1. // Euro 2012
  2. // Tirage au sort

Rensenbrink: "L'Allemagne? Une vieille chanson"

Modififié
3 0
Finaliste de la coupe du monde en 1974 comme en 78, demi-finaliste de l'Euro 76, Robby Rensenbrink aura traversé les 70's comme une étoile filante, à Anderlecht et avec la légendaire sélection batave, version Oranje mécaniques. Un CV qui légitime qu'on lui demande son avis lorsqu'on en vient à parler des Pays-Bas. Plus précisément de leur tirage de la mort pour le prochain.

Un groupe B dans lequel se trouve la Mannschaft: "L'Allemagne ? C'est une vieille chanson (sic), au championnat d'Europe (en 1980, 88, 2004, Ndlr) comme au Mondial (1974, 78, 90, Ndlr). Cette rivalité vient de l'Histoire tout court et la finale de 74 n'a rien arrangé. C'était l'époque du football-total contre le froid réalisme allemand, l'Ajax de Cruyff contre le Bayern de Beckenbauer : on se détestait et ils ont gagné la plus belle des compétitions à la fin. On se console en se disant que nous sommes restés dans les mémoires des téléspectateurs du monde entier. Cette fois-ci, ce sera presque l'inverse. L'Allemagne joue mieux, impressionne par sa maîtrise et son collectif alors que les Oranje brillent par leurs individualités dans un jeu centré sur la défense et le contre. La Hollande et l'Allemagne ont perdu contre l'Espagne lors des deux derniers gros tournois internationaux mais je ne crois pas qu'elles feront un complexe à leur égard ; ce n'est pas leur genre."

Pour autant le Portugal a selon lui une place à jouer entre les deux gros: " Il peut battre n'importe qui sur un match. Cette équipe recherche le déclic. Peut-être viendra t-il l'été prochain ? Le barrage retour contre la Bosnie était très impressionnant. Même si l'équipe de Nani et Ronaldo est en dessous des deux autres, elle a les moyens d'aller en quart de finale. Comme l'Italie, l'Angleterre ou la France, il ne lui manque pas grand chose pour atteindre le dernier carré. Un déclic à trouver. Le reste dépendra du niveau des favoris à ce moment-là et de sa capacité à se surpasser, à trouver son harmonie personnelle."

Ce qui signifie que les Danois sont condamnés à faire de la figuration ? "Avec les Vikings, on ne sait jamais ; on l'a appris en 1992 (élimination des Hollandais en ½ aux tirs au but). Les Danois font partie de ces équipes qui brillent presque toujours à l'Euro (comme les Tchèques, Ndlr) mais pas en coupe du monde. C'est un bloc compact, sans véritable star, dur à digérer (!) mais qui souffrira de la comparaison avec les trois équipes mais, bon, méfiance. Le groupe de la mort ? Par rapport aux autres, sans doute mais si la Mannschaft et les Oranje sont à leur niveau, il n'y aura pas de surprise..."
RR
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 0