En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15ème journée

Real et Barça, pied au plancher

A une semaine du clasico, le vrai, Real et Barca n’ont montré aucuns signes de relâchements, s’imposant largement face à Gijon (3-0) et Levante (5-0). A la troisième place, Valence suit le rythme en disposant beaucoup plus difficilement de l’Espanyol Barcelone, grâce à Soldado (2-1). Villarreal s’enfonce à Santander (1-0).

Modififié
L’un comme l’autre devaient se méfier. Une semaine avant un clasico déterminant, le Real se déplaçait à Gijon, où il a perdu la saison dernière, et le Barca accueillait Levante, surprise de cette première partie de saison. Les deux l’ont finalement emporté dans leur style, sans forcer. Solide, précis, sûr de lui, et avec Higuain plutôt que Benzema, le Real a refroidi un Molinón chaud comme la braise, avec Di Maria à la baguette. Buteur-feinteur sur l’ouverture du score, l’Argentin a offert le deuxième but à Cristiano Ronaldo, Marcelo, décidemment au top de sa forme, arrondissant le score dans les arrêts de jeu (3-0). Chaud bouillant, Iturralde Gonzalez, l’arbitre, l’était aussi. L’homme en noir a d’ailleurs distribué plus de cartons aux hommes sur le banc qu’à ceux sur le terrain. Ce match a aussi été l’occasion de revoir Kaka, entré pour les dix dernières minutes. Remis de sa blessure, le Brésilien sera en balance avec Özil pour débuter le clasico. Devant, Benzema semble avoir une longueur d’avance sur Higuain, incontestablement moins influent sur le jeu. Neuf cent kilomètres plus à l’Est, en Catalogne, le Barca a calé sa quatrième manita de la saison en Liga. Toutes au Camp Nou. Les joueurs de Guardiola ont continué leur processus de diversification, dans leur 3-4-3 déroutant, au milieu duquel les Catalans jouissent d’une grande liberté. Busquets a joué la sentinelle en première mi-temps, avant de laisser son rôle à Keita pour ne pas prendre ce carton jaune qui l’aurait privé du séjour à Bernabeu. Pour le reste, c’est des déplacements en veux-tu en voilà, des passes, des passes, et encore des passes, et Cuenca et Alexis préférés à Pedro et Villa sur les ailes. Les petits nouveaux, accompagnés par Messi, se sont chargés de la finition. Fabregas, par deux fois, Cuenca puis Alexis Sanchez, et ça fait cinq. Le compte est bon. Privés de Juanlu et Barkero, suspendus, Levante n’a rien pu faire. Dans sa cage, Valdés s’est occupé de laisser vierge le Camp Nou. Neuf matchs, 39-0. Guardiola devrait quand même revenir à du plus classique… pour le clasico.

Valence garde le rythme

Finalement, celui des trois qui avait le plus la tête ailleurs, c’était le FC Valence. Mardi prochain, l’équipe d’Unai Emery ira à Stamford Bridge pour réaliser un exploit qu’elle sent à portée de main, battre et éliminer Chelsea. Jonas et Soldado, les deux principaux atouts offensifs du club che, étaient donc laissés sur le banc au coup d’envoi, Aduriz et Piatti récupérant les places. Tino Costa ne tarde pas à mettre les siens sur la bonne voie en ouvrant le score sur penalty dès les premières minutes, mais Valence recule et décide d’attendre l’Espanyol dans son camp. A ce jeu, les hommes de Pochettino, bien plus entreprenants, reviennent dans le match par Hector Moreno en deuxième mi-temps, et c’est mérité. Rami s’autorise quelques sorties balle au pied aussi hasardeuses que sa nouvelle coupe de cheveux, qui auraient pu coûter cher aux Valenciens. La situation se complique pour les locaux, qui décident alors de lâcher Soldado sur le terrain. Cinq minutes plus tard, l’attaquant formé au Real Madrid plante son neuvième but de la saison, de la tête, sur corner. 2-1, Valence reste au contact du Barca (quatre points et un match en moins), et peut penser tranquillement à la Ligue des champions.
Dans l’autre match du jour, Villarreal a encore déçu, s’inclinant au Sardinero face au Racing Santander, dernier du championnat au coup d’envoi (1-0). Garrido, pas très loin de la sortie, pouvait compter sur les retours de Nilmar et Cani. Ils ont joué une mi-temps chacun, et ont été transparents tous les deux. Même Borja Valero, le seul à surnager ces derniers temps dans cette équipe, est passé à côté. Santander a proposé une de ses seules armes, l’envie, et face à aussi peu d’adversité, ça a suffi. Une tête de Stuani à la demi-heure de jeu a offert trois points précieux aux Cantabriques, à la recherche d’un entraineur depuis la démission de Cuper cette semaine. Kombouaré, peut-être ?

Les résultats de samedi
Sporting Gijon 0-3 Real Madrid
Buts : Di Maria (34è), Cristiano Ronaldo (64è) et Marcelo (92è) pour le Real
Racing Santander 1-0 Villarreal

But : Stuani (27è) pour Santander
FC Barcelone 5-0 Levante
Buts : Fabregas (4è, 32è), Cuenca (36è), Messi (54è) et Alexis (60è) pour Barcelone
FC Valence 2-1 Espanyol Barcelone
Buts : Tino Costa (6è, sp) et Soldado (80è) pour Valence ; Hector Moreno (68è)

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 31
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165