Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour

Rexach : "Messi est irremplaçable"

Il a joué avec Cruyff, entrainé avec Cruyff, dirigé Guardiola et découvert Lionel Messi. Carles Rexach a passé sa vie au Barça. Il est donc parfaitement bien placé pour faire un petit débriefing sur la finale de Wembley. Interview exclusive de l'actuel conseiller du président.

Modififié
Quelles ont été selon vous les clés du succès barcelonais lors de la finale contre Manchester ?


J'ai dit à plusieurs fois que les matchs se gagnent ou se perdent dans les surfaces de réparation. Le Barça a non seulement dominé dans sa surface de réparation mais aussi dans celle de Manchester. Ils ont été supérieurs dans tous les domaines, mais c'est au milieu de terrain que les Blaugranas ont crée le plus de différence. Xavi, Iniesta et Busquets ont fait ce qu'ils ont voulu...Et les autres n'ont eu qu'à dérouler.

Est-ce que vous avez été surpris par la mise en place tactique de Ferguson ?


Beaucoup. Quand j'ai vu qu'il alignait 3 joueurs à vocation offensive (Giggs, Rooney, Valencia) j'ai compris tout de suite que ça allait être difficile pour Manchester. Il a voulu jouer mais il a dégarni son milieu de terrain.

Ca a facilité le travail du Barça ?


Le Barça se sent bien quand il a des espaces. Manchester a abandonné rapidement son milieu de terrain et a couru derrière la balle pendant tout le match. Alors oui, on peut dire que Manchester a un peu raté son match. Ils voulaient attaquer et au final, ils n'ont jamais pu le faire.

Est-ce que vous n'avez pas eu l'impression d'assister à la même finale qu'en 2009 ?


Tout le monde a dit que Manchester était plus fort cette année, mais je ne suis pas tout à fait d'accord. En 2009, les anglais avaient des joueurs beaucoup plus dangereux. Franchement, ils étaient bien meilleurs. C'est vrai que la finale de Rome et de Wembley se ressemble beaucoup. Manchester a fait illusion les 10 premières minutes avant de s'éteindre petit à petit. Personnellement, je considère que le match de Wembley a été beaucoup plus facile pour le Barça. Il y aurait pu y avoir un score beaucoup plus large en leur faveur. Techniquement, tactiquement et même physiquement, les hommes de Guardiola étaient plus forts que ceux de Ferguson.

C'est le Barça qui était plus fort ou Manchester qui était plus faible ?


Un peu des deux.

Est-ce que vous pensez que le cycle actuel du Barça va encore pouvoir durer longtemps ?


Si il n'y a pas de blessure et que le noyau dur est conservé, je pense vraiment que le Barça peut encore gagner deux ou trois ligue des Champions dans les prochaines années. Le Barça a une très bonne équipe. Aujourd'hui à part le Real et Manchester, il n'y a pas beaucoup d'équipes capables de rivaliser. Le Bayern n'est pas très bien, Arsenal a du mal, Chelsea est en reconstruction et les gros clubs italiens comme l'Inter, le Milan et la Juve ne font actuellement pas le poids au plus haut niveau. Si on fait bien les choses, on devrait continuer à fêter des titres dans les années à venir.

Ca va dépendre aussi de la date de péremption de Xavi qui a une nouvelle fois montré qu'il était le véritable cerveau de cette équipe...


Xavi a encore des belles années devant lui. Quand il ne sera plus là un autre viendra le remplacer. Le Barça a toujours eu un dépositaire du jeu et en aura toujours. Avant Xavi, il y avait eu Milla qui était ensuite parti au Real Madrid, puis Guardiola et De La Pena. Xavi est un joueur hors norme, mais je ne m'inquiète pas pour sa succession. Il y a Iniesta, qui est encore très jeune et qui a encore beaucoup de marge de progression et puis surtout nous avons assez de joueurs au Barça B ou dans nos autres équipes de jeunes pour aborder l'avenir sereinement. Le Barça ne sera jamais orphelin de joueur de talent. Celui qui est vraiment irremplaçable dans cette équipe, c'est Messi. C'est un extraterrestre. Des joueurs comme ça n'ont pas de successeur parce qu'ils sont uniques. On ne les trouve pas en série.

C'est vous qui l'avez fait signer au Barça alors qu'il n'avait que 12 ans. Est-ce qu'il arrive encore à vous surprendre après autant d'années ?


Il me surprend à chaque match ! Il n'a pas de limite...Vous savez la première fois que je l'ai vu, il avait 12 ans. Il ne parlait pas beaucoup, mais sur un terrain c'était un extraterrestre. Il était vraiment différent des autres, c'est pour cela que je suis fier aujourd'hui d'avoir été le premier à lui signer un contrat sur un bout de serviette (rires). Ce qu'il y a de génial avec Messi, c'est qu'il joue aujourd'hui comme il jouait à l'âge de 12 ans. Bien sûr, il s'est beaucoup amélioré, mais il a gardé la même mentalité. C'est quelqu'un qui ne connait pas le sens du mot pression. Il est toujours relâché, facile, c'est ça qui est impressionnant.

Aujourd'hui vous êtes conseiller du président et recruteur pour le Barça. Qu'est-ce que vous avez pensé de la polémique des quotas qui a bousculé récemment le football français ?


C'est quelque chose de vraiment ignoble. Si c'est vrai c'est proprement scandaleux. C'est une bêtise de faire des quotas en se basant sur l'origine, la couleur et les religions. C'est vrai que les joueurs noirs sont sans doute plus forts que les autres, mais ou est le problème ? Si ils sont forts et qu'ils jouent bien c'est mieux. Le problème, c'est de prendre des joueurs physiquement bien dotés et qui ne savent pas maitriser le cuir. Et ça ce n'est pas une question de couleurs mais d'intelligence. Au Barça, si un joueur est petit, mais qu'il est intelligent et doué avec un ballon nous le prenons tout de suite, qu'il soit blanc, noir ou bleu. Dans le football ce n'est pas la couleur qui compte, mais l'intelligence. Je ne comprends pas pourquoi le football français s'est aventuré dans cette histoire de quotas. Vous cherchez des solutions à un problème qui n'existe pas. Regardez la coupe du monde 98... Au Barça nous avons énormément de respect pour le football français. Historiquement, la France a toujours pratiqué l'un des meilleurs football du monde, mais aujourd'hui il n'est plus compétitif. Et ce n'est pas à cause des noirs.

Quels français pourraient selon vous jouer dans l'équipe actuelle du Barça ?


Il y en a beaucoup. Jouer pour le Barça c'est facile, s'y imposer c'est beaucoup plus difficile. Dans l'histoire du club il y a eu beaucoup de joueurs de talent qui ne sont jamais arrivés à s'affirmer. C'est une question d'alchimie...


Comment expliquez-vous que Wembley porte bonheur au Barça ?


C'est là que tout a commencé pour le club. Avant Wembley, Nous avions eu les déceptions de Séville et de Berne. On pensait qu'on n'y arriverait jamais et puis il y a eu la Dream Team, qui avait fait un match complet contre la Samp. La première fois c'est toujours la plus belle, celle dont on se souvient avec le plus d'émotions. Wembley est spécial pour tout le « barcelonismo » , il fait désormais partie de nos plus belles pages d'histoires.

En France, Eric Abidal a une mauvaise image. A Barcelone, on a l'impression que c'est tout le contraire. Comment l'expliquez-vous ?


Abidal a des facultés physiques extraordinaires. C'est un surhomme. Il a beaucoup progressé au Barça, tactiquement mais aussi techniquement. Il s'est vraiment gagné le respect de ses partenaires et du public grâce à des très bonnes prestations mais aussi grâce à un état d'esprit irréprochable. Franchement, c'est un monsieur, quoi qu'on en dise en France. C'est normal que chez vous son image soit un peu écornée depuis la Coupe du Monde, mais franchement il n'est pas le seul responsable de ce qui s'est passé là-bas. En 2010, la France a vécu un naufrage collectif. Pour Abidal, Barcelone a été un refuge. Nous sommes heureux qu'il soit chez nous, et je crois qu'il est heureux d'être avec nous aussi, il n'y a qu'à voir son regard quand il a soulevé la coupe...

Vous étiez l'adjoint de Cruyff lors de l'époque de la Dream Team. Qu'est-ce qui la différencie principalement de la Pep Team ?


Guardiola a tout amélioré. Ca fait 46 ans que je suis au Barça et je peux vous dire que le club a évolué considérablement dans tous les aspects. En bien. Selon moi la Dream Team était supérieur en attaque. Stoitchkov, Romario, Laudrup, c'étaient quand même des sacrés génies ! Mais l'équipe de Guardiola est sans doute plus forte. Elle défend et presse très bien. Collectivement, elle arrive à étouffer son adversaire comme personne, chose que la Dream Team faisait peut-être moins bien.

Selon vous est-ce que Messi est en passe de remplacer Cruyff comme symbole du Barça ?


Cruyff a fait énormément de choses pour le Barça. Il a changé l'histoire de ce club, mais Messi est en train de la réécrire. Tout va très vite dans cette vie. Aujourd'hui les plus jeunes ne se rappellent pas de Cruyff. Aujourd'hui, il a été remplacé par Messi et Guardiola. Quelque part c'est dommage, mais comment leur en vouloir après tout ?

Propos recueillis par Javier Prieto Santos

A lire : L'interview de Rexach après la finale de 2009.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:02 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde il y a 3 heures Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 16:59 Froger vers l’USM Alger Hier à 12:15 Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 9 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre dimanche 17 juin Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 dimanche 17 juin Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 dimanche 17 juin Lozano climatise l'Allemagne 5 dimanche 17 juin Maradona, le cigare et les yeux tirés 63 dimanche 17 juin La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 dimanche 17 juin Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 5