Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Rennes-Saint-Étienne (2-0)

Rennes digère Saint-Étienne sans se presser

Un classique de Ligue 1 pour la digestion dominicale : soleil froid, jeu intermittent, et victoire à domicile pour Rennes. À déguster en charentaises, évidemment.

Modififié

Rennes 2-0 Saint-Étienne

Buts : Ntep (54e) et Grosicki (90e+3) pour Rennes

« Impossible n'est pas français » , dit, à peu de choses près, Napoléon. Et Rennes l'a bien compris. Après sa victoire face à l'ASSE, et toujours invaincu dans son irréductible Roazhon, le Stade est tranquillement quatrième de Ligue 1 avec dix-huit buts marqués en seize matchs et une différence de buts de -1. En revanche, si la frontière entre le possible et le miracle est tenue, elle est bien réelle : non, ce Rennes-Saint-Étienne n'a pas été un festival offensif zébré d'arabesques techniques, mais bien une opposition sans grands frissons avec une équipe meilleure que l'autre. Jusqu'à l'illumination venue du pied gauche de Kamil Grosicki.

Winter mix 2016 feat. PGN


« Gourcuff décale Ntep à gauche » : ça, c'est le tube de la première période au Roazhon. Mais le disque est quelque peu rayé et la piste ne va jamais jusqu'au bout. Un coup, le centre de PGN est trop long, une autre fois sa passe mal ajustée, une troisième fois c'est la frappe qui s'envole. PGN devient finalement symbole de la rencontre : un jeu gauche dans tous les sens du terme. Sainté ne propose quasiment rien au-delà de la touche technique d'Hamouma, de celle intermittente de Tannane, ou de la puissance de M'Bengué – à gauche, donc. C'est finalement le troisième homme rennais de la première période, Adrien Hunou, qui aurait dû punir l'ASSE. Sur penalty, peut-être, quand Tannane fait le gourmand dans sa propre surface avant de retenir le milieu français par le bras. Ou sur un centre en retrait, dans la même action, pour une frappe contrée de Gourcuff. Ou encore sur cette superbe ouverture de Benjamin André suivie d'un lob d'Hunou sur Ruffier, mais conclue par le double mètre de Lacroix pour sauver son camp sur la ligne. Sauf que tout cela aurait été beaucoup trop beau pour une première mi-temps bien fade.

Kamil ? Grosicki !


En fait, il ne manque qu'un ingrédient pour relever la rencontre. Il s'agit de l'intensité, et les Rennais l'ont bien compris. Gourcuff dégaine la frappe lourde pour annoncer la couleur quinze secondes après le retour sur le pré. Puis c'est au tour de Ntep de montrer ce qu'il sait faire : fixation sur Théophile-Catherine, passements de jambe, crochet, frappe au premier poteau, but. Le premier de la saison en Ligue 1 pour l'international français, sous les yeux de Martin Ødegaard, présent au Roazhon. Le Norvégien peut apprécier l'omniprésence de Gourcuff, les hors-jeu de Sio et la finesse d'Hunou, quand il vient chercher la lucarne de Ruffier d'une caresse à faire frissonner tout un stade. Il peut surtout se lever, avec tous ses voisins, sur la merveille de Grosicki. À la dernière minute, le Polonais reprend du gauche – et sans contrôle – un ballon de Baal pour lui donner une course lobée qui termine au fond des filets. Un coup d'éclat improbable qui vient embellir une belle prestation rennaise. Du côté de Saint-Étienne en revanche, le vert pâlit dangereusement à l'approche de l'hiver.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Eric Carpentier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 6 heures Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    il y a 4 heures Neymar lance son propre jeu de foot 56 il y a 7 heures La statue de Falcao 25 il y a 7 heures Un Ballon d'or créé pour les femmes 39 il y a 10 heures Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE