1. //
  2. //
  3. // Rennes-Caen (1-1)

Rennes joueur, Rennes talentueux, mais Caen heureux

Rennes a cru tenir le bout bon devant Caen au Roazhon. Mais Caen a su revenir sur l'une de ses rares actions (1-1). Les hommes de Montanier peuvent avoir des regrets.

Modififié
656 9

Stade rennais 1-1 Stade Malherbe Caen

Buts : Quintero (62e) pour Rennes / Ben Youssef (79e) pour Caen

35. Soit le brome, les noces de rubis ou le score maximum en sarbacane sportive, pour les amateurs. Mais aussi l’Ille-et-Vilaine et la minute à partir de laquelle Caen y joue à 10. Quand Manu Imorou, dépassé par l’ensemble de la rencontre jusqu’ici, accroche le maillot de Sio à l’entrée de la surface, M. Hamel n’hésite pas et sort le rouge direct. Mais il n’y a pas que la dalle angevine sur le podium. Car les Caennais, menés au score et baladés sur le terrain, parviendront finalement à revenir au score à l’énergie. Reste que Rennes, avec encore Ntep ou Gourcuff en réserve, peut avoir de l’ambition. À condition de retrouver la précision.

Le Roazhon en ramasseur de ballons


Il ne faut pas se fier au temps, ce magicien : le match ne commence vraiment qu’à la 4e minute, lorsque Grosicki et Quintero emmènent un contre grande vitesse. Devant eux, Manu Imorou. Un une-deux plus tard, c’est Rémy Vercoutre qui joue la deuxième lame et gicle dans les pieds de Grosicki. Reste que le ton est donné : ce soir, Rennes est chaud. Pendant les 30 premières minutes, Sio, Dembelé et surtout Quintero vont faire valser la défense caennaise. Le jeu est vif, léché, technique, en un mot rare, à Rennes. Las, c’est soit devissé – souvent – soit contré, soit arrêté par un Vercoutre vigilant. Et quand, au tournant de la demi-heure de jeu, Caen refait surface, il se pourrait que Rennes ait laissé passer sa chance.

C’est que Caen est sexy devant et le prouve semaine après semaine. Une première fois, Bessat est balancé dans la surface à la limite de la légalité. Une deuxième fois, après deux corners et un coup franc, Rodelin pose un contrôle aussi parfait que chanceux pour déclencher une belle frappe difficilement repoussée par Costil. Da Silva traîne, marque, le tout en étant hors-jeu. Dommage. Car vient la 35e minute chérie des Brétiliens. Alors que Manu Imorou s’en retourne twitter et que Delaplace sort pour Alhadhur, le Roazhon chante. Insuffisant toutefois pour donner le mojo à Doucouré dont la frappe s’envole, encore. Caen a tenu dix minutes à dix joueurs. Il en reste 45.

Le Stade Malherbe en Phoenix


Et ça va être difficile pour les Normands. D’entrée, Quintero régale encore – qu’il est bon de voir un Colombien mener le jeu –, mais Armand touche le poteau avant que Doucouré ne le caresse. Si les Caennais sortent sur contre-attaque, Dembélé, rapide, Quintero, insaisissable, et Sio, intelligent, continuent leur festival. Sauf que Vercoutre commence à monter dans les degrés jusqu’à devenir bouillant devant Grosicki. Sur le corner tiré devant un sapin de Noël rouge du plus bel effet, Armand tente bien une reprise acrobatique à défaut d’être académique, encore et toujours sans succès. Une heure que Rennes tente de faire plier Caen.

Mais Caen va rompre. Rémy Vercoutre, si bon jusque-là, se troue complètement sur une frappe détournée de Quintero. Cruel pour l’un, mérité pour l’autre. Andy Delort peut se plaindre d’une faute au départ de l’action, Caen est mené et toujours à dix. Vercoutre tente bien de se rattraper en sortant une nouvelle frappe touchée de Quintero, les Rennais moins Sio puis Dembélé, remplacés par Boga et Pedro Henrique, sont toujours aux avant-postes. Sauf que malgré toutes leurs tentatives, ils n’ont toujours qu’un but d’avance. Et si Adéoti est, comme les autres, contré, sur le corner Ben Youssef peut fusiller Costil, seul au six mètres. Rennes ne s’en remettra pas. Pendant les dix dernières minutes, les offensives deviennent imprécises avant même la frappe finale. Rennes a laissé passer sa chance, Caen a su la saisir, tout simplement. La différence entre un 9e et un 3e, ce soir.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

FREEDOM...FREEDOM...FREEDOM...NOUS SOMMES LES LOSERS DU STADE RENNAIS !!! (à chanter sur un air bien connu de George Michael )
Amis rennais, vous avez enfin la possibilité de gagner quelque-chose, le record du nombre de score de parité sur une saison.
Quel gachis encore... Pourtant Monty avait mis la bonne équipe, et ca jouait :(
pffff incapable de marquer plus d'un but sur ce match... quelle poisse... on a pourtant un bon effectif mais comme chaque année ca foire... s'emmerder a domicile c'est pas possible... dur d'etre supporter d'une telle equipe... bref on fait avec on a pas choisi.
Massimo69 Niveau : DHR
Heureusement que j'avais joué "remboursé si match nul". Les vrais savent ;) ... (C'est une malédiction Rennes.)
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Curieusement ça joue tout de suite mieux en titularisant Quintero ! Et Montanier qui vient seulement de penser à ça...
les joueurs de Rennes jouent avec leur canard fourni par le club ! Coin coin
Dieudoquenelle Niveau : CFA
Tu mènes 1-0 à la maison à 11 contre 10 et tu joues petite bite !! Y a une certaine justice des fois dans le football !!
@ massimo, moi je ne joue même plus du tout sur Rennes, parier sur une victoire de Rennes.. Autant jouer à l euro millions !!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
656 9