1. //
  2. // Rennes/Atlético Madrid

Rennes, à l'aise sur un matelas ?

Pour son deuxième match de poule, Rennes accueille un adversaire prestigieux, mais pas forcément périlleux : l'Atletico Madrid. L'occasion pour les Rouges et Noirs de grappiller leurs premiers points.

0 1
Après avoir malmené l'Udinese, pour finir par chuter, Rennes doit-il avoir peur de l'Atletico Madrid ? Le palmarès des matelassiers de Madrid pourrait rendre craintifs les Rouge et Noir, comme le nom de certaines de leurs individualités, Radamel Falcao en tête de liste. Meilleur buteur en titre du championnat portugais, le cafetero affiche déjà pions au compteur sous le maillot à bandes rouges et blanches, dont un triplé. Des stats de costaud. Le site du Stade Rennais ne s'y trompe d'ailleurs pas, et titre sur l'attaquant colombien, ou plutôt, sur ses retrouvailles avec son compatriote, Victor Hugo Montaño. Comme un air d'affiche partagée entre Brad Pitt et Danny DeVito ...

Considérations esthétiques et pédigrée mis à part, Rennes doit-il avoir peur de l'Atletico ? A se référer au classement respectif des deux équipes, pas vraiment. Les Rouge et Noir sont passés tout près de prendre la tête de la Ligue 1 ce week-end, mais ont raté la marche -spécialité locale- quand l'Atletico pointe à un terne septième rang. Après en avoir mis quatre au Racing Santander et au Sporting Gijon, les homme de Gregorio Manzano sont revenus de Catalogne après avoir reçu une bonne manita dans la tronche. Rennes aurait-il fait mieux ? Seuls les druides armoricains le savent. L'important est ailleurs, dans ce constat : quand l'Atletico joue face à plus fort que lui, il chute, quand il rencontre plus faible, il le dynamite.

Kana-Biyik pour museler Falcao

Rennes doit-il alors avoir peur de l'Atletico Madrid ? « Je pense qu'en France, ils seraient situés au même niveau que nous » tranche Antonetti. Entre une équipe plutôt brillante techniquement, mais loin de présenter un bloc incassable, et une autre, puissante physiquement, mais qui pêche trop souvent dans la finition - orgie sochalienne mise à part - le match s'annonce, en effet, plutôt équilibré. Victor Hugo Montaño se montre également rassurant, en estimant que le style de l'Atletico devrait convenir aux Rouge et Noir : « C'est le genre d'équipe qui joue et laisse des espaces. Avec la qualité des joueurs que l'on a, on peut leur poser des problèmes » . Armé pour déstabiliser une arrière-garde colchonera rarement impériale, Rennes devra toutefois resserrer les boulons après une prestation défensive inquiétante face à Saint-Etienne, avec un Chris Mavinga complètement à l'Ouest. Avec le retour de Danzé, ménagé ce week-end par Antonetti, le back four rennais devrait offrir de meilleures garanties. « Je pense que l'on a ce qu'il faut pour contrer Falcao » a assuré Montaño au site du Stade Rennais. « Jean-Armel Kana-Biyik m'a dit qu'il allait lui faire la misère » a ajouté le colombien, un brin taquin. Rennes n'aurait donc aucune raison d'avoir peur de l'Atletico.

Pour composer son secteur offensif, Antonetti fera à nouveau sans Brahimi, rechute de l'espoir rennais oblige. Sans Boukari, aussi, toujours convalescent. Le trio offensif, dirigé par les orientations de Féret, devrait donc réunir Hadji, Pitroipa, et Montaño, avec Kembo, en réserve sur le banc. En face, Diego tentera d'approvisionner Falcao et Salvio. Oui, les noms des colchoneros ronflent légèrement plus que ceux des Rouge et Noir, mais « nous avons aussi de bons footballeurs, qui ne sont peut-être pas aussi médiatisés » modère Antonetti. D'ailleurs, si l'Atletico se montrait toujours à la hauteur de la réputation de ses joueurs, le club madrilène ne se retrouverait pas une énième fois contraint de courir le marathon de l'Europa League. Alors, pourquoi trembler ?

Par Thomas Goubin

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Et la chanson sur Jonathan Pitroipa, vous la connaissez? :p
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Gomis vs Giroud
0 1