1. //
  2. //
  3. // Lorient/Rennes (0-2)

Rennes se place

Victorieux chez le voisin lorientais (2-0), Rennes se place dans la roue du trio de tête et confirme qu'il faudra compter avec l'équipe de coeur de Salma Hayek pour les places européennes.

Modififié
2 1
Lorient - Rennes : 0-2
Buts: Pitroipa (41e) et Hadji (79e) pour Rennes

Dix matches sans victoire, c'est la vilaine série que les Lorientais tentent de cacher avant de recevoir leur voisin rennais. Un Stade Rennais qui se présentait sans ses hommes forts du week-end dernier contre Lille. En effet, Apam, Kana-Biyik et Erding out (suspension pour le premier, blessure pour les deux autres), Frédérinc Antonetti alignait une équipe très osée. Notamment offensivement avec l'intronisation du duo Montano-Hadji (le délicieux Kembo est sur le banc). A signaler le retour de Mangane dans l'axe de la défense, le brassard au bras. Pour Christian Gourcuff, le turnover n'est pas un luxe qu'il peut se payer compte tenu de la gueule des absents (Bourillon, Jouffre, Coutadeur, Quercia, Sunu). Pis, Gourcuff doit faire avec des miracles. L'un d'eux s'appelle Aliadière, par exemple. De miracle, il n'y en a pas eu ce soir. Rennes s'est facilement imposé au Moustoir avec deux buts marqués sur des actions parties de Costil. La verticalité a payé.

Histoire de ne pas trop avoir la pression, Lorient n'a qu'un seul petit point d'avance sur le premier relégable avant le début du match. Autrement dit, une victoire serait la bienvenue. Surtout à la maison. Et c'est tout naturellement que Lorient entame la rencontre avec plus de mordant, utilisant le jeu au sol et dans la profondeur pour déstabiliser la charnière centrale rennaise. Dans le rôle de l'emmerdeur, Emeghara. Le Suisse est partout. Collant des frissons à Mangane sur chaque appel dans son dos. L'école Gourcuff se met vite en action : utilisation du ballon au sol, squattage des couloirs et dédoublement. Malheureusement, le début de match ressemble plutôt à un échange de coups dans les rotules. Sans surprise, c'est encore cette pile d'Emeghara qui se fend d'un one-one face à Costil à la demi-heure du jeu, obligeant le portier rennais à une sortie pleine d'autorité. Dans la foulée, Mareque régale le Suisse, seul au point de penalty, mais l'attaquant envoie la gonfle au dessus d'une saloperie de reprise du tibia.

Hadji, test positif

Le Stade Rennais est asphyxié. Rebelote sur un nouveau numéro de Monnet-Paquet sur le côté gauche : Romao, seul dans l'axe, envoie l'offrande dans les tribunes. 120 secondes plus tard, Emeghara provoque des sueurs à l'arrière-garde rennaise. On se dit que ça va passer. Et ça passe. Mais pour Rennes. Bien lancé par Hadji, Pitroipa se joue de la lenteur de la charnière centrale lorientaise pour aligner Audard du gauche. Complètement dominé, le Stade Rennais marque sur sa première demi-occasion. Lorient est comme Mormeck. KO. Les Rennais sont même à deux doigts de doubler la mise par Féret, suite à une erreur de relance lorientaise. Gourcuff fait la gueule. On le comprend.

Les Merlus sont à la rue, ils enchainent les pertes de balle et se font dessus à la moindre incursion rennaise. La seconde mi-temps ne ressemble en rien à la première. Ce sont les visiteurs qui impriment le tempo et monopolisent la gonfle. En même temps, Lorient persiste à laisser Julien Féret libre comme l'air entre les lignes. Forcément, c'est une idée à la con. Les Rennais sont tellement tranquilles que Pitroipa rate le break face à Audard. Trop gourmand, le feu-follet rennais. Malgré toute la bonne volonté d'Aliadière, les Lorientais n'y arrivent pas. Les attaques sont stéréotypées et ça manque de percussion. On est loin des bonnes intentions de la première demi-heure. D'autant que l'attaquant rennais Hadji valide le second but à dix minutes de la fin. Pitroipa rend la pareille au Marocain et lui offre le second but d'une passe en retrait. L'ancien Lorrain ajuste Audard d'un plat du pied. 2-0. Lorient ne reviendra pas. Comme sur le premier but, l'action part de Costil. En trois passes, les Rennais avalent tout le terrain et viennent perforer le portier adverse. C'est fou.

Dans un match moyen, Rennes assure l'essentiel et consolide sa quatrième place à quatre points du podium. Par ses choix, Antonetti valide également sa méthode de coaching. Notamment via Hadji (un but, une passe) auteur d'un bon match. Pour la première fois, Rennes avance logiquement. Sans trou d'air. On est curieux de voir la suite. En revanche, Lorient enregistre son onzième match sans victoire et la peur gagne les rangs des Merlus. Papa Gourcuff ne va pas en dormir. Décidément, cette saison est maudite dans la famille bretonne.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : OM vs Italie
2 1