Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Aston Villa-Crystal Palace

Rémi Garde, la mission impossible ?

Relégable depuis fin septembre, lanterne rouge depuis novembre, incapable de gagner un match en championnat depuis cet été, Aston Villa est largué au classement et paraît d’ores et déjà condamné à la relégation, malgré le changement d’entraîneur et l’arrivée sur le banc de Rémi Garde. L’expérience anglaise de l’ancien Lyonnais, revenu outre-Manche dans un championnat qu’il a connu en tant que joueur, a tout de la grosse galère…

« Notre situation est très compliquée, et cela fait parfois faire des choses stupides. Tout le monde doit rester calme, prendre ses responsabilités, se regarder dans le miroir et se demander ce qu'il faut faire individuellement pour se sortir de cela. Je comprends que les supporters soient en colère. Il faut l'accepter, comme joueur, entraîneur. Tout le monde au club doit accepter la critique. » Il y avait comme de la résignation dans les propos de Rémi Garde après le piteux nul 1-1 concédé en FA Cup ce week-end sur la pelouse de Wycombe, terreur de League Two, la D4 anglaise. C’est bien la première fois que le technicien français fait vraiment tomber la façade optimiste qui était de rigueur depuis son arrivée au poste le 2 novembre dernier.


L’ancien entraîneur lyonnais a d’abord donné dans « l’incroyable honneur » d’avoir été nommé chez les Villans pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, puis il a incité suiveurs et supporters à continuer de croire au maintien, même s’il était peut-être le seul à continuer d’y croire, ou à faire semblant de. «  J'ai une très bonne sensation (…). Je savais que ce serait difficile, mais maintenant, j'ai plein de confiance » , déclarait-il encore début janvier, contre toute logique, alors que les contre-performances continuent de s’enchaîner pour son équipe. Cette fois, s’est-il vraiment persuadé que la réussite de sa mission initiale, celle de maintenir le club en Premier League, était impossible ? Il a en tout cas laissé entrevoir l’idée que l’avenir pourrait s’inscrire à partir de l’été prochain en Championship, pour Aston Villa, mais aussi pour lui si ses dirigeants le souhaitent, eux qui ont signé le Français jusqu’en juin 2019…

Jordan Ayew et le difficile héritage de Benteke


À son corps défendant, la planche semblait déjà savonnée pour Rémi Garde, arrivé à la tête d’une formation moribonde qui s’était sauvée de peu au printemps dernier en terminant 17e de la Premier League et qui a ensuite perdu son seul vrai joueur fiable au plus haut niveau, l’attaquant Christian Benteke. Le Belge a été le meilleur buteur des Villans pendant trois saisons de suite, à peu près le seul à mettre des buts d’ailleurs. Trois recrues ont été choisies pour lui succéder et aucune ne donne vraiment satisfaction : ni Scott Sinclair (2 buts), ni Jordan Ayew (5 buts), ni Rudy Gestede (3 buts). Depuis novembre, Garde cherche à trouver la bonne association avec eux, mettant parfois les deux premiers en pointe, parfois sur une aile, sans que jamais ça ne fonctionne vraiment. 4-1-4-1, 4-3-1-2, 4-3-2-1… Il a tenté d’autres options que le 4-2-3-1 de son prédécesseur Tim Sherwood sans jamais parvenir à trouver la bonne combinaison pour l’instant.


Si Aston Villa paraît – définitivement ? – largué au classement avec seulement 8 points pris depuis le début de saison et 11 points de retard sur le premier non-relégable Swansea, il y a pourtant ce sentiment qu’il ne manque pas grand-chose pour que la spirale négative cesse. Après tout, la formation de Birmingham n’a concédé qu’une seule défaite par plus de deux buts d’écart : sur la pelouse d’Everton le 21 novembre. Un méchant revers qui avait mis en colère Rémi Garde et l’avait convaincu de sévir. Coupable d’être sorti en boîte après le match, le turbulent espoir Jack Grealish avait été mis à la disposition de l’équipe des jeunes pendant deux semaines. S’il a fait son retour depuis, le jeune ailier irlandais a néanmoins perdu sa place de titulaire… Garde ne semble d’ailleurs pas vraiment manquer d’autorité, lui qui avait aussi décidé d’interdire à ses nombreux joueurs francophones – une bonne demi-douzaine – de s’exprimer en français entre eux dans le vestiaire, pendant les entraînements et en match. Non, ce n’est pas d’autorité dont il semble manque, mais de repères. De talent à disposition aussi certainement : pas sûr que Jordan Ayew vaille les 12 millions d’euros investis pour le récupérer de Lorient, à titre d’exemple…

L’exemple de Leicester la saison dernière


La relégation de plus en plus probable d’Aston Villa réduirait à six le nombre de clubs qui ont vécu toutes les saisons de Premier League depuis sa création en 1992 : Arsenal, Chelsea, Tottenham, Manchester United, Liverpool et Tottenham. Villa pourrait aussi rejoindre Nottingham Forest au rang des seules formations vainqueurs de la C1 et n’évoluant pas en élite. Le club de Birmingham avait remporté cette Coupe des champions en 1982 aux dépens du Bayern, ce qui constitue le dernier titre majeur d’une institution du football anglais, sept fois vainqueur du championnat entre 1894 et 1981, sept fois vainqueur également de la FA Cup entre 1887 et 1957.



Depuis la mise en place de la Premier League et une belle deuxième place lors de la saison inaugurale en 1992/93, il aura fallu se contenter le plus souvent du ventre mou, de deux League Cup glanées en 1994 et 1995, puis de rares frissons, comme au printemps dernier avec une finale de FA Cup où les Villans se sont fait corriger 0-4 par Arsenal à Wembley. Leurs derniers espoirs reposent sur les compétences managériales d’un Français déjà un poil désabusé, qui pourrait néanmoins trouver matière à inspiration dans le parcours de Leicester la saison dernière : largué à mi-parcours, lanterne rouge jusqu'à la 32e, sauvé au printemps grâce à un money time épique, extraordinaire depuis. En cas de miracle, un supporter nommé Kenny Swaine a promis qu’il se ferait tatouer le visage de Rémi Garde sur ses fesses. Quand même, ça mérite d’être vu, un truc pareil…


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier