Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Real-Eibar (1-1)

Real Madrid, impuissance 4

Contraints au partage des points lors de leurs trois dernières rencontres, les Merengues enchaînent un quatrième match nul de rang, cette fois face à Eibar et à domicile (1-1). Le Real Madrid délaisse sa première place au profit du voisin de l’Atlético. Un sale après-midi pour Zidane, donc.

Modififié

Real Madrid 1-1 Eibar

Buts : Bale (18e) pour le Real // Fran Rico (6e) pour Eibar

Lorsqu’ils se serrent la pince, protocole d’avant-coup d’envoi oblige, Pedro Léon toise du regard Danilo, puis bombe le torse. Pour lui rappeler « quelles sont les valeurs du Real Madrid  » , le canterano de la Fabrica, aujourd’hui à Eibar, renvoie le latéral brésilien à ses déclarations préalables grâce à un début de match tout feu tout flamme. Car appelés à prendre une rouste et à « payer l’addition » , selon les dires de l’ancien de Porto, suite aux trois nuls consécutifs des Madrilènes, les Armeros font mieux que de se défendre au Santiago Bernabéu : ils y ouvrent le score. Un pion de Fran Rico pour l’histoire, puisqu’il devient le premier Eibarrés à marquer contre les Madridistas en Liga. Un but qui plombe également les consignes de Zinédine Zidane, prônant concentration et réalisme à ses hommes. Finalement conclue sur un score de parité (1-1), cette rencontre marque le premier changement de leader depuis le coup d’envoi de la saison. Désormais à égalité de points avec l’Atlético de Madrid, mais distancé à la différence de buts, le Real est actuellement second de Liga en attendant le résultat du Barça.

Gareth, Cristiano, et puis c'est tout


Le Santiago-Bernabéu souffle : après trois matchs nuls en autant de rencontres (Villarreal, Las Palmas, puis Dortmund), ses poulains affrontent des Basques à la liquette bleu et mauve. Loin de ces considérations colorantes, Eibar s’attelle, lui, à respecter à la lettre le plan de bataille concocté par José Luis Mendilibar. À savoir un 4-5-1 qui permet aux nombreux milieux de terrain alignés d’étouffer leurs vis-à-vis, blancs et numériquement inférieurs. De fait, sur leur première action élaborée, les Armeros créent un décalage pour le latéral Capa qui brosse un centre repris victorieusement par Fran Rico. La gueule de bois madridista est bien là, et ce ne sont pas les imprécisions techniques des locaux qui semblent pouvoir l’estomper. Cristiano Ronaldo, lui, en a le pouvoir. C’est donc sur l’un de ses centres sur mesure qu’il trouve Gareth Bale, seul dans la surface, pour officialiser l’égalisation. Plus rien ne sera ensuite marqué dans ce premier acte équilibré, que Pedro Léon (20e) ou Cristiano Ronaldo (30e) auraient pu faire basculer. Sans succès.

Des ratés, encore des ratés, toujours des ratés


Plus que par des actions construites et chaloupées, l’entame du second acte est marquée par les sorties de Varane et Benzema, respectivement remplacés par Nacho et Morata. De même, les ratés tous azimuts des hommes de Zidane rythment la rencontre. Pêle-mêle, Cristiano Ronaldo, sur un cafouillage puis de la tête sur un caviar de son comparse gallois, Morata, buteur mais hors jeu, puis auteur d’une vilaine simulation, et enfin Bale, d’un coup de tête de mammouth à l’entrée de la surface qui heurte le montant, s’essayent, mais connaissent tous le même échec. En soi, ces ratés sont à l’image de la partition de ce Real Madrid incapable de se créer le moindre danger sur action construite et qui ne vit que par les fulgurances de ces esthètes. Pis, c’est bien Eibar qui, lors de ses rares montées, exécutent des actions propres et collectives. Forcément, le Santiago-Bernabéu s’impatiente et les premiers grognements descendent de ses tribunes. Un coup de pression pour rien, donc, puisque malgré un siège de la surface basque, aucune occasion franche n'est à se mettre sous les chicots. Les Madridistas doivent pour la quatrième fois de suite partager les points.


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 16:58 Euro Millions : 107 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
    Hier à 17:42 Une équipe amateur à Caen coachée par ses supporters 13 Hier à 15:43 Ronaldo, Salah et Modrić nommés pour le titre de joueur UEFA de l'année 55
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 12:12 Le maillot sans sponsor de River Plate bat des records 61 dimanche 19 août Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 25
    À lire ensuite
    Signé Antoine et Kevin