ! Y'en a qui y sont arrivées) ou au pire une simple passade avec le grand frisson de la vie de star. Mais avec à la fin de l'histoire des confessions intimes revendues très cher à des tabloïds. Confessions publiées qui sont parfois le début d'une carrière de starlette... Zahia D. a fait la une de Paris-Match, puis ensuite d'autres tabloïds cet été. Pour Paris-Match, une interview et des photos qui l'ont rendue célèbre. On a parlé d'un cachet de 30 000 euros... C'est au cours de l'enquête lancée par la Brigade de répression du proxénétisme sur les “activités illégales” du Zaman Café, que la jeune fille, prostituée mineure, a balancé les noms de footballeurs parmi ses ex-clients (Benzema, Ribéry mais aussi Govou, sauf que Sidney a consommé en mode majeur, donc absous). Mesurait-elle la portée future hyper médiatique de ses aveux ? Lui a-t-on suggéré de “balancer du lourd” (à ce propos, seuls des noms de footballeurs connus ont été lâchés en pâture, d'autres célébrités auraient été clients ?) ?

[page]

En tout cas, Zahia est devenue une star. Visiblement un statut sulfureux qu'elle assume pleinement, à un jeune âge qui fait un peu froid dans le dos. On ne découvre pas la prostitution volontaire des jeunes filles dans ce pays (on sait que la prostitution des jeunes étudiantes en France est devenu un phénomène sérieusement répandu). Reste que le choix volontaire (a priori) et assumé et ce, à un très jeune âge (16 ans !), ça dresse un tableau assez sinistre d'une jeunesse prête à tout pour s'en sortir. Zahia s'en est visiblement sortie, elle. Comme tant de filles en Angleterre... Est-ce que la France est mûre pour les scandales sexuels médiatiques à répétition ? Est-elle mûre pour une vraie presse de caniveau avec énormes tirages ? La France a toujours été “en retrait” par rapport à d'autres pays (Angleterre, Allemagne, notamment...). En tout cas, les joueurs riches et célèbres sont là, les filles aussi et la presse tabloïd, sans cesse croissante, également. Tout est en place...

Jurisprudence Balladur


Car le statut quasi intouchable de footballeur en a pris un sacré coup dans notre beau pays. Outre le slogan qui fait toujours autant de ravages (“Y sont super payés et y z'en branlent pas une !”), la catastrophe sud-africaine a mis en accusation, au propre et au figuré, nos stars du ballon rond. Domenech et Escalettes sont passés devant la commission parlementaire dans une mise en scène qui avait tout du procès en justice. On s'interroge grandement sur les sanctions à prendre à propos des Bleus au Mondial, qu'ils aient été meneurs ou suiveurs : amendes, suspension temporaire, bannissement à vie ?... L'affaire Zahia a aggravé les choses de façon quasi certaine puisque le probable futur président du Conseil Fédéral, Fernand Duchaussoy, souhaite fermement que les deux joueurs incriminés soient mis au ban de l'équipe de France en tant que prévenus mis en examen ! En gros, la jurisprudence Balladur : tout ministre ou secrétaire d'Etat mis en examen doit se retirer du gouvernement aussi longtemps que sa culpabilité n'ait pas été définitivement écartée. Selon Le Parisien, Laurent Blanc serait favorable à cette ligne de conduite ultra sévère... Plus dur : Roselyne Bachelot et Rama Yade seraient elles aussi partisanes de la mise à l'écart des Bleus des deux lascars.



Quel avenir pour Benz et Francky ?


Tout ce climat un peu pourri serait peut-être un point de départ solide pour enquiller avec les outrances tabloïds à l'anglaise en France. Notre pays paupérisé et peut-être de plus en plus avide de sensationnalisme quotidien et de pipolisation continue est peut-être mûr pour ça. On verra bien... Quoi qu'il en soit, pour conclure, on peut s'interroger sur la suite de la carrière professionnelle de Benzema et Ribéry. Déjà fragilisés dans leurs clubs respectifs, menacés d'exclusion des Bleus aussi longtemps que l'affaire va durer, ainsi que pour Ribéry, la menace d'autres sanctions en tant que “meneur” à Knysna... Tout ça fait beaucoup d'un seul coup. Est-ce qu'ils s'en remettront ? Karim est encore jeune, en pleine possession de ses moyens et plutôt pas trop mal entouré : JM Aulas, et surtout Bernard Lacombe restent proches de Benz. Il en aura besoin. Pour Francky, 27 ans, ça risque d'être plus dur. Son image de bon époux, bon père et bon musulman en a pris un coup. Sa prolongation de contrat à la hausse au Bayern le met en situation de se surpasser à un moment où Robben est devenue LA star du club et où Thomas Müller se sent pousser des ailes côté gauche. Mais surtout, Franck Ribéry va encore connaître une énième préparation physique d'avant-saison à problèmes. Depuis qu'il est devenu pro, il n'a quasiment jamais effectué cette fameuse préparation estivale qu'il finit toujours par payer en cours de saison. Au mieux par une baisse de forme, au pire par des blessures. Outre l'opération subie après le Mondial, l'affaire Zahia et l'affaire de la grève de Knysna ont pourri cette période cruciale. Que va devenir Lascarface en 2010-2011?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0