Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Rennes-Guingamp (1-0)

Rennes gagne la Bretagne

Dans un derby breton qui ne s'est emballé que dans le dernier quart d'heure, Rennes a arraché la victoire en toute fin de match, grâce au jeune Diakhaby et à sa supériorité numérique. N'empêche que la région a longtemps manqué de talent.

Modififié

Stade rennais 1-0 En Avant de Guingamp

But : Diakhaby (90e+3) pour Rennes

Il aura fallu l'apparition d'un jeune de vingt ans pour enfin débloquer ce compteur. Alors que la rencontre n'avait vu pratiquement aucune occasion pendant 75 minutes, que Grosicki avait raté un penalty et que toutes les tentatives du dernier quart d'heure ne trouvaient pas le chemin des filets, Adama Diakhaby est entré sur la pelouse. Sans franc succès, s’apprêtait-on à dire alors que la partie s'achevait. Sur un centre, le gamin a finalement réalisé le geste juste. Il a placé son pied convenablement, comme pour montrer que ce n'était pas si difficile, et envoyé le cuir dans les cages guingampaises.

Pourtant, ce derby n'avait jusque-là pas franchement tenu ses promesses. Une bonne ambiance, oui. Un bon esprit, idem. Mais pendant 75 minutes, il a manqué peut-être le plus important pour celui qui est devant sa télé : de véritables actions. Et des buts, quoi. Pas vraiment ennuyeux, mais pas vraiment emballant non plus, la partie a proposé du rythme, mais a manqué de talent. Et les gardiens se sont longtemps retrouvés au chômage technique. Heureusement pour le Roazhon Park, Diakhaby est arrivé. Et a donné les trois points à son équipe, en infligeant une défaite à un adversaire qui a terminé à dix et qui ne méritait pas de perdre.

Loin du Kig-Ha-Farz


Dans chaque camp, deux éléments semblent pourtant pouvoir enflammer ce derby : Briand et Salibur côté guingampais, Ntep et Grosicki côté rennais. Ntep, bien en jambes sur son côté gauche chéri, manque toutefois de précision à la finition. Bon, il faut avouer qu'en dépit d'une certaine intensité, ce choc breton ressemble davantage à une galette saucisse sans saveur achetée en banlieue parisienne à la sortie d'une boîte qu'à une bonne andouillette de Guémené servi lors d'un repas de famille entamé à 15 heures.

Reste que la partie est un peu à l'image d'un paté Henaff : si on n'a rien d'autres à se mettre sous la dent, on s'en contente. Heureusement, le public du Roazhon Park, sans chien et pas franchement coincé dans une boîte de sardines, s'occupe de mettre une ambiance bon enfant. Aussi délicieux qu'une roulade Sévigné, les gestes du cuistot Ntep ne permettent pas d'offrir de véritables occasions. Que dire, en revanche, des ballons envoyés à Saint-Brieux sur quelques frappes complètement manquées...

Grosicki foire son quatre-quarts


Alors forcément, le nombre de buts reste longtemps identique au nombre d'habitants de Fouesnant (environ zéro). Très longtemps, même. Plus longtemps que la durée nécessaire pour finir un kouign-amann, c'est dire. À croire que les vingt-deux acteurs ont forcé sur le far breton à midi. Les centres ne trouvent pas preneur, le cadre se dérobe sur chaque tir, et le caramel au beurre salé se fait attendre. Au contraire d'une ou deux crêpes envoyées en tribunes. Sio, qui n'est pas totalement étranger à celles-ci, en fait les frais et sort avant l'heure de jeu, dépité par le choix de son entraîneur. En face, le Coco de Guingamp est clairement moins bon que celui de Paimpol.


Comme on pouvait s'y attendre, c'est finalement Ntep qui fait couler le cidre, en provoquant un penalty ultra sévère en même temps que l'expulsion du pauvre Diallo. Sauf que les Rennais boivent trop vite : Johnsson gâche leur fête en sortant la tentative de Grosicki. En supériorité numérique, les Rouges sont bien sûr plus dangereux. Mais bien moins inspirés que leurs restaurateurs gastronomiques. Jusqu'à l'entrée, et le but cruel de Diakhaby. Les spectateurs rennais peuvent aller finir la soirée rue de la soif, comme au bon vieux temps. Et célébrer la victoire comme il se doit : au chouchen.

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 3 heures Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 61

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
    il y a 10 heures Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 66