En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 27 Résultats Classements Options
  1. // Barrage L1/L2
  2. // Troyes-Lorient

« Remporter les barrages, c’est mieux qu’une Coupe de France »

Ils ont vécu les barrages de montée/descente dans les années 80 et 90. Ils ont pleuré ou exulté. Ces anciens joueurs racontent la saveur si particulière de ces matchs couperet qui s’apprête à revenir parfumer la Ligue 1.

Modififié

Pierrick Hiard

Le gardien du Stade rennais a vécu l’incroyable scénario des barrages contre le FC Rouen (0-1 ; 0-1 ; 6-7 aux t.a.b.) en 1984-1985

« À l’époque, les barrages, c’était un vrai marathon ! Le troisième de D2 jouait chez le deuxième sur un match sec, on croisait ensuite les groupes A et B en aller/retour et enfin il y avait ces deux matchs contre le barragiste de D1 : cinq matchs au total. Nous, on avait terminé troisièmes. On va à Saint-Étienne, tout le monde nous donnait perdants. On fait un petit exploit. Geoffroy-Guichard était plein, on les tue en contre... ça a la saveur d’une Coupe de France – un vainqueur, un vaincu, c’est un match couperet avec la même ambiance. On se dit : "Maintenant, on essaye d’aller au bout contre Mulhouse." Après, on est euphoriques. Dans nos têtes, on est mieux préparé à aborder ce match que le FC Rouen, qui a plus de pression. Le scénario est terrible, on perd 1-0 à domicile, sur un coup franc pleine lucarne. On va là-bas, ça se termine aux tirs au but, on ne l’oubliera jamais. Un film ne ferait pas mieux. Ils tirent les premiers. J’ai la chance d’en arrêter deux. Je pense que le plus dur est fait, mais derrière, Bensoussan arrête ses penaltys aussi. Après, j’en arrête deux, ils tirent les premiers : "Ça y est, on y est." Putain, il l’arrête aussi ! J’arrête, il arrête, on arrive au dernier joueur de champ. C’est un très très grand souvenir. Après le match, Alain Doaré me dit : "Après, c’était à toi de tirer." Ouf (rires) ! On est tellement dans notre match qu’on n'y pense même pas. J’ai eu la chance de gagner une Coupe de France, une montée en D1, ça peut s’en rapprocher. »



Serge Le Dizet

Battu avec le Stade rennais contre le Racing Strasbourg (0-0 ; 4-1) en 1991-1992

« On jouait une grosse équipe : (Yvon) Pouliquen, (Marc) Keller, (Frank) Lebœuf, ils avaient des statures de joueurs de D1. À Rennes, on avait été repêchés l’année d’avant (Rennes avait terminé dernier du championnat, mais Bordeaux, l'OGC Nice et Brest ont été rétrogradés administrativement par la DNCG, ndlr). Je me souviens que c’est moi qui ai marqué le but, parce qu’en tant que défenseur, ça ne m’arrivait pas souvent. Le ballon revient à 35 mètres du but, je le reprends du pied droit, il vient se loger dans la lucarne opposée : une mine sous la barre ! Le stade était plein, le public poussait énormément. Il faut dire que c’était la grande époque de Strasbourg. Nous, on était une bonne équipe de copains, mais il y avait des manques sur le plan technique. Il y avait une blague qu’on entendait souvent à l’époque : "Qui est-ce qui est rouge et noir et qui descend ? C’est le stade rennais." Ça caractérisait le club, qui n’arrivait pas à se stabiliser. Moi, il me restait trois années de contrat, mais j’ai décidé de quitter le Stade rennais parce que c’était un frein à mes ambitions. Si on n'était pas descendu, peut-être que je serais encore à Rennes aujourd’hui. »



Roby Langers

Héros du barrage Strasbourg-Nice (3-1 ; 6-0) en 1989-1990

« À l’aller, à Strasbourg, le stade était plein à craquer, avec un super public qui les a poussés. On était menés 3-0, s’ils marquaient le quatrième, on était morts, mais j’ai inscrit un but très important à l’extérieur. Les Strasbourgeois étaient très euphoriques, une petite bagarre a éclaté quand on est descendus dans le vestiaire, car certains d’entre nous n’ont pas apprécié leur tour d’honneur. On s’est fait chambrer. On savait qu’on devait gagner par deux buts d’écart au retour et on s’est juré de le faire pour rester en D1. Le stade ne contenait que 25 000 places, mais il y avait au moins 30 000 personnes. Dans les gradins, ma femme a trébuché sur Arsène Wenger, alors entraîneur de Monaco, parce qu’il était assis sur les escaliers. D’ailleurs, ma femme n'a pas vu les deux premiers buts, elle était bloquée dans les bouchons sur l’autoroute. En moyenne, il y avait 12 000 supporters derrière nous et 20 000 pour une grosse équipe, là on aurait pu en mettre 50 000 ! J’ai marqué quatre buts en une mi-temps. C’est le match de ma vie. On a fait des tours d’honneur, les gens étaient fous, ils voulaient tous mon maillot, les flics étaient autour de moi. C’est comme si Nice avait gagné la Coupe d’Europe. Mais je pense que mon but le plus beau et le plus important, c’est celui à l’extérieur qui compte double : une volée du gauche sur une tête de Jules Bocandé – qui n’est malheureusement plus parmi nous. Il dévie aussi de la tête sur le premier but au retour, on avait travaillé ça à l’entraînement À chaque fois que je retourne à Nice, tout le monde me reparle du match retour. La dernière fois que j’y suis retourné, c’était il y a un mois, pour Nice-PSG (3-1). Avant le match, on m’a donné l’Aiglon d’honneur au milieu du terrain, et sur les écrans géants, ils ont montré les quatre buts. Quand il y a eu Luxembourg-France, j’ai croisé Marc Keller, il m’a dit : "Roby, on en reparle encore à Strasbourg." Trente ans après, ça montre bien que ce match a marqué les esprits. »

Vidéo


Didier Monczuk

Après deux échecs avec Strasbourg, la troisième fut la bonne contre le Stade rennais (0-0 ; 4-1) en 1991-1992

« Mon plus grand souvenir des barrages, c’est certainement la troisième fois, quand on est montés. Contre Angers, deux fois match nul. Ils avaient eu les meilleures occasions, on s’en est sortis par miracle. On sentait l’engouement dans toute la ville, les spectateurs venaient nombreux en fin de saison parce qu’on était à la lutte avec Bordeaux pour passer premier. Remporter les barrages, c’est mieux qu’une Coupe de France, parce qu’il y a la montée au bout. Regarde la joie que cela a procuré à Amiens. Ça se joue sur quinze jours de moins, mais tous les joueurs sont prêts à sacrifier quinze jours pour jouer en D1. En 1990, contre Nice, on a pris une raclée au retour parce qu’on avait des blessés en défense. Perdre 6-0, c’est un coup de massue. Après, chacun part de son côté. Les premiers jours de vacances, on repense sans arrêt à ce match... »




Jean-Pierre Orts

L’homme qui a perdu cinq fois les barrages (d’abord avec Valenciennes, 1981-1982, puis deux fois avec Lyon, 1986-1987, 1987-1988, et encore une paire de fois avec le FC Rouen, 1989-1990, 1992-1993)

« Les barrages, pour moi, ce ne sont que des mauvais souvenirs. Le plus douloureux, ce sont les barrages perdus avec Valenciennes, contre Mulhouse. Avec Lyon et Rouen, on n’a pas réussi à monter en D1, alors qu'on savait que la survie du club passait par un maintien. Mais les plus grands regrets, c’est avec Lyon, parce qu’on avait la meilleure équipe du championnat de D2. On est battu deux fois par les équipes qui accèdent finalement à la D1. À chaque fois, c’est sur des concours de circonstances. Contre Cannes, on avait perdu nos deux gardiens en Coupe de France. Au retour, on bombardait, mais Albert Emon égalise sur leur seule attaque (1-0 ; 1-1). On sent l’euphorie en ville, Gerland était à guichets fermés. Contre Caen, à la 90e, le défenseur Mario Corian anticipe, au lieu de la laisser au gardien François Lemasson, il veut faire une talonnade, Philippe Prieur se retrouve tout seul, et on est battu sur ce but hasardeux. Ce que je retiens, c’est que ce n’est pas forcément la meilleure équipe qui franchit l’obstacle. Mais franchement, c’était un plaisir de jouer ces barrages. Même s’il avait fallu jouer tout l’été... »



Maurice Bouquet

Victorieux du Racing Strasbourg avec le Brest Armorique FC en 1988-1989

« Nous, on était en 2e division, on n’avait pas de tension contrairement à Strasbourg qui jouait son maintien en Ligue 1. On a surtout essayé de ne pas se mettre de pression, de ne pas donner d’importance majeure à ce barrage. On a joué l’esprit libre, on est allés faire un premier résultat à Strasbourg, ce qui nous a donné de la confiance pour le second match. Au niveau du mental, le club de Ligue 2 a un avantage psychologique sur celui de Ligue 1 qui a lutté toute la saison pour son maintien. Il a eu la pression toute l’année, et cette pression ne le quitte pas pour le barrage, parce qu’il est favori alors que l’autre n’a rien à perdre. Ça se gagne au mental, c’est comme ça qu’on avait battu Strasbourg à l’époque, on était très costauds dans la tête. On avait réussi à les faire douter d’entrée. On n’était pas restés derrière, on leur avait montré qu’on n’avait peur de rien, rien à perdre et qu’on était là pour gagner. On était sur une dynamique positive ce qui nous avait donné de l’envie et de la motivation. Les barrages sont une guerre mentale, pour l’équipe qui n’est pas prête à passer en mode guerrier, ça devient compliqué. »


Francis Gillot

Un homme rompu au barrage avec Valenciennes (1981-1982), Strasbourg (1988-1989) et Lens (1990-1991)

« Valenciennes, je démarrais, j’étais très jeune. Strasbourg, je m'étais cassé le pied en fin de saison et je crois que je n'avais pas joué. Et Lens, on avait joué contre Toulouse, on avait perdu, mais on était quand même montés sur tapis vert à la suite du dépôt de bilan de Bordeaux. Comme quoi, l’histoire, parfois... C’est tellement vieux, je n’ai plus vraiment de souvenir du déroulement des rencontres. Mais je me souviens que ces matchs-là sont assez compliqué à gérer, qu’on soit joueur ou entraîneur. On joue tout sur un match, un peu comme quand avec Lens on avait joué Niort pour le dernier match de championnat (lors de la saison 1987-1988, ndlr), si on gagnait on restait, si on perdait on redescendait. Ça, c’était encore pendant le championnat, mais c’est un peu le même style de rencontre. On joue tout sur deux matchs, tous les sentiments sont mélangés. Mais quand on est joueur, on ne réfléchit pas de la même façon qu’en tant qu’entraîneur, on est toujours un peu insouciant, on pense que ça va toujours aller. Alors qu’entraîneur, on a un peu plus de crainte, de recul par rapport à ça. Pour être passé par là trois fois, je trouve que c’est bien d’avoir remis en place les barrages, ça donne du piquant à la fin de saison. »



Propos recueillis par Maeva Alliche et Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1
il y a 2 heures Wayne Shaw suspendu deux mois pour avoir mangé une tarte 3 il y a 2 heures Le jeune fils de Donald Trump rejoint DC United 11
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
il y a 3 heures Ronaldinho sait toujours y faire 1 il y a 4 heures Quand les Ultramarines enflamment Bordeaux il y a 6 heures Le récap de la #SOFOOTLIGUE 3
Hier à 14:56 Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 7 Hier à 11:01 Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 32 Hier à 10:57 Le but fou d'Enzo Pérez 13 Hier à 10:00 Le magnifique loupé en D1 roumaine 2 jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 102 mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 22 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 16 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22 samedi 2 septembre Une ligne d'appel pour les arbitres agressés 2 vendredi 1er septembre Le PSG se dit « surpris » par l'UEFA 89 vendredi 1er septembre L'UEFA ouvre une enquête sur le PSG 105 vendredi 1er septembre Le PSG envoie Guedes s'aguerrir à Valence 23 vendredi 1er septembre Mbappé sera présenté mardi au Parc 41 vendredi 1er septembre Un troisième maillot rétro pour les Hammers 10