1. // Ligue 1 – 2012/2013
  2. // Présentation des équipes

Reims, le goût du bouchon

Tous les présidents de L1 voudront se déplacer en Champagne. Sûr qu’on leur servira de la bonne bulle. Sur le terrain, on est encore loin du grand millésime, une comparaison que les Rémois vont se coltiner pendant au moins un bon mois.

0 6
Le bilan de l'été
Le propre des petits budgets de promus. Essayer de faire du neuf avec du « vieux » , si possible revanchard comme pour les signatures de Signorino, Fauvergue, Devaux ou Fofana. Revanchard, l’étiquette collait bien aussi au tricot de Cédric Fauré, meilleur buteur de Ligue 2 sous les couleurs de rémoises la saison dernière. Mais, en fin de contrat en juin 2012, la proposition d’un salaire réduit de moitié pour une seule année de bail ne l’a pas enthousiasmé. Tant pis pour Hubert Fournier, qui a fait sans pendant une préparation compliquée en termes de résultats (une seule victoire, contre Vannes ; défaite contre l’UNFP), un peu moins dans le contenu.

Le coefficient de résistance au PSG
Entre 10% et 12%. Ancelotti a certes de quoi faire deux équipes, réservera sans doute ses plus fines gâchettes pour la C1 ou les grosses affiches de L1, plutôt que de les laisser se fader les matches contre les petits. Reims sera malheureusement l’exception. Le président parisien utilisera le déplacement dans la Marne pour dévergonder ses VIP venus du Golfe, officiellement habitués à l’eau : visite des plus belles maisons de champagne – et les commandes qui vont avec – avant de rameuter sa clique dans les loges d’Auguste Delaune en mars prochain. Évidemment, sur le pré, Carlo sera sommé d’aligner tous ses cracks. Nasser El-Khelaifi jubile auprès de ses invités : « Vous avez vu mon joujou, pas mal, nan ? Bon, le meilleur c’est le gars tout petit et tout chauve qui court sur l’aile droite avec des collants et un sous-pull. Et il nous coûte une prime de match de Zlatan par mois. » Tout en sirotant un petit Dom Pérignon en petite bouteille, et à la paille. Comme un vulgaire Piper. Aucun respect.

Ça va se terminer comme ça le 21 décembre 2012
Un peu comme Brest fin 2010, Reims bétonne derrière depuis le premier match mais se retrouve à jouer le titre de champion d’automne après une victoire à l’arrache, le 15 décembre, contre le LOSC, qui a touché les montants toutes les dix minutes. Le match aura raison du cœur de Just Fontaine, qui avait déjà fait le coup lors de la montée en D1 du PSG dans les seventies. Mais là, ce n’est malheureusement pas pour du beurre. En guise d’hommage, la statue de Louis XV sur la Place Royale sera déboulonnée pour laisser place au cercueil en plexiglas du défunt Justo, bien gardé, en attendant la fin du monde, par l’ensemble du club rémois et le président Caillot, qui monte la garde avec le fusil offert à l’attaquant par un journal suédois pour ses 13 buts en Coupe du monde.

Le portrait robot
10% Pierre Ménès – gros four et petits fours

30% Tetra Pak – joueurs recyclés

30% Valérie Damidot - antiquaire

40% Moët & Chandon – Powerade champenois

La banane de la saison
Franck Signorino. La dernière fois qu’il a goûté à la Ligue 1, c’était avec le FC Nantes, version 2005 et 2006, soit les plus tristes exercices canaris dans l’élite. Depuis, entre blessures et choix de coachs, le gaucher blondinet n’a qu’une soixantaine de matches dans les jambes, dont certains à Carthagène, à Charleroi ou plus récemment au Stade Lavallois. En cinq saisons, ça fait léger. Jugement sévère certes mais fallait pas raccrocher au nez du stagiaire alors qu’il n’avait posé qu’une question : « Comment ça va ? »

Le type à suivre
Il paraît qu’il s’appelle Kamel Ghilas. L’attaquant algérien possède un CV de bourlingueur (Cannes, Guimaraes, Celta Vigo, Hull City, même Arles-Avignon bien qu’il ne soit pas grec) depuis ses débuts pros en 2003. Prêté par Hull à Reims la saison dernière, l’avant-centre a terminé 2e meilleur buteur de L2 (14 prunes) derrière son ancien compère d’attaque, le légendaire Cédric Fauré. Transféré définitivement cet été en Champagne, Ghilas porte surtout un numéro de maillot qui sent le râteau, la roulette, la vista : le 5. Celui de Zidane, celui de Jérôme Leroy à Sochaux aussi. Attention, on peut très vite glisser sur de la fausse promesse. Genre Grégory Thil.

Ce qu'il va se passer cette saison
Reims ouvre sa saison contre l’OM, un dimanche soir, sur Canal Plus. Mauvaise idée. Il n’aura pas fallu attendre une journée de championnat pour voir Pierre Ménès se farcir le président Caillot, son plus bel ennemi, invité au micro du débrief du CFC alors que son Reims vient d’être mis au supplice par les déboulés de Jérémy Morel, pourtant repositionné arrière droit vu qu’Azpi joue la sécurité avant sa visite médicale à Chelsea.

- Mais tu n’arbitres plus alors ? On t’as repris ton sifflet ? demande Pierrot.

- Mais non, c’est Jean-Charles Cailleux l’arbitre. Moi, c’est Jean-Pierre Caillot, j’ai une société de transport !

- Ah ok. Et la nana d’Envoyé Spécial, elle est toujours présidente du club de Reims ?

- Mais non, là, tu confonds Guilaine Chenu avec Christophe Chenut, l’ancien président. L’actuel président, c’est moi. Putain, Jean-Pierre Caillot, tu me remets pas, Pierrot ? Je t’avais lourdé pourtant !


Le combat se poursuivra par médias interposés et polluera toute la deuxième partie de saison des Rémois, qui joueront tous les matches flippés par ces joutes verbales. Descente actée à trois journées de la fin. Le costume et l’héritage étaient trop lourds à porter. Et dire qu'ils étaient presque champions d'automne...

La banderole de supporter
«  Christopher Glombard, donne des news de Luigi stp »

Le derby débile de la saison
Le bourrico, contre les Girondins, le Champagne contre le Bordeaux, bulles contre tanins, avec en temps fort, évidemment, le contest du supporter qui se met la plus belle cuite.

La chanson de la saison
Champagne Supernova d’Oasis (deux noms de boissons en trois mots)
Youtube


Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
A Reims, quoiqu'il advienne, la Kopa est pleine de champagne.
Pierre Ménès qui fait passer le portrait robot à 110%. Vous êtes pas sympas les gars
c'est vraiment le maillot avec lequel ils vont jouer ?

on dirait le 1er prix de chez décathlon ...

ils ont vraiment pas une thune : ça sent la "arles-avignon"
"40% Moët & Chandon – Powerade champenois"

Ah putain*, j'en peux plus! Bien joué!
nadalito_15 Niveau : DHR
C'est vrai l'histoire du stagiaire t de Signorino?
Il ne me semblait pas si bête pourtant...
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Ah le fumier ! Je me suis bien marré !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 6