Reims, gare au mousseux

Après un retour réussi dans l'élite, le Stade de Reims fait face à l'éternel obstacle de tous les promus : la deuxième saison. Alors qu'on mise côté rémois sur l'apport des recrues et le soutien d'Auguste-Delaune, cette saison 2013-2014 pourrait bien sentir le sapin pour les hommes du président Caillot. Les petites bulles de Dom Pérignon laisseront-elles la place à un mousseux du Val de Loire ?

Modififié
16 26
Le bilan de l'été

La fiesta a été tellement grande que les Rémois en ont encore la gueule de bois. Après une belle 14e place qui leur permettait d'assurer leur maintien dans l'élite l'an dernier (une première depuis près de 35 ans), le Stade s'est tranquillement remis au boulot. Ne roulant pas sur l'or, Jean-Pierre Caillot a recruté discount en renforçant son entrejeu avec les arrivées du Danois Mads Albæk (1 million d'euros) et du Tourangeau Prince Oniangué (gratos). Devant, l'Israélien Eliran Atar arrive pour booster une attaque un poil dépendante de Gaëtan Courtet. Derrière, le grand espoir franco-turc Atila Turan tentera de lancer sa carrière (s'il vient finalement) après un séjour compliqué au Portugal. Ces quatre nouveaux ont tous quelque chose à prouver. Autant dire qu'ils ne sont pas venus pour visiter les caves d'Épernay ou barboter au bord du lac du Der. Niveau préparation, les Rouge et Blanc ont choisi Carnac et ses menhirs pour leur stage de juillet. L'occasion d'enchaîner quelques matchs amicaux pas franchement rassurants (nuls contre le Red Star et Brest, défaite contre Charleroi...) et de se remettre définitivement dans le bain. Le mois d'août sera, lui, l'occasion de voir que le maintien en Ligue 1 a comme par hasard ramené encore plus de monde au stade Auguste-Delaune. Qu'ils viennent d'Orgeval, de Croix-Rouge, de Tinqueux ou de Cormontreuil, les supporters rémois sont chauds comme la braise et espèrent bien prouver dès les premières journées aux autres prétentieux de Ligue 1 qu'ils ont bien leur place dans le gotha.

Le coefficient de résistance au PSG

75 %. Forcément, à Reims, on se souvient tous de cette folle après-midi du 2 mars dernier où Krychowiak et ses potes avaient poutré la bande à Zlatan (1-0). Un peu comme quand ton copain boutonneux arrive à choper le plus gros avion de chasse de la soirée. C'est bien simple, on n'avait pas autant vibré à Auguste-Delaune depuis les saisons à 30 pions de Carlos Bianchi. Cette année, un Parisien averti en vaut deux. Mais les stars brillent moins loin des paillettes. Remontés comme des pendules, les Rémois charcutent Cavani, énervent Verratti et placent un contre assassin à la 77e, avant de bétonner derrière. 1-0, mission accomplie. Faites péter le MUMM.

Le portrait robot

50 % Louis XV – grand amateur de champagne, sacré à Reims
30 % Manpower – main-d'œuvre à bas prix
10 % Auberge espagnole – dix nationalités représentées
10 % Jim Levenstein – enfin dépucelé, le type qui veut revivre ça une deuxième fois

La banane de la saison

Franck Signorino aurait mérité sa place ici, mais ce n'est pas très sympa de tirer sur les ambulances. Et pourquoi ne pas mettre un petit coup de projecteur sur Nicolas Fauvergue ? Habitué des bons joueurs de L2 qui galèrent ensuite en L1 (jurisprudence Cédric Fauré), le Stade de Reims a attiré un nouveau spécimen l'an dernier en la personne du natif de Béthune. Espoir perdu du LOSC, international espoir en 2005, l'attaquant n'est pas vraiment entré dans l'histoire du club nordiste. Après s'être refait une santé en deuxième division en plantant 41 buts en trois saisons à Strasbourg puis Sedan, le gaillard a atterri l'an dernier chez le promu rémois. Bilan : trois buts en 25 matchs et une flopée de doutes qui refont surface. À 28 ans, Nicolas Fauvergue n'est peut-être tout simplement pas fait pour la L1.



Le type à suivre

Une saison pour s'adapter, une autre pour exploser. Pièce forte de l'effectif champenois l'an dernier avec Krychowiak, Courtet et Agassa, Diego Rigonato Rodrigues est attendu comme jamais cette saison. Débarqué à Reims après une jolie saison du côté de Tours (32 matchs, 9 buts), l'ailier gauche de 25 ans a été moins tranchant en 2012-2013. La Ligue 1 serait-elle plus dure que la Ligue 2 ? Revanchard, le Brésilien a grand besoin de briller, lui qui entre dans son avant-dernière saison de contrat. Sa patte gauche a déjà nettoyé plusieurs lucarnes dans l'Hexagone, mais on en attend forcément plus de la part de quelqu'un qui a joué quatre saisons au Budapest Honvéd (bah quoi ?). Au cas où, on gardera aussi un œil sur Eliran Atar, prolifique buteur venu du Maccabi Tel-Aviv (67 buts en 129 matchs ces trois dernières saisons).

Ce qu'il va se passer cette saison

La saison de tous les dangers. La deuxième année est toujours plus difficile pour un promu. Reims ne fait pas exception. Sur un malentendu, ça a marché, mais cette fois les Champenois sont attendus et morflent légèrement, d'autant que les promus de cette année (Monaco, Guingamp, Nantes) ont plutôt belle allure. Le début de saison casse-gueule qui leur est proposé (déplacements à Rennes et Lyon, réception de Lille) les plongent rapidement dans la zone rouge. Bien sûr, il y a bien quelques bons résultats à l'extérieur, et même un ou deux exploits, mais Reims ne respire pas une seule seconde cette saison et joue constamment sous pression. Une 18e place finale, à deux points seulement de Sochaux, éternel miraculé de la Ligue 1, condamne les Rémois à refaire un tour en Ligue 2, malgré toutes leurs prières à la cathédrale Notre-Dame. Une relégation difficile à encaisser pour les supporters, qui iront noyer leur chagrin dans les bars de la place d'Erlon au soir du 17 mai.

La banderole de supporter

« Alors les Sangliers, c'est bien la CFA ? »

Le derby débile de la saison

Troyes reparti goûter aux joies de la Ligue 2, Sedan désormais dans les abîmes des divisions du dimanche après-midi, le Stade de Reims va se sentir bien seul cette saison. Les Rémois n'auront aucun Champagnico contre Troyes à se mettre sous la dent, et ne jouiront même pas du plaisir de se foutre de la gueule de leurs voisins tout droit sortis de leur forêt des Ardennes. Le déplacement le plus court aura lieu à Paris, à une grosse heure et demie si ça roule bien sur l'A4. Le CapitaleProvincico ?

La chanson de la saison

Champagne, champagne, de Vanessa Amorosi. Pour ambiancer Delaune pendant les frappes de Kamel Ghilas à l'échauffement.

Youtube


Par Benjamin Jeanjean
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Chris-Sheva92 Niveau : DHR
Contre Paris je me souviens surtout que Lavezzi se chie dessus en face à face avec le gardien! Mais ça restera un des matchs les plus mauvais du PSG cette saison.
Ailier Gauche Niveau : DHR
On dit ''Rémois'', boudiou. Sinon le Sporting Portugal nous fait un caca nerveux pour Atila Turan et Diego est indisponible jusqu'à janvier!
Celui qui sera à suivre pour moi c'est Nicolas de Préville ; recruté au mercato d'hiver, il a démarré son adaptation doucement mais sûrement, et je sens qu'il de peut vraiment faire de belles choses cette saison. Perso je suivrai son parcours cette saison !
J'ai de la sympathie pour cette equipe mais je les vois pas resister cette saison.
Je les vois dans le wagon de la descente.
quad_feed_MSR Niveau : District
Allez le Stade il faut se maintenir coute que coute
C'est marrant, tout le monde est pessimiste pour le Stade, mais les gens ne savent pas vraiment de quoi ils parlent.
Ok, 70% des équipes redescendent dans les 2ans après une montée. Mais la très très grande majorité de ces équipes n'arrivent pas à retenir leurs joueurs après la 1ère saison en L1, et peinent donc à se stabiliser. Reims a bien fini 14ème, et AUCUN joueur majeur (seuls 2 départs, le 3ème gardien et un milieu relayeur excellent -mais toutefois 4ème choix du coach la saison passé, après Krycho, Ca, et Devaux- sont partis). Même défense renforcée (qui était parmis les bonnes de L1), même gardien. Milieu de terrain conservé, Kricho risque de progresser encore, et Albaek pourrait être une révélation. Et en attaque, Courtet aura pris de la bouteille pour être un excellent joker derrière Atar (et Privat?!). Enfin bref, on ne change pas une équipe qui fini 14ème, on la renforce et c'est reparti pour un tour!!!
Très très bon mercato.
Allez le Stade!!!
Brian Hainaut Niveau : Ligue 1
Note : 3
Nicolas Fauvergue n'est pas fait pour la L1, ni pour le football d'ailleurs, puisqu'il s'appelle en vérité Richard Virenque.
Le stade se maintiendra, car on a recruté Atar, qui je pense claquera quelques buts (ce qui nous manquait l'année dernière avec comme seul buteur Courtet), on retrouve notre cher Odair Fortes, fusée sur son coté droit, et on signe deux milieu de terrain afin de remplacer Ramare. Plus, Krychowiak qui reste.

La seule chose embêtante reste la blessure de Diego jusque Janvier.

Le Dom Perignon sera de sorti! :-)

Stade de Reims!
Sochaux Stern des Ostens Niveau : Ligue 1
Le scénario avec Sochaux je signe tout de suite
Dès que l'on parle du Stade, c'est quand même pas facile de faire des titres d'articles sans connotation au champagne ou à la cathédrale
putain* ma fin de phrase ne veut rien dire, j'ai laissé la grammaire sur mon lieu de vacances...
Je profite aussi de cet article pour souligner (comme certains l'ont déjà fait sur Twitter) l'AMATEURISME du journal l'EQUIPE!! Qui hier présentait le Stade avec la moitié de l'article à propos de la partie de poker, et qui mettait dans l'equipe type Ghilas mais pas Weber ni Mandi...
Ca serait bien que les médias ne se désintéressent pas complètement des 18 clubs français dont les noms ne commencent pas par "Par" ou "Mona"...
DanielToscanSéplanté Niveau : Loisir
Le gros point faible de Reims cette saison ont été les matchs à l’extérieur si il arrivait à imposer un peu plus leur jeu à l’extérieur sa pourrait devenir intéressant
Message posté par Brian Hainaut
Nicolas Fauvergue n'est pas fait pour la L1, ni pour le football d'ailleurs, puisqu'il s'appelle en vérité Richard Virenque.


Purée, c'est ce que je me disais aussi, c'est le même !! ^^
Sur le papier le mantien est plus que possible. Mercato malin et encore une fois bien géré par nos dirigeants (pas de depart, hormis Ramaré et Souaré - mais pas indispensable, et bien remplacé). L'effectif a gagné en stabilité et a été renforcé en attaque avec Atar, ce qui nous faisait défault l'année derniere. Encore plus si ca se fait pour Privat, ce qui nous ferait une belle ligne d'attaque si on ajoute Courtet et DePreville (Fauvergue et Ghilas partant). La defense et le milieu tiennent la route et a gagné en experience.

Je trouve les effectifs de Guingamp, Nantes, Sochaux, Evian(sans Sagbo et Khlifa) inferieurs; je situe plus le Stade au niveau de Bastia, Ajaccio, VA. Enfin ca sera notre championnat; à nous d'assurer vite le maintien avec un bon parcours en coupe!!
Atar vous allez voir, c'est un super joueur, un mec avec un gros sens du but mais c'est aussi un sacré caractériel, beau pari en tout cas, cela fait plaisir que les clubs s'intéressent désormais à la Leumi League après les bonnes pioches Melikson (passé par la Pologne) et Ben Basat.

Il pourrait complètement jouer avec Courtet plus mobile devant.

Sinon Oniangue superbe recrue, il sort d'une énorme saison avec Tours ou sa puissance faisait merveille.

Quelques incertitudes: la cohabitation entre Fournier et Troin, une charnière que je trouvais un peu légère, la capacité d'Agassa à maintenir un niveau élevé.

Bonne saison aux rémois.
volontaire82 Niveau : Loisir
Annoncé à l'instant : Turan ne signera pas, l'affaire a capoté entre le Sporting et Reims...
GenzoLloris Niveau : DHR
Le Stade de Reims se retrouve désormais le seul club pour défendre l’honneur footballistique de l’Est pour cette saison. D’un côté, on pourrait être pire à l’exemple de l’Allemagne de l’Est avec 0 club en Bundesliga. D’un autre, je reste nostalgique de la période des années 1990 avec nos 3 clubs l’ASNL, le FC Metz et le RC Strasbourg ce qui donnait des VRAIS derbys (allez mourir, tenant du derby de la Garonne).

Au moins, devant la situation ô combien catastrophique de Reims durant justement cette période des années 1990, il reste un exemple émouvant (surtout pour Strasbourg) de comeback possible en première division pour ces dit clubs (en moins de 35 ans si possible^^).

Champagne, jersey d’Arsenal, mythe de la bande à Kopa, mercato intelligent (aucun cadré pillé, un miracle) je suis de tout cœur avec vous !
footchampagne Niveau : Ligue 2
Je m'enflamme un peu mais j'ai l'impression que cette ligue 1 en haut comme en bas de tableau se renforce vraiment.
Quand tu vois le recrutement de Reims, la conservation des joueurs pour tous les mal classés et des équipes sans ambition réelle les autres années afficher des objectifs plus élevés comme rennes ou l asse on peut se dire qu'il y aura de quoi voir.
Je me fais plus de soucis pour des équipes comme Bordeaux ou Valenciennes...
Je vois que tu suis pas beaucoup la Bundesliga - le Hertha Berlin et l'eintracht braunschweig sont montés cette saion!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
16 26