1. // Euro 2012- Quarts de finale
  2. // Espagne/France

Revoir le sourire de Jérémy

Le bon souvenir bleu du premier tour est peut-être le sourire de Jérémy Ménez après son but contre l'Ukraine, qui a assuré la première qualification française pour les quarts d'une grande compétition depuis le Mondial 2006. De quoi chiper une place de titulaire et voir venir ?

Modififié
0 37
Il est amusant d'observer Denis Balbir, le sourire aux lèvres, promettre avant la rencontre un match au scénario facile et évident, puis, en fin de partie, rejoindre, agacé, son compère et ressortir les lieux communs journalistiques populistes sur l'envie et le « je-m'en-foutisme » des Bleus. Alors que la France semblait basculer dans une spirale positive après sa jolie victoire contre l'Ukraine, elle est retombée dans ses vieux travers contre la Suède, il est vrai. Mais, dans ce nuage d'excès en tous genres, il convient simplement de reconnaître les progrès entrevus lors des deux premiers matchs (circulation de balle, quelques séquences de très bonne facture) et de signaler un relâchement coupable - le plus dur étant derrière - contre les coéquipiers libérés et sans pression de Zlatan. Pas plus, pas moins.

Dans cet ascenseur émotionnel patriotique, les hommes clés du succès ukrainien, et absents remarqués hier, Yohan Cabaye et Jérémy Ménez, paraissent du coup indispensables à l'heure d'affronter l'Espagne. Car la qualification bleue doit beaucoup à ces deux joueurs. Et au Parisien qui, en ouvrant le score, a retiré un poids énorme des épaules d'une équipe pleine de traumas. Pour preuve, son action limpide a été suivie par un autre but dans la foulée, sous forme de confirmation. Le but de Ménez est finalement celui que les Bleus attendaient pour mener au cours d'un match de phase finale depuis perpète. La finale France-Italie de 2006, pour être précis. Il n'est pas arrivé en 2008, pas arrivé en 2010. Il est arrivé en 2012 et a permis de valider les progrès entrevus. Tout à coup, tout l'édifice de Laurent Blanc est apparu un peu plus clair, plus cohérent et a pu basculer dans une nouvelle phase, celle d'un quart dans une grande compétition. Pas arrivé en 2008. Pas arrivé en 2010.

À droite toute

À droite dans le 4-2-3-1 qui a le mieux marché, Jérem' n'a pas forcément rééquilibré le jeu français. Mais il a utilisé les lois de l'attraction et l'attirance du trio Benzema-Ribéry-Nasri pour l'aile gauche pour offrir un vrai contrepoids à la balance offensive française et profiter des espaces libérés. Dans cette configuration, l'équipe est parue un poil plus cohérente. Elle devrait d'ailleurs être reconduite samedi. Ribéry colle davantage à sa ligne, Benzema dézone, et Ménez a de la place. Si sa première mi-temps a été frustrante (but refusé, frappe qui flirte avec la barre) et si Jérémy a failli sortir expulsé avant la pause, il est resté costaud et a marqué peu après le retour des vestiaires sur un service de Benzema partant de la... gauche. Que cela arrive à Ménez, sans vouloir voir des symboles partout, est un joli clin d’œil du destin. Dans l'euphorie, il s'est même octroyé le droit de sourire. C'est dire.

La très bonne passe de Jérémy Ménez est à trouver dans son excellente saison parisienne. Longtemps passé pour un has-been de la promo 87, mieux que Yahaoui quand même, hein, mais loin derrière le précoce Benzema, Jérémy Ménez a pris le temps. Et sauté dans l'avion qatari pour faire décoller sa carrière. Bien lui en a pris puisqu'il a porté offensivement le PSG toute la saison avec Nenê et a fini l'année en boulet de canon. Buteur ou passeur, attaquant ou ailier, plus polyvalent, il a, cette saison, enrichi sa palette et appris à faire un peu le tri dans son jeu. Ses stats frôlent d'ailleurs le double-double : 7 buts et 12 passes. À 25 ans. Un bon âge pour se révéler, finalement. Contrairement à d'autres très bons joueurs de Ligue 1 mis en difficulté dans ce PSG nouveau (Sakho, Gameiro) et alors que les négociations semblent bloquées avec Nenê, lui devrait être à nouveau un titulaire indiscutable du PSG l'année prochaine, quelles que soient les recrues qui devraient débouler au Camp des Loges cet été. Enterré un peu trop vite, Ménez ne fait pas encore l'unanimité à l'échelon international. Normal, il le découvre tout juste et son jeu fait de recherche permanente d'élimination directe contient encore ses déchets et ses excès. Parfait pour continuer son ascension...

Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

vivement que ribery arrete comme ça le menez sera sur l'aile qu'il prefere, à savoir la gauche, et on met ben arfa à droite, qui n'a pas été plus nul que un autre lors de la débacle contre la suede
Sauf qu'avec le niveau qu'affiche Ribery ces derniers matchs, se priver de lui serait bien dommage.
Simple correction, c'était une frappe au dessus de la barre Mr. MESTRES, sinon sous la barre ça fait but il me semble...
Menez meilleur joueur de l'EDF (avec Ribéry).
 //  16:06  //  Supporter de l'Lyon
Note : 3
déjà que son début d'euro est pas dégeulasse, s'il joue à son vrai niveau ça peut faire très mal

un ribéry au top, un menez flamboyant et un benzema realesque: tout ce qu'on souhaite pour taper les espingues
Super article, bien écrit, qui met en évidence ce que l'on a pu voir de différences entre 23 matchs sans défaite et un manque d'implication flagrant sur le 24e. Il manquait de la vitesse, de la perforation.

C'est un excellent joueur, Ancelotti a dit un "fuoriclasse" carrément, pas encore je pense mais certainement sur la bonne voie. Je l'ai toujours suivi donc évidemment je vais pas me renier maintenant, mais sa capacité à éliminer et sa vitesse balle au pied peuvent faire très mal. J'attends beaucoup de ce joueur en tout cas !
Et une vraie marge de progression.
Et pourquoi pas un 442 sans Nasri qui ralentit le jeu ?! Cabaye et Diarra en récupérateurs, Ribery à gauche, Ménez à droite, benzema en 9 1/2 pour dézoner autour de Giroud en pointe... Nous ne sommes pas favoris, autant y aller au culot et tenter un coup !
Sur la première mi-temps contre l'Ukraine Menez se faisait incendier. Contre l'Angleterre il livre une prestation honnête sans plus.
Au final après seulement une bonne mi-temps dans la compétition il se doit de partager le costume de sauveur avec Cabaye. Ça en dit long sur les certitudes de cette équipe...
@epep : On a pas du voir les mêmes matchs alors...

@Parizi1 : Totalement d'accord avec ta compo, comme bon nombre de supporters. Mais Laurent Blanc a pas l'air chaud !
Le problème avec Menez c'est que la seule bonne action qu'il réussit par match (et qui n'aboutit cependant pas toujours sur un but, auquel cas je n'aurais aucune réserve) masque l'indigence totale du reste de ses performances aux yeux de bon nombre de commentateurs. Parce qu'objectivement, ce joueur est le symbole absolu de l'anti-football. Aucun plaisir de jeu (le type semble s'emmerder en permanence, mais bon, c'est subjectif et après tout si ça l'amuse de faire une tête de bad boy non-stop ça n'engage que lui), une intelligence de jeu proche du néant (il bourrine le gardien quand un piqué serait nécessaire, il s'entête dans ses dribbles quand le jeu impose une passe et lorsque par miracle il passe le ballon, la frappe était pourtant une meilleure option). Il me rappelle de façon criante le genre de mecs contre qui on a tous joué à notre petit niveau qui au nom d'une qualité technique supérieure en oublie tous les autres composantes du jeu (notamment le jeu collectif) et qui ne lâche le ballon que quand vraiment il ne peut rien faire d'autre (comprenez qu'il ne peut pas tenter de briller en solo) ce qui aboutit bien souvent à une passe en retrait totalement improductive. Surtout qu'en plus ne c'est pas tant un cador que ça et c'est là que réside le problème.
Bref, son remplacement par un joueur plus constant et plus collectif est une option qu'il serait bon d'envisager parce que lui plus Nasri c'est le cancer de notre équipe.
 //  16:23  //  Supporter de l'Lyon
@pegasus: qui peut en dire autant sur le flanc droit?

disons que pour l'instant c'est du moyen + pour menez au vu de ses capacités

c'est tjs mieux que l'euro dégeu d'HBA

après on est d'ac, ça reste fébrile tout ça
 //  16:26  //  Supporter de l'Lyon
@narwe: t'es sûr que tu confonds pas avec néné

faut voir la saison qu'il sort avec le PSG

tiens il est 2ème meilleur passeur - 13 passes déc en 33 matchs
@Parizi1: pourquoi pas le 4-4-2 mais tu ne peux pas mettre Ménez sur l'aile dans un système pareil. À la différence du système actuel, cela nécessite la présence d'un véritable ailier capable de répéter les efforts aussi bien offensifs que défensifs et non pas un attaquant excentré qui rechigne à donner un coup de mains à son latéral, sinon l'adversaire va se faire un plaisir de plonger sur ce côté là soit avec des montées du latéral soit avec un milieu qui dézone, bref, tu prends l'eau!
bandeaveclemou Niveau : District
C'est quand même le prototype du joueur-tryso, ouais il dribble bien face à des adversaires plus faibles que lui, mais niveau intelligence de jeu c'est le néant. Ca valait bien la peine d'intégrer un centre de formation à 13 ans si c'est pour jouer comme un footballeur de cité à la sortie. Quand on pense que Gotze, Hazard ou Munian sont déja tellement plus complet que lui, et qu'ils sont tous nés dans les 90's...
@tojiro69: c'est peut-être bien ça le problème, il est bon dans une équipe qui domine sans trop de problème 80% des autres équipes de L1 et où il a plus de motivation qu'en EdF où l'on voit clairement qu'il n'a pas envie de se fondre dans le collectif. Les stats en club c'est nécessaire pour l'équipe nationale, mais ce n'est pas suffisant à mes yeux et Ménez en est bien la preuve.
Godfather Niveau : CFA
@Pegasus, Menez n'a pas mis les pieds sur le terrain face à l'Angleterre.
@tojiro69 : je ne critique pas le joueur, il finit bien la saison et mérite une place de titulaire. Je suis juste étonné par le costume que l'on veut désormais lui faire porter. On dirait l'Angleterre qui attendait le retour de Rooney, on ne parle pas de la même classe de joueur.

Pour ceux qui espère voir aligner Benzema avec Giroud d'entrée, ça n'arrivera pas. Blanc a dit que ça le forcerait à remettre en cause tout son système de jeu.
le verbe "dézoner" n'a jamais été autant utilisé que ces derniers temps.
euh faudra me dire à quelle minute menez est entré sur la pelouse contre l'angleterre les gars ????
Vos différents avis ou points de vue se défendent mais force est de constaté que c'est Ménez qui s'est procuré les actions les plus dangereuses sur les 3 matchs de poule...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 37