Rennes à l'heure du test

En bonne forme actuellement, le club breton va pouvoir vérifier ce soir contre un concurrent direct au podium ce qu’il vaut vraiment. Avec une assise défensive retrouvée et un renfort de poids en attaque en la personne de Mevlut Erding, il y a de quoi être optimiste.

Modififié
0 2
La tendance

Elle est bonne, les Bretons restant sur deux victoires de suite en championnat – face à Bordeaux (1-0) le 21 décembre et en déplacement à Caen (2-0) le 14 janvier – ainsi que sur deux qualifications en Coupe de France, 3-0 contre Nancy et aux tirs au but à Nice, après avoir concédé le 0-0. Quatre matchs et zéro but encaissé, c’est le signe d’une assise défensive retrouvée. Une tradition locale qui avait été quelque peu négligée en début de saison. Dans ce secteur, Frédéric Antonetti peut compter sur le puissant Jean-Armel Kana-Biyik, qui s’affirme désormais comme un incontournable cadre, un stoppeur de très grande qualité. En l’absence de Mangane, de retour de son malheureux parcours à la CAN avec le Sénégal, il sera épaulé en défense central par le revenant Onyekachi Apam, de retour sur les terrains de football depuis décembre, après un an et demi d’absence, et qui a rassuré sur son niveau lors des 90 minutes disputées en Normandie lors du dernier match de L1. Le Stade Rennais se présente donc face à l’OM ce soir avec confiance. Avec ambition également, à l’image de son joueur-star Yann M’Vila, qui a déclaré vendredi en conférence de presse : « Nous savons que nous avons l'équipe pour faire quelque chose de grand cette année » . On a connu par le passé l’international moins motivé.

L’enjeu

L’expression «  tournant de la saison  » est parfois trop utilisée, et pas toujours à bon escient, mais il semble bien cette fois que cette rencontre face à Marseille constitue bien pour les Rennais un de ces moments clés. En cas de victoire, il peut leur permettre d’une part de rester au contact du podium et d’autre part d’en éloigner un concurrent direct. Il installerait aussi le club breton dans une dynamique idéale pour lancer sa deuxième moitié de saison. Une phase retour qui avait été horriblement mal négociée l’année dernière et qui avait ruiné les ambitions de qualification pour la C1. C’est d’ailleurs surtout à partir de la réception de l’OM en championnat, le 11 mars 2011, que la mécanique s’était dérèglée. La défaite des hommes d’Antonetti ce soir-là (0-2, buts de Rémy et Lucho) avait été la première contre-performance d’une très vilaine série, la saison 2010-2011 s’achevant ensuite sur un bilan détestable de six défaites, quatre nuls et une seule victoire.

La stat

Stade de la Route de Lorient, forteresse imprenable. La Stade Rennais n’a plus perdu à domicile depuis mai 2011, toutes compétitions confondues. Paradoxalement pourtant, les Bretons ne sont classés que 12e cette saison en Ligue 1 en prenant en compte seulement les matchs à la maison, alors qu’ils sont coleaders du classement extérieur (avec le PSG). La faute à cette fâcheuse tendance qu’a la bande à Romain Danzé de partager les points avec ses adversaires. Depuis septembre, il y a d’ailleurs une alternance parfaite de victoires et de résultats nuls : chaque fois qu’ils s’imposent à domicile, le coup d’après les Bretons concèdent le nul, et toujours sur le score de 1-1. Le dernier match de championnat à domicile ayant débouché sur une victoire face à Bordeaux, vous savez quoi pronostiquer pour le match de ce soir…

Le joueur

A 19 ans, Abdoulaye Diallo va disputer le deuxième match de sa carrière en L1, plus de deux ans après le premier. A l’époque, c’était déjà contre un « gros » du championnat, Lyon, à Gerland (1-1). Il avait été bluffant, remplaçant au pied levé Nicolas Douchez, qui s’était blessé à l’échauffement et permettant à son équipe de ramener un point de son déplacement. Cette fois il sait depuis quelques jours que Benoît Costil étant suspendu pour cette rencontre, il va être aligné, en sa qualité de numéro 2 au poste. L’international des -20 ans a déjà gardé deux fois les cages rennaises cette saison, au Mans en Coupe de la Ligue en octobre et à Madrid, face à l’Atletico, en décembre, lors du dernier match sans enjeu de Ligue Europa. Il n’avait pas franchement été flamboyant, mais il a l’entière confiance de son entraîneur, qui s’y connaît en matière de jeunes gardiens, puisque c’est lui qui avait lancé Hugo Lloris dans le grand bain à Nice.

La recrue

Déjà espéré cet été, Mevlut Erding est enfin arrivé en Bretagne cette semaine, mettant fin à un long feuilleton et à des tractations qui n’ont pas été simples. Le Turc, en manque de temps de jeu, a fini par se résoudre à quitter Paris. A Rennes, il est attendu comme le messie, le club souffrant depuis une saison et demie et le départ de Gyan, Sow et Bangoura du manque d’un buteur pur sur le front de son attaque : Victor Hugo Montano fait preuve de trop d’irrégularités et Youssouf Hadji, la recrue estivale, n’est pas assez décisif. Seul Jires Kembo s’épanouit pleinement et plante, huit fois déjà depuis le début de saison. Erding va devoir se faire une place dans le système de jeu mis en place par Antonetti. Avec derrière lui des passeurs tels que Féret et M’Vila, il devrait disposer de très bons ballons à exploiter dans la profondeur. A vérifier dès ce soir.

Par Régis Delanoë, à Rennes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

faut arrêter de s'enflammer sur merding les gars... c'est un attaquant qui en veut mais il a une technique vraiment limitée...
sissaybulous Niveau : District
« Nous savons que nous avons l'équipe pour faire quelque chose de grand cette année».

M'vila a dit pareil en début d'année, a propos de l'EL. Au final on a vue les superbes prestations Rennaises...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2