Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. F
  3. // Portugal-Autriche

Red Bull dope-t-il le football autrichien ?

Il y a huit ans, le football autrichien était exsangue, à la ramasse et hésitait presque à prendre part à son Euro à domicile. Aujourd'hui, il se présente en France avec une équipe séduisante – même si le premier match a sérieusement refroidi les ambitions. Au milieu de tout ça, Red Bull joue les chevaux de Troie, pour le meilleur et pour le pire.

Modififié
Officiellement, parmi les 23 Autrichiens retenus par Marcel Koller, on ne compte pas de joueurs du Red Bull Salzburg. Au dernier moment, et cela était attendu, Lazaro a été poussé vers la sortie de groupe. Tout juste trouve-t-on deux joueurs de Leipzig, la petite sœur allemande qui s'annonce comme la nouvelle tête de file de l'empire RB. Au premier regard, la boisson énergisante ne semble ainsi pas très impliquée dans les progrès effectués par la sélection autrichienne en moins de dix ans et sa qualification obtenue haut la main pour l'Euro 2016. En cherchant de plus près, il n'y a toutefois pas de doute : Red Bull a sa part de marché dans le groupe de l'Autriche. Sur les vingt-trois, près d'un joueur sur trois a eu ses billes chez Red Bull pendant au moins une saison : Özcan, Hinterreger, Klein, Ilsanker, Jantscher, Sabitzer, Janko. Si Das Team veut croire à son renouveau, elle sait qu'elle peut s'appuyer sur sa multinationale à succès.

Cristiano Ronaldo et le syndrome de juin

La formation de l'Empire


Red Bull et le foot, c'est avant tout l'histoire d'une boisson dont la marque de fabrique a été de s'impliquer à grand renfort de biftons dans tous les loisirs pour jeunes branchés : sports frissons, course, musique et désormais football. Dans ce domaine, la marque s'est construit patiemment un empire, qui s'étend de New-York au Brésil, en posant ses bases pour l'Europe à cheval entre l'Autriche et l'Allemagne, sans oublier d'aller voir du côté de l'Afrique pour le vivier footballistique. Ainsi, Salzburg a essuyé les premiers plats avec la création d'un club estampillé Red Bull en 2005. Une révolution qui a voulu effacer l'Austria des tablettes. La stratégie menée alors n'est pas tant dans le « dopage financier » avec des achats ronflants pour s'assurer des titres. Au contraire, en bon sponsor habitué au sport, Red Bull a su être patient, en particulier avec son club-éprouvette.


L'objectif a été d'améliorer efficacement les structures de formation, de développer une idée du football et de faire éclore les meilleurs talents du pays. En septembre 2014, un ensemble de plus de 50 millions d'euros pour former au football et au hockey sur glace était ouvert à Salzbourg. Ici, rien ne manque aux joueurs, ni au club. Chaque entraînement est l'occasion d'amasser des données. Au point de devenir une adresse réputée et une école de foot recherchée par les jeunes talents, et qui se démarque chez les jeunes. Les petits U18 ont remporté cette année le Champions Trophy de Düsseldorf, une compétition de renommée, pour la troisième fois consécutive. Les moyens sont à la hauteur de l'ambition. Les quelques noms connus à chercher sont là, comme Alexander Zickler parmi le staff des jeunes de Salzburg. « Nous avons fait de grands progrès dans notre développement et nous savons que nous sommes sur la bonne voie » , s'en félicitait déjà en 2014 Ralf Rangnick auprès du Welt.

L'Empire contre-attaque


Pour continuer de grandir de façon exponentielle, Red Bull a adopté toutes les stratégies possibles et les contournements nécessaires aux règlements autrichiens. Le vivier doit grandir, s'exporter. Lorsque Marcel Sabitzer, aujourd'hui à l'Euro en France, a une clause de départ valable seulement pour l'étranger, ce n'est pas un souci. Leipzig l'achète et le prête dans la foulée au grand frère. Quand la Fédération autrichienne gêne le développement du club avec son refus d'une équipe B pour ses clubs professionnels, ce n'est pas un souci non plus. Red Bull achète le FC Liefering, qui devient le rejeton pour les jeunes pas encore prêts, mais plus assez jeunes pour être chez les U18. L'ensemble du réseau ne profite pas seulement à l'Autriche. Quelques jeunes Brésiliens viennent tenter leur chance dans le football européen, comme André Ramalho. Mais il est indéniable que la sélection a connu une amélioration de son jeu en s'appuyant sur le savoir-faire de Rangnick et ses acolytes.


Le véritable futur de l'Autriche, si elle le souhaite, pourrait être dans une culture foot offensive et spectaculaire, à l'image de ce que souhaite Dietrich Mateschitz, le patron. À l'époque où Roger Schmidt s'occupait de Salzbourg, il était conscient que « si Red Bull investit dans le football, c'est pour créer de l'exceptionnel » . Cependant, aujourd'hui, le football ne semble toujours pas au cœur du projet marketing de la firme. Le coup de boost donné à la sélection est un (bon) effet collatéral, rien de plus. Les sports à frisson, F1, skate et autres restent en première ligne dans la stratégie. Il n'y a qu'à voir la liste des sportifs affiliés à la boisson sur le site officiel de la marque. Les footballeurs manquent à l'appel, en dehors du seul Neymar. Il manque encore le Baumgartner du football, prêt à faire le grand saut dans le stade pour battre des records qui feront vendre. Si tant est qu'il puisse exister, dans le monde du football. Le problème pour Red Bull et Das Team est là. Le foot n'est pas encore devenu assez individualiste.



Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:11 Le maillot du Maroc pour le Mondial enfin dévoilé 48
Hier à 16:00 La finale de la C1 2020 à Istanbul 28 Hier à 13:39 Roy Contout en garde à vue 33 Hier à 13:38 Ronaldinho va se marier avec deux femmes 88
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:57 Falcao condamné à 9 M€ d'amende par la justice espagnole 55 mercredi 23 mai Will Smith interprétera l'hymne officiel du Mondial 68 mercredi 23 mai Un but chelou en D2 irlandaise (via Facebook SO FOOT) mercredi 23 mai Pas de sanction pour Rabiot 79 Podcast Football Recall Épisode 20 : Vieira l'opportuniste, Real-Liverpool et la lutte contre la drogue mercredi 23 mai Six ans de prison requis contre Vincenzo Iaquinta 35 mercredi 23 mai Un but inscrit en seulement quatre secondes en Écosse 10 mercredi 23 mai L'équipe type des absents du Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
Little Marcel