1. //
  2. // 3ème journée

Real-Barça : la relance

Le Barça s'impose mais perd Lionel Messi pour un mois, Valence continue sa Liga « all inclusive » , Santander se rit de Saragosse, Trezeguet marque son premier but avec Hercules et Villarreal s'amuse avec Levante. Résumé de la troisième journée de Liga.

Modififié
0 2
Racing Santander 2 – Real Saragosse 0


Son livre préféré, c'est la Bible; il considère que sa mère est la femme la plus sexy du monde après sa femme ; il n'a pas son bac, il est brésilien, il est contre la régularisation massive de tous les étrangers sans papiers et pour ne rien gâcher il est prêté par le Barça au Racing Santander. Lui, c'est Henrique, premier buteur de la saison pour les Verdiblancos malgré son statut de défenseur central. A dire vrai, Saragosse a été tellement faible que les Cantabres n'ont même pas eu besoin de défendre. A noter que le Racing a enfin décidé de jouer au ballon cette saison. C'est peu de dire que ça nous change des matchs insipides de l'année dernière. Pour Saragosse et son entraîneur Gay en revanche, rien ne va plus. Les Aragonais sont relégables.


Buts : 1-0, min 71. Henrique. 2-0, min 90. Ariel



Levante 1 – Villarreal 2


Le résultat est trompeur, car Villarreal aurait mérité de marquer une demi-douzaine de buts en plus. Et c'est bien là tout le problème du sous-marin jaune. Capable de se procurer une vingtaine d'occasions par match et de donner des “masterclass” de circulation du ballon à tous ses adversaires, l'équipe de Garrido pèche dans la finition et a tendance à se contenter de peu. Heureusement pour Levante, une équipe qui sent déjà le pâté.


Buts: 0-1,m.16: Nilmar. 0-2,m.43: Nilmar. 1-2,m.89: Caicedo.



Hercules 1 – FC Valence 2


Troisième victoire en trois matchs pour Valence. Malgré le départ de ses joueurs majeurs à l'intersaison, Valence a des allures de candidat sérieux aux places d'honneur de la Liga. Spectaculaires, efficaces devant le but, et particulièrement cyniques, les Che ont donné une leçon de gestion de match au bourreau du Barça : Hercules. En marquant dès la deuxième minute par Mata, les hommes d'Emery se sont contentés de donner le ballon à Hercules pour mieux les contrer. C'est ce qui est arrivé sur le deuxième but. Même réduit à dix pendant toute la seconde mi-temps après l'expulsion injuste de Navarro, l'armada valenciane n'a pas tremblé. Trezeguet non plus, puisqu'il a ouvert son compteur buts espagnol en marquant sur pénalty.


Buts: 0-1, m.2: Mata. 0-2, m.22: Pablo Hernández. 1-2, m.42: Trezeguet



Atletico Madrid 1 - FC Barcelone 2




Real Sociedad 1 – Real Madrid 2


Malgré leur première défaite de la saison, les promus de San Sebastian n'ont pas à rougir de leur prestation contre le Real Madrid. Virevoltants, concentrés et très appliqués, les Basques ont causé plus d'une frayeur à l'escouade de Mourinho. Le “golazo” de Di Maria en pleine lucarne est venu sanctionner le manque d'efficacité des Txurri-urdin, avant que le semi-retraité Tamudo ne remette les deux équipes à égalité sur une passe décisive du jeune Français Griezmann. Ce dernier, au club depuis qu'il a 13 ans et surnommé le Petit Diable (en français dans le texte) à Anoeta, a été l'un des meilleurs hommes de la partie. Sergio Ramos, tout champion du monde qu'il est, a pu s'en rendre compte à ses dépens. Au final, le Real Madrid s'en sort avec un coup-franc de Ronaldo repoussé du dos par Pepe. Oui, c'est de la chance. Oui, le Real est leader. Et non, la Real Sociedad ne méritait pas ça.


Buts : 0-1, min. 50: Di Maria. 1-1, min. 61: Tamudo. 1-2, min. 73: Pepe



Espanyol Barcelone 1 – Almeria 0


L'Espanyol Barcelone a abusé du jeu long pendant tout le match comme un vulgaire Stoke City. Almeria, au contraire, s'est efforcé de jouer court, dans les pieds, mais sans jamais chercher la profondeur, et c'est finalement ce qui aura tué les Andalous. Les Pericos ont finalement remporté cette opposition de styles sur une jolie frappe en dehors de la surface de Callejon. Almeria, malgré son application et une philosophie de jeu pas dégueu, n'a toujours pas gagné le moindre match en ce début de saison. Moche.


But : 1-0, min. 48: Callejón



Real Majorque 2 – Osasuna 0


Pour la troisième fois en dix ans, le Real Majorque a changé le nom de son stade. Iberostar stadium a ainsi remplacé l'Ono Stadi. Du naming à deux balles, pour une entreprise dont le principal coup marketing avait été jusque-là de sponsoriser Toni Nadal, (l'oncle de Rafa) et sa casquette de plombier. Soit. Le coup d'envoi du match a d'ailleurs été donné par Rafael Nadal, récent vainqueur de l'US Open. Et c'est pour le coup le seul véritable champion qui aura été offert à voir aux spectateurs locaux. Majorque, malgré un niveau de jeu médiocre, s'est imposé logiquement contre des Navarrais qui n'ont rien proposé de bon. L'ancien club d'Azpi a montré une médiocrité affligeante tant en défense qu'en attaque et ne méritait vraiment rien d'autre qu'une défaite.


Buts: 1-0, min. 24: Castro - 2-0, min. 93: De Guzmán





Sporting Gijon 2 – Athletic Bilbao 2


Le Sporting et les Leones ont offert le plus beau spectacle du samedi soir : poteaux, attaques, contre-attaques, ciseaux retournés, tacles musclés, arrêts de gardiens spectaculaires, gestes techniques, talonnades, amitié virile... Le Molinon a été servi, même si son équipe a laissé filer les trois points après avoir mené par deux buts d'écart en première mi-temps.


Buts: 1-0 De las Cuevas (m 12), 2-0 Sangoy (m 22), 2-1 Gurpegui (m 28). 2-2 m. 58: Llorente

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je ne sais pas si il le fait exprès ou bien si c'est simplement sa nature, mais Benzema donne vraiment l'impression d'être un mec qui se fout de tout. La caricature du branleur. Et en plus il n'a pas l'air d'être au courant que Mourinho n'aime pas trop les branleurs justement.
"Oui, le Real est leader"
FAUX !!!
le Real est devant le barça mais il n'est que 3ème derrière Valence et Séville !!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2