Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Marseille/Reims (2-3)

Reims fait sombrer l'OM dans la crise

Le pire scénario possible. Menés 2 à 0 contre le cours du jeu après une première mi-temps plutôt positive, les Marseillais ont recollé avant de céder dans les ultimes instants de la rencontre. Une cinquième défaite en autant de matchs pour un OM qui fait un pas de plus vers une crise de novembre.

Modififié

Marseille - Reims
(2-3)
F. Thauvin (55'), A. Gignac (86') pour Marseille , S. Khalifa (34' csc), M. Albaek (38'), P. Oniangué (91') pour Reims.


Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. C'est ce qu'ont longtemps pu se dire les Marseillais. Malgré les changements de Baup, malgré un Payet plus incisif, malgré l'urgence de résultat après quatre défaites consécutives, les joueurs de l'Olympique de Marseille, pris dans l'œil du cyclone, n'ont pas réussi à sortir de cette spirale négative. Après avoir pris cette rencontre par le bon bout, les Phocéens ont souffert de cette espèce de malchance surréaliste, mais véritable qui touche les équipes en galère. Certes plus séduisants, les Phocéens n'ont pas remédié à leur mal principal, puisqu'en s'inclinant 3 à 2 contre des Rémois efficaces, les coéquipiers de Mathieu Valbuena s'embourbent un peu plus dans ce que l'on peut désormais appeler une crise. La faute à deux buts improbables, puis à un scénario aussi impitoyable que l'univers de Dallas.

30 minutes de bonheur puis le cauchemar

Exit Gignac, Khalifa in, Payet à gauche, Thauvin à droite, Mendy et Abdallah aux postes de latéraux. Outre le pauvre Valbuena, qui ne semble pas avoir le droit au repos, cet OM est quasi neuf, et ça se voit. À l'aise sur le côté où on l'a vu briller la saison passée avec le LOSC, Dimitri Payet est tranchant. Jamais le dernier à repiquer dans l'axe, le Réunionnais sème la pagaille dans la défense rémoise. Pas en reste sur son côté droit, Ayité est le seul visiteur en action en ce début de rencontre. Malheureusement pour le Togolais, ses bons débordements face à André Ayew ou Souleymane Diawara ne donnent rien. Il faut attendre le quart d'heure de jeu pour entendre le Vélodrome vibrer pour la première fois. Sur l'un de ses grands classiques, Dimitri Payet, tel un crabe sur une belle plage, se déplace de sa gauche vers la droite, en évitant tour à tour les tacles et les adversaires devant lui. Arrivé à l'entrée de la surface, il décale parfaitement Valbuena à droite, mais la patate de Petit Vélo est trop croisée pour inquiéter Agassa. Le gardien togolais n'est pas beaucoup plus inquiété quelques minutes plus tard quand Payet tente une frappe enroulée qu'il peut capter tranquillement. Finalement, c'est à la demi-heure de jeu que les Phocéens se procurent leur meilleure occasion suite à une faute de Tacalfred sur Khalifa. Le coup franc de Thauvin est parfait, la tête de Diawara également, mais le but du Sénégalais est refusé suite à un léger hors-jeu du défenseur central phocéen. Le fameux « tournant du match » pour un OM au fond du trou. Le début de la partie du Stade de Reims qui, avant un coup franc logiquement accordé aux Rémois suite à une faute de Romao sur Krychowiak, n'avaient pas tenté le moindre tir. Seul face au mur marseillais, Ayité envoie la balle dans la tête de Khalifa qui prend Mandanda à contre-pied. La sanction est difficile pour l'OM, mais le pire est à venir. Dans la foulée, sur corner, Ayité cherche et trouve Albaek en retrait. Laissé seul à l'entrée de la surface par un Payet en retard, le Danois vient marquer le même but qu'il avait marqué face à Lille, sauf qu'il a été aidé par Nkoulou. La bronca du Vélodrome ramène les Phocéens vers les vestiaires. La tête sous l'eau, ils n'entendent rien.

Thauvin pour l'espoir

De retour sur la pelouse, les Marseillais ont le visage grave. Les onze Phocéens attendent les Rémois pour en découdre. Plus solides au duel, plus créatifs, plus décidés, les joueurs de Baup se débrouillent pour revenir dans la rencontre. Toujours aussi précieux dans la conservation du ballon (91% de passes réussies), Mathieu Valbuena laisse les clés de l'attaque de l'OM à Florian Thauvin qui, malgré un peu de déchet, donne satisfaction. Lancé côté droit comme à Bastia, l'éphémère Lillois rentre dans l'axe, efface un puis deux joueurs et envoie une mine dans les filets d'Agassa. Ronchon jusqu'ici, le Vélodrome se réveille, tout comme Élie Baup. Sorti de son habituelle léthargie tactique, le coach de l'OM, voyant les minutes passer, tente d'injecter de nouvelles choses dans son onze. Jordan Ayew, Lémina et Gignac entrent à la place de Valbuena, Payet et Abdallah. Pas suffisant pour que l'OM n'aborde les dix dernières minutes avec autre chose que le match nul en tête. Crevés, les Rémois tiennent bon. Parfaitement servi par Charbonnier, fraîchement entré en jeu, De Préville mange la feuille en envoyant une chiche dans le petit filet de Mandanda. Le loupé du 3-1 qui se transforme en 2-2 sur le contre qui suit. Après avoir cherché une position de frappe pendant trente seconde, Gignac voit une balle en l'air lui arriver dans les pieds. APG ne se pose aucune question et envoie une mine qu'Agassa ne peut que regarder. Le Vélodrome explose, a envie d'un peu plus. Il vient de se réveiller, mais n'a que ce qu'il mérite : un but d'Oniangue, seul dans l'axe, qui crucifie Mandanda de la tête dans les arrêts de jeu. C'est très dur pour l'OM. Mérité pour des Rémois qui se seront battus pendant 90 minutes. Et un peu plus.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5