1. //
  2. //
  3. // 1/2 finales
  4. // Rennes/Angers (3-2)

Rennes assomme Angers

Cinq ans après sa dernière finale de Coupe de France, un an après sa dernière finale de Coupe de la Ligue, le Stade rennais a validé dans la douleur un nouveau ticket pour Saint-Denis. Après avoir laissé passer l'orage d'une folle première mi-temps, Rennes a géré. Sans plus et sans frisson.

Modififié
4 67

Rennes - Angers
(3-2)
O. Toivonen (14'), K. Grosicki (36'), J. Makoun (48') pour Rennes , M. Yattara (3'), M. Yattara (89') pour Angers.


Un stade complet, une équipe qui joue la descente en Ligue 1, une autre qui joue la montée en Ligue 2. Bref une demi-finale de Coupe de France commentée par Xavier Gravelaine sur Eurosport un mardi d'avril. À mi-chemin entre cette excitation et ce désintérêt général tout printanier, il y a souvent le Stade rennais. Habitué des rendez-vous manqués avec l'histoire, les hommes de Philippe Montanier auraient, ce soir encore, pu repartir bredouilles. Dominés techniquement (Grosicki mis à part), dépassés dans presque tous les secteurs, la première mi-temps des Rennais est dénuée de bon sens, mais parcourue de quelques rares bonnes intentions. Un rapport au stress étrange que le troisième but de Jean II Makoun inscrit au retour des vestiaires vient annihiler. La deuxième mi-temps ne sera jamais inscrite du même sceau que la première, une vraie désillusion pour les amoureux de foot total, un vrai bonheur pour les amateurs de séries noires, qui décomptent déjà les jours avant le 3 mai prochain au Stade de France.

Tuer n'est pas jouer

« Redonnez espoir au peuple rouge et noir » , le message venu des tribunes du Stade de la route de Lorient est clair et sans appel. Comme un cri du cœur que les joueurs rennais s'étaient promis de satisfaire. Sans faire de folies, mais avec appétence. Parfois bousculé, le navire breton a souvent semblé vaciller, a régulièrement tangué, mais c'est bel et bien maintenu. La moindre des choses quand on joue sa saison à domicile contre une équipe réputée plus faible. Pourtant, le début de match rennais est loin d'être rassurant. Passivité offensive et laxisme défensif, le combo est connu de tous, la sentence attendue. Après 120 secondes de jeu, Mohamed Yattara ne se prive pas de le rappeler aux Bretons. Les Angevins mènent au score, mais n'ont rien à perdre ce soir. Du coup, le SCO joue son va-tout. Quitte à tout perdre. Jeu haut, pressing endiablé, les Rennais sont étouffés, mais pas encore morts. La preuve viendra en trois temps. Celui de l'opportunisme (par Toivonen) d'abord, du génie (grâce à Grosicki) ensuite et du dos rond, enfin. Une démonstration efficace et simpliste. Ou quand le pragmatisme du pensionnaire expérimenté de Ligue 1 bouscule l'envie débordante du jeune prétendant encore un peu fragile.

Vivre et (se) laisser mourir

Angers ne méritait pas ça. Le SCO n'aurait en fait jamais dû rentrer au vestiaire en étant mené. Les hommes de Stéphane Moulin n'auraient même jamais dû rentrer au vestiaire tout court. Partis en héros malheureux, les Angevins vont revenir avec ce même statut de bête blessée prête à combattre, mais convaincue de son triste sort. Gamboa aurait pu inverser la tendance, mais trouve la transversale de Costil. Tout cela était donc sans doute pré-écrit. De fait, dans la foulée, le SCO voit ses dernières ambitions voler en éclats sur une faute de main de Malicki. Avec deux buts d'avance tout sauf mérités, Rennes ne parvient pas beaucoup plus facilement à prendre la maîtrise du match, mais peut au moins se permettre quelques excès sur son côté droit. Grâce au sur-actif Kamil Grosicki, les occasions rennaises s'accumulent sans jamais se concrétiser. La faute à la précipitation puis au retrait du Polonais. Disputée sur un faux rythme, la fin du match voit Rennes reculer. Une fausse bonne idée. Une faute de main de Kana-Biyik, un penalty transformé par Yattara et l'impensable devient possible. Quatre petites minutes de stress évitable, mais sans conséquence. Rennes a souffert, déjoué, mais n'aura jamais vacillé. Presque un comble.

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Jérémy Hénin, Grégory Malicky, Olivier Auriac, Yohann Eudeline, Jérémy Blayac, Richard Socrier: Angers SCO c'est une brave équipe Panini du début des 00's.

Gros envahissement festif de la pelouse: so breton.
Bon ben j'espère que cette fois ci, on aura pas les couilles bleues. En espérant taper les guingampais. Je sais, c'est beau de rêver...
En gros, la nouvelle du soir c'est le Stade Rennais en Ligue Europa, et vu la qualité de l'effectif et du coach qu'ils auront l'année prochaine, je pense que sa peut être une bonne nouvelle. Sinon Lyon offensivement l'an prochain, laisser partir Briand et Gomis tranquillement, Yattara, Fekir, Bahlouli, Benzia voire N'Jie vont tranquillement les remplacer.
Grosicki et Doucouré une nouvelle fois très bons. Maintenant on attend les amis guingampais pour la finale.
Par contre l'envahissement de terrain, voilà quoi...
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Dédicace à Cindy G., étudiante en Histoire originaire de Chateaubriand et handballeuse de son état, partie poursuivre sa licence à Rennes, que j'aurais bien voulu serrer.

Un jour nos chemins se recroiseront.
Non mais c'est quoi cet envahissement de terrain en demi-finale de CDF ? Tu fais ça quand t'es en D4 et que ton attaquant de pointe est boulanger...
Tu m'as tué !!
On a tous des Cindy G. dans nos placards... moment solennel de recueillement... il est bien de rendre hommage de temps en temps..
Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
Toute la nuit ils auront les boules Angers.
Polémique Victor Niveau : Loisir
Message posté par Sidney G'Ovule
Dédicace à Cindy G., étudiante en Histoire originaire de Chateaubriand et handballeuse de son état, partie poursuivre sa licence à Rennes, que j'aurais bien voulu serrer.

Un jour nos chemins se recroiseront.


Hmmmm Cindy... Et au fait elle vient de Chateaubriant pas Chateaubriand!
Gilles. Franchement pas mal, elle peut être dur à saisir, elle est 100% dans le contexte. Du grand art
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par Polémique Victor
Hmmmm Cindy... Et au fait elle vient de Chateaubriant pas Chateaubriand!


Tout à fait. Comme quoi, j'étais vraiment mal parti.
Clemuntinho Niveau : CFA
Note : -2
Envahir le terrain pour se faire gifler ensuite en finale, ils connaissent ces guignols. A priori, ils en redemandent. L’humiliation n'en sera que plus grande, mais ils ne sont plus à ça près !
Le Stade Rennais va peut-être enfin garnir son palmarès après plus de trois décennies de disette. Le SR a mangé son pain noir et cela annonce des lendemains glorieux. Enfin croyons-le...
Ah putain non j'ai loupé le match...
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par Gilles de la Kolo Tourette
Toute la nuit ils auront les boules Angers.


House of pain.
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
Hate à demain soir que l'en avant valide son ticket pour la finale pour enfiler les rennais comme au bon souvenir de 2009
Bon après pour la ligue europa ca sent l'poney pour guingamp si ils vont au bout!
Pinedhuitre22 Niveau : DHR
" c'est nous qui devons la gagner"
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par Pinedhuitre22
Hate à demain soir que l'en avant valide son ticket pour la finale pour enfiler les rennais comme au bon souvenir de 2009
Bon après pour la ligue europa ca sent l'poney pour guingamp si ils vont au bout!


Toi tu sens le varech et la galette-saucisse ^^
Message posté par Gilles de la Kolo Tourette
Toute la nuit ils auront les boules Angers.


Tu connais Yvan d'Angers?
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Message posté par ultradoux
Tu connais Yvan d'Angers?


C'est un cousin de Daniel Mort-aux-Rats?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Arsenal ressort les armes
4 67