Retour à la normale pour Malaga

Après une vague de départs, des salaires non payés et la mise en vente du club, la situation s’est un peu apaisée à Malaga. Après une saison concluante, une première qualification pour un tour préliminaire de C1 et des rêves de grandeur, le club devrait rapidement retrouver son niveau habituel.

2 3
Sa pré-saison

Une tournée vénézuélienne plus intéressante économiquement que sportivement, puis trois bons matchs contre des belles équipes, avec montée en puissance à la clé. Une défaite contre la Juve (2-0), d’abord, malgré une bonne prestation de la bande à Pellegrini. Un match nul contre l’Olympiakos (3-3), puis une victoire face à Everton (1-0), à la Rosaleda, le week-end dernier. En résumé, intéressant dans le jeu, inquiétant dans la finition. Toulalan a beau être devenu buteur depuis sa découverte de l’Andalousie, ça risque de ne pas suffire.

Ses nouvelles armes

Le Malaga CF avait une bonne équipe. Il devait avoir une très bonne équipe. Il aura finalement une équipe moyenne. Trahi par ses Qataris après une saison prometteuse, le club a connu une régression brutale, vendant coup sur coup Rondón, Cazorla et Mathijsen. Un été chaotique, qui annonce une saison compliquée. « Ça a été dur… Mais au final ça rend plus fort, on est plus unis, il y a plus de proximité entre les joueurs » , défend Ignacio Camacho. Des joueurs plus concernés, c’est une certitude. Pellegrini, s’il reste, ne pourra puiser que dans un groupe de 19 professionnels. Du temps de jeu assuré pour certains joueurs sur lesquels le Chilien ne comptait pas et qui se voyaient déjà faire leurs valises. Des nouvelles armes, c’est simple, Malaga n’en a aucune. Avec le Real Madrid (ça ne devrait pas durer), les Andalous sont les seuls à n’avoir aucun nom d’inscrit dans la case arrivées. Un groupe réduit quantitativement et qualitativement, alors que pour la première fois de son histoire, Malaga pourrait disputer la Ligue des champions, à condition de venir à bout du Panathinaikos lors du tour préliminaire.

Son talon d’Achille

L’animation offensive. Dans tout ce pataquès, le secteur offensif a été le plus durement touché. En pointe, Rondón avait été intéressant l’année dernière et Negredo était attendu pour l’accompagner ou le remplacer. Le Vénézuélien est bien parti, au Rubin Kazan, mais le Sévillan n’est pas venu. Du coup, c’est l’Uruguayen Seba Fernandez (15 titularisations l’année dernière) qui débutera la saison devant. L’alternative ? Juanmi, 18 ans. Pellegrini doit être impatient de voir Julio Baptista revenir dans le groupe. Blessé toute la saison dernière (4 matchs), l’ancien Madrilène ne sait pas encore quand il sera à nouveau disponible. Un cran plus bas, Malaga a dû céder Cazorla, sans doute le meilleur joueur du club la saison passée. Isco et Joaquin sont encore là, mais c'est ensuite que ça se complique : Buonanotte (4 titularisations en Liga depuis son arrivée de River Plate) et Portillo (2 matchs la saison dernière) seront en concurrence pour occuper le flanc gauche. Oui, c’est léger.

Le joueur à suivre

Isco. Il était lui aussi convoité (Barca, Arsenal), mais a préféré rester. « Moi je veux jouer ici à Malaga. Après, si le club décide de me vendre, je n’aurai pas mon mot à dire.  » Pour l’instant, il est toujours là pour mener le jeu andalou, à tout juste 20 ans. Révélation de la saison passée, Francisco Román Alarcón Suárez est depuis des années un grand espoir du football espagnol, se distinguant dans les catégories jeunes de Valence et de la sélection. Rester à Malaga, c’est à la fois la certitude d’être titulaire et de disputer une Coupe d’Europe. L’occasion d’en dire un peu plus sur son talent. Et de rejoindre peut-être Arsenal ou le Barça l'an prochain.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
bon joueur Isco, c'est clair, mais ses JO pourris ont déjà été une occasion manquée. Il a été loin de faire oublier Thiago. Mais il n'a que 20 ans, joueur prometteur!
Juste comme ça, les investissements fait dans le centre de formation par ceux que vous appelez "les traitres" vont permettre à Malaga de se construire une équipe ultra jeune sur la durée. Un mal pour un bien d'avoir jeter des joueurs de seconde zone.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Top 10 : Joey Barton
2 3