1. //
  2. // Réforme de la Ligue des champions

Réforme de la C1 : la loi du plus fort ?

Le 25 août, l’UEFA annonçait un changement de format pour la Ligue des champions de 2018 à 2021, qui prévoit d’accorder quatre places directement qualificatives pour la C1 aux quatre championnats avec le meilleur coefficient UEFA. Nécessaire pour les uns, élitiste pour les autres, la réforme trace les contours d’une fracture qui divise au sein même du football français.

Modififié
678 80
« Les quatre premiers clubs des quatre associations les mieux classées vont maintenant se qualifier automatiquement pour la phase de groupes de l'UEFA Champions League. » Ce jeudi 25 août, l’UEFA annonce la couleur : la C1 va faire de plus en plus de place aux quatre plus grands championnats majeurs, au détriment des ligues mineures. L’instance européenne de football nuance néanmoins immédiatement : « C’est une évolution, pas une révolution. » Vraiment ?

Pour prendre la pleine mesure de la dernière réforme de l’UEFA, il faut d’abord jeter un regard sur les précédents formats de la C1. Avant 2009/2010, huit clubs issus des quatre meilleurs championnats européens étaient directement qualifiés pour la C1. Après la réforme Platini, leur nombre est passé à onze. Le dernier changement de format induit, lui, la présence de seize équipes issues des quatre grands championnats actuels (Espagne, Angleterre, Allemagne, Italie), qui représenteront d’emblée la moitié du plateau. La représentativité automatique en C1 des clubs issus du top 4 n’a donc cessé d’augmenter ces dernières années passant de huit à onze, puis seize, sur un total fixe de trente-deux équipes. Une présence renforcée qui n’est bien entendu rendue possible qu’en affaiblissant celle des clubs issus des championnats plus modestes économiquement et sportivement.


La dernière réforme de la C1 porte ainsi un coup à l'incertitude sportive maintenue par le recours aux barrages. Cette saison, vingt-deux clubs se sont qualifiés directement pour la C1, tandis que dix ont dû passer par les barrages. Un format plus risqué pour les clubs issus des fédérations du top 4 continental : cette année, la Roma se faisait ainsi éliminer par Porto, tandis que Villarreal s'inclinait devant Monaco. Pour la période 2018-21, ce seront vingt-six clubs qui devraient se qualifier directement pour la C1, tandis que seulement six proviendront des barrages. Ces derniers devraient ainsi désormais voir exclusivement s'affronter des clubs issus des championnats dits « intermédiaires » (France, Portugal, Russie, Pays-Bas, Suisse...), ainsi que ceux issus des « petites » fédérations (Danemark, Pologne, Chypre, etc.). La « voie des champions » , une des mesures les plus emblématiques du mandat de Michel Platini instaurée en 2009, devrait néanmoins être maintenue : celle-ci permet aux champions de « petites nations » , classées au-delà de la 15e place à l'indice UEFA, d'accéder à la phase de groupes via les barrages en ne s'affrontant qu'entre eux.

Rester au contact de la Premier League


Derrière cette volonté manifeste de faciliter l'accès à la C1 aux clubs issus des championnats majeurs, l’argument économique domine sans surprise. Pour les grands clubs, le format actuel ne rapporte pas assez de droits télévisés. L’Association européenne des clubs (ECA, l’organisation qui représente les intérêts des clubs du football européen), dont le comité exécutif est nettement dominé par les formations les plus puissantes du football continental, a à plusieurs reprises brandi la menace de constituer une ligue privée, qui regrouperait les plus grands clubs européens : « Il ne faut pas exclure que, dans le futur, on puisse créer un championnat européen avec les grands clubs d'Italie, d'Allemagne, d'Angleterre, d'Espagne et de France, sous l'égide de l'UEFA ou d'une organisation privée » , déclarait ainsi le président de l’ECA, Karl-Heinz Rummenigge, début 2016.


En un sens, cette ligue privée existerait déjà officieusement selon Raffaele Poli, le responsable de l’Observatoire du football du centre international d’étude du sport : « On peut dire que la Premier League et ses droits TV énormes constituent déjà une forme de NBA à l’européenne. Les autres grands championnats historiques misent donc désormais sur la C1 pour ne pas trop rester à la traîne derrière les Anglais » . Une idée corroborée par Rummenigge lui-même, qui déclarait fin novembre 2015 que « les nouveaux droits TV de la Premier League constituaient une menace pour les autres championnats européens » . Pour cause, les droits TV du championnat anglais pour la période 2016-2019 ont été attribués pour un montant s’élevant à 6,92 milliards d’euros, soit 2,3 milliards d’euros par saison. Lors de la saison 2015-2016, les clubs participant à la C1 n’ont touché, eux, qu'un peu plus d’1,3 milliard d’euros tous revenus confondus. La dernière réforme de la C1 leur garantirait, selon les estimations de l’UEFA, un montant beaucoup plus important, d’environ 2 milliards d’euros. En tout, les revenus générés par les compétitions de l’UEFA (C1, C3 et Supercoupe d'Europe) sur la période 2018-2021 sont estimés à 3,2 milliards d’euros pour environ 2,4 milliards actuellement. Un joli pactole dont pourront donc systématiquement bénéficier les quatre premiers des quatre plus grands championnats européens. Mais qui ne devrait que beaucoup plus modérément profiter aux clubs qui disputeront la Ligue Europa : quand la dotation globale des clubs disputant la C1 devrait augmenter de 49%, celle de ceux jouant la C3 ne devrait croître que de 23%. Autrement dit, la puissance économique des clubs disputant les deux compétitions devrait se creuser lors des saisons à venir : « On dévalorise la Ligue Europa. Aujourd'hui, la redistribution aux clubs participants est basée sur un ratio fixe de 3,3 pour 1 entre la C1 et la C3. À partir de 2018, on passe à un ratio de 4 à 1, en défaveur de la Ligue Europa » , explique Raffaele Poli.

Le poids croissant de l’ECA


Des changements majeurs que beaucoup attribuent à l’influence grandissante de l’Association européenne des clubs sur l’UEFA. En 2015, le comité exécutif de l’UEFA accueillait ainsi en son sein deux représentants de l’ECA en la présence du directeur général du Bayern Munich, Karl-Heinz Rummenigge, et du président de la Juventus Turin, Andrea Agnelli. La même année, L’ECA a également obtenu de l’UEFA une augmentation de la compensation donnée aux clubs dont les joueurs disputeront l’Euro 2020. Un chiffre minimal de 200 millions d’euros aurait été fixé. Plus récemment, le 25 août dernier, une des mesures instaurée par la dernière réforme de la C1 prévoit enfin la création d’une filiale « dont la moitié des gérants sera désigné par l'UEFA et l'autre moitié par l’ECA, qui sera appelée à jouer un rôle stratégique dans la détermination de l'avenir et la gestion des compétitions de clubs » , explique l’UEFA sur son site internet.


En France, la réforme ne trouve que peu de partisans. Seul Jean-Michel Aulas, membre du comité exécutif de l’ECA, l'a défendu : «  On ne peut pas dire qu'on est pénalisés. C'est une réforme qui peut-être améliorée, mais n'a pas un caractère de révolution et n'est pas une catastrophe » , expliquait-il à L’Équipe le 2 septembre. Avant néanmoins d'affirmer n'avoir été mis au courant du nouveau format de la C1 que le jour même de son annonce officielle par l’UEFA, le 25 août. Un format auquel s’oppose fermement la quasi-intégralité des clubs de Ligue 1. Une contestation incarnée par Bernard Caiazzo, le président du syndicat Première Ligue, qui n’hésite pas à parler de « plus grand scandale de l’histoire du football européen. C’est une réforme qui s’est décidée en cachette... Ça illustre la mainmise de l’ECA, et plus spécifiquement de l’axe germano-italien, sur l’UEFA... Le directeur général de la LFP et les présidents de club ont appris l’existence de cette réforme le jour même de son annonce. Comment peut-on décider de changements qui engagent l’ensemble du foot européen sans consulter les clubs ? Sur la forme, on ne peut pas imaginer pire. »

La vaine course à l'Italie ?


Sur le fond, les changements ne semblent pourtant pas fondamentalement catastrophiques pour les clubs français : le troisième de Ligue 1 devrait jouer directement les barrages sans passer comme aujourd'hui par le troisième tour préliminaire. Des barrages plus abordables qu'aujourd'hui, puisqu'ils n'incluraient pas de clubs issus du top 4 européen. « Mais les quatre grands championnats actuels et surtout l’Italie figent leur position dominante » , rétorque Caiazzo. « Les Italiens bénéficient de quatre clubs directement qualifiés contre deux aujourd'hui. Dans ces conditions, il devient impossible pour la France de les rattraper au coefficient UEFA. La participation systémique de quatre de leurs clubs à la C1 permettra également aux clubs italiens d’engranger des revenus supérieurs à ceux des clubs français, ce qui creusera un écart inévitable en matière de qualité sportive. »


Des réactions épidermiques, qui pourraient bien n’avoir qu’un effet extrêmement limité. Pour preuve, cette réforme a été annoncée à peine plus de deux semaines avant l’organisation de l’élection du nouveau président de l’UEFA, prévue pour le 14 septembre. « Quelle autorité est censé avoir le nouveau président de l'UEFA quand toutes les réformes majeures ont été décidées avant son élection ? » s'insurge Bernard Caiazzo. Comme un signe que les dés sont sans doute déjà jetés. Et qu’ils le sont probablement depuis longtemps déjà. En 1995, Eduardo Galeano, intellectuel et romancier uruguayen passionné de football, écrivait : « En ce monde de fin de siècle, le football professionnel condamne ce qui est inutile, et est inutile ce qui n'est pas rentable. » Deux décennies plus tard, difficile de lui donner tort.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

J'ai beau chercher les mots"passion", "supporters" ou "intérêt général", j'ai rien vu.
Par contre, des chiffres, du pognon...mais pas de trace de foot à l'UEFA.
Et si Platini avec tous ses défauts avaient été le dernier gardien du foot à la papa?
JuanSchiaffino Niveau : National
je vais passer pour un gros con, mais sérieusement, je pense parler en toute franchise en disant que jamais j'ai ou j'aurai ou regarder un BATE-Koebenhavn. Donc...
triste et dommage pour les supps de ces "petits" clubs, certes, par contre.
Je n'imagine pas que la France eut pu rivaliser réellement avec l'Italie.

Elle est plutôt en lutte avec le Portugal et la Russie.

Cette réforme ne me surprend pas. Elle est dans la logique capitaliste. On concentre la richesse et le pouvoir.

Au niveau sportif, elle va, à long terme, appauvrir la compétition et le football en général.

En somme, pour engranger LE pactole, les dirigeants scient la branche sur laquelle ils sont assis.
On va vers le modèle américain (ligue fermée, constitution de franchises), mais sans le salary cap, en continuant à creuser l'inégalité au sein même de cette ligue fermée. Les 4-5 meilleures équipes (Real Barça Bayer...) vont accentuer leur domination. Comme au tennis, on se retrouvera pendant 5 ans avec les mêmes affiches en demi-finales à chaque tournoi. Mais si ces équipes dominantes continuent à faire de l'argent, tout va bien...
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
« Les Italiens bénéficient de quatre clubs directement qualifiés contre deux aujourd'hui. Dans ces conditions, il devient impossible pour la France de les rattraper au coefficient UEFA. La participation systémique de quatre de leurs clubs à la C1 permettra également aux clubs italiens d’engranger des revenus supérieurs à ceux des clubs français, ce qui creusera un écart inévitable"

Faudrait peut être lui dire qu'avant la réforme la France a déjà 20 000 points de retard sur l'Italie...
Quant aux revenus des clubs italiens ils sont déjà largement supérieurs, puisque la Serie A vaut deux fois la Ligue 1 en termes de droits TV... Si on ajoute à ça l'arrivée massive de l'argent chinois en Serie A, je n'ai pas l'impression que la vision de ce monsieur soit très réaliste.

Moi je pense qu'au contraire cette réforme sera une mauvaise chose pour l'Italie, car actuellement les clubs italiens prennent les 2/3 de leurs points en Europa League en plaçant chaque année 3 ou 4 clubs très importants dans cette compétition, chose qu'il ne sera plus possible de faire avec 4 grands clubs en C1.
Quand on sait que les deux compétitions rapportent autant de points au classement UEFA, il se pourrait que l'Italie dégringole très vite(si elle ne réagit pas en Ligue des Champions).
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Message posté par Mad max
Et si Platini avec tous ses défauts avaient été le dernier gardien du foot à la papa?


Rien que pour le dernier Euro dégueulasse qu'il nous a laissé en héritage je le conchie...
Avec la formule à venir, la France ne rattrapera certes jamais les quatre premiers à l'indice UEFA, mais que pensez du sort réservé aux autres pays.
Le champion des Pays-Bas, les PAYS-BAS, avec leur quinzième place actuelle (je viens de vérifier) devra disputer plusieurs tours de barrage pour accéder aux phases de groupe, quand le quatrième du championnat italien sera qualifié directement...
Des clubs comme le Celtic Glasgow seront condamnés à jouer en troisième voire quatrième division européenne.
Il est pas arrivé le jour où je reprendrai un abonnement à une chaîne payante, hors de question que je participe à ça.
LapinCrétin Niveau : CFA
Message posté par aquatre
J'ai beau chercher les mots"passion", "supporters" ou "intérêt général", j'ai rien vu.
Par contre, des chiffres, du pognon...mais pas de trace de foot à l'UEFA.


Pourtant cette réforme va bien dans le sens de "l'intérêt général" et des "supporters". Il n'y a qu'une minorité de personnes qui regardent les matchs de petits championnats. Par contre, les gens sont nombreux à vouloir mater les 4 premiers clubs italiens, allemands, espagnols ou anglais.

La C1 et l'UEFA font un truc qui plait au plus grand nombre, pas une compétition où seuls quelques passionnés se régalent à voir le second de Roumanie contre le premier club chypriote...

Je pige pas pourquoi tout le monde leur tombe dessus; sérieux combien d'entre vous matez les matchs de seconde zone?
MightyMagyars06 Niveau : District
Message posté par Mad max
Et si Platini avec tous ses défauts avaient été le dernier gardien du foot à la papa?


Platini était le garde-fou face à toutes ces dérives. On peut gausser sa fin, mais le football business/capitaliste a toujours été son cheval de bataille.
Il a toujours été cohérent sur ce sujet et défendu un football « authentique et universel » (d’ailleurs son combat contre la vidéo découle de la même logique).
Aujourd’hui destitué, les vannes sont ouvertes.
La ligue fermée n’est plus très loin.
Message posté par JuanSchiaffino
je vais passer pour un gros con, mais sérieusement, je pense parler en toute franchise en disant que jamais j'ai ou j'aurai ou regarder un BATE-Koebenhavn. Donc...
triste et dommage pour les supps de ces "petits" clubs, certes, par contre.


C'est parce que t'aime pas le foot .Tu es un enfant de ton époque ,juste un consommateur .Et pour ça tu veux du Barça-ManU 45 fois par an .Réjouis toi,apparemment tu vas être servi.
comment c'est loin Niveau : DHR
Message posté par JuanSchiaffino
je vais passer pour un gros con, mais sérieusement, je pense parler en toute franchise en disant que jamais j'ai ou j'aurai ou regarder un BATE-Koebenhavn. Donc...
triste et dommage pour les supps de ces "petits" clubs, certes, par contre.


Tu passes juste pour un mec honnête même si je comprends ceux qui ne sont pas de ton avis, moi j'y suis.

Combien de fois on entend "les poules de LDC ne servent à rien, on connaît les deux qualifiés".

Après, sur le fond, moi aussi cette concentration des pouvoirs m'exaspère mais malheureusement, j'aime trop le foot (et encore, je regarde en streaming..) je n'achète pas de maillots et je vais rarement au stade... Sérieux la L1, pardonnez moi.

Cela étant dit, j'aimerai la pimenter cette LDC et pour ceux,j'aimerai des poules de 3 équipes match aller retour, 16 poules, 2 qualifiés par poule.

1/16ème de finale aller/retour directement etc.. Alors oui, ça nous feraient 48 équipes en C1 c'est beaucoup je le conçois.

Le principal problème c'est la C3, il faut la blinder ! Enfin, il a fallu 7 ans pour que les instances de l'UEFA m'entendent pour qualifier le vainqueur de l'europa directement en LDC la saison suivante et j'étais pas le seul à le penser évidemment.

Pour les clubs Français, sur la forme c'est vraiment pas terrible mais sur le fond c'est quand même une bonne opération.
Message posté par LapinCrétin
Pourtant cette réforme va bien dans le sens de "l'intérêt général" et des "supporters". Il n'y a qu'une minorité de personnes qui regardent les matchs de petits championnats. Par contre, les gens sont nombreux à vouloir mater les 4 premiers clubs italiens, allemands, espagnols ou anglais.

La C1 et l'UEFA font un truc qui plait au plus grand nombre, pas une compétition où seuls quelques passionnés se régalent à voir le second de Roumanie contre le premier club chypriote...

Je pige pas pourquoi tout le monde leur tombe dessus; sérieux combien d'entre vous matez les matchs de seconde zone?


Non.

Ton axe de lecture de ces changements est très Francais. Il y a des dizaine de millions de supporters en Ukraine, Croatie, aux Pays-Bas, Grèce, Roumanie, Pologne et tant d'autres nations, qui risquent de ne plus jamais voir leurs clubs en C1 à cause de réforme de ce type.

Que ,toi, ca te fasse chier de regarder un Zagreb-Stauea, pas de soucis, mais ca en enthousiasme des millions d'autres. Et on enlève toute possibilité à ces clubs de rattraper ne serait ce qu'un peu leur retard avec les gros en les privant des revenus toujours croissants de la C1.

Le football appartient à tout le monde et ne se joue pas que dans quatre pays européens.
JuanSchiaffino Niveau : National
Message posté par Czerny
C'est parce que t'aime pas le foot .Tu es un enfant de ton époque ,juste un consommateur .Et pour ça tu veux du Barça-ManU 45 fois par an .Réjouis toi,apparemment tu vas être servi.


j'aime le foot quand il me transmet des émotions, cest plus facile pour moi, donc, avec le club que je supporte. Hormis ce cas de figure, j'ai deux options devant un match où je suis neutre: j'apprécie la technique sous tout ces aspects, quand il y'en a; ou je m'endors.

ps: non, je ne souhaite pas regarder Barca-MU 45 fois par an...
comment c'est loin Niveau : DHR
Message posté par Galan
Non.

Ton axe de lecture de ces changements est très Francais. Il y a des dizaine de millions de supporters en Ukraine, Croatie, aux Pays-Bas, Grèce, Roumanie, Pologne et tant d'autres nations, qui risquent de ne plus jamais voir leurs clubs en C1 à cause de réforme de ce type.

Que ,toi, ca te fasse chier de regarder un Zagreb-Stauea, pas de soucis, mais ca en enthousiasme des millions d'autres. Et on enlève toute possibilité à ces clubs de rattraper ne serait ce qu'un peu leur retard avec les gros en les privant des revenus toujours croissants de la C1.

Le football appartient à tout le monde et ne se joue pas que dans quatre pays européens.


D'où mon idée de créer une LDC à 48 clubs même si faudrait la rebaptiser car ligue des champions c'est incohérent.

Je pensais à ligue des masters mais EA sports va gueuler.
JuanSchiaffino Niveau : National
Message posté par comment c'est loin
Tu passes juste pour un mec honnête même si je comprends ceux qui ne sont pas de ton avis, moi j'y suis.

Combien de fois on entend "les poules de LDC ne servent à rien, on connaît les deux qualifiés".

Après, sur le fond, moi aussi cette concentration des pouvoirs m'exaspère mais malheureusement, j'aime trop le foot (et encore, je regarde en streaming..) je n'achète pas de maillots et je vais rarement au stade... Sérieux la L1, pardonnez moi.

Cela étant dit, j'aimerai la pimenter cette LDC et pour ceux,j'aimerai des poules de 3 équipes match aller retour, 16 poules, 2 qualifiés par poule.

1/16ème de finale aller/retour directement etc.. Alors oui, ça nous feraient 48 équipes en C1 c'est beaucoup je le conçois.

Le principal problème c'est la C3, il faut la blinder ! Enfin, il a fallu 7 ans pour que les instances de l'UEFA m'entendent pour qualifier le vainqueur de l'europa directement en LDC la saison suivante et j'étais pas le seul à le penser évidemment.

Pour les clubs Français, sur la forme c'est vraiment pas terrible mais sur le fond c'est quand même une bonne opération.


moins de tours de poules et plus de tour à élimination directe, difficile d'être contre...
TheGoatKeeper Niveau : Ligue 2
"Ils scient / chient sur la branche sur laquelle ils sont assis" cest exactement ca

Je me demande vraiment si a long terme ca va marcher. Il suffirait de regarder le tennis et la periode avec les 3+1 grands - est ce que ca a ete benefique au sport en general? Je ne sais pas, mais je pense que les gens vont se lasser a la longue-je lespere.

Bien sur quil va y avoir du spectacle avec des grands clubs qui vont devenir encore plus fort. Mais je pense - jose esperer que que son avenir a long terme ne peut se faire sans passion.

In fine, cette voie finira inevitablement dans un championnat a 16 clubs, les 16 puissants. On aura toujours les memes matchs, limpossibilite de voir des petits poucets gagner et lalea sportif diminuer au max.

Le specacteur va se lasser, le passionne sera deja parti. La mort du foot
Message posté par JuanSchiaffino
je vais passer pour un gros con, mais sérieusement, je pense parler en toute franchise en disant que jamais j'ai ou j'aurai ou regarder un BATE-Koebenhavn. Donc...
triste et dommage pour les supps de ces "petits" clubs, certes, par contre.


Mais un club ne devient grand que s'il joue plusieurs fois l'europe.

Si le Bate gagne deux-trois C1, on se mettra tous a regarder ses matchs. Sauf que cette jolie histoire n'arrivera pas
JuanSchiaffino Niveau : National
Message posté par Dchka
Mais un club ne devient grand que s'il joue plusieurs fois l'europe.

Si le Bate gagne deux-trois C1, on se mettra tous a regarder ses matchs. Sauf que cette jolie histoire n'arrivera pas


Je ne dis pas regarder "que" les grands clubs non plus. Tu as raison, sinon. Mais tu ne prends pas en compte le fait qu'apres l'arret Bosman, cest quasiment impossible de voir un club comme ca garder ces meilleurs éléments.
Et je dirai mm autre chose, si BATE ou autre club sont assez fort pour gagner la LDC, alors ils devraient réussir à passer les barrages, mm si cest injustes, et si en fin de saison, ca leurs en coutera certainement.

Apres je suis partit pris dans cette histoire, je suis pas objectif à 100%
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
678 80