En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // PSG/RC Lens

RC Lens : la chasse au Hafiz Mammadov

À Bakou pour plusieurs jours, Gervais Martel semble avoir fait son choix : essayer de pousser Hafiz Mammadov vers la sortie et faire la place à de nouveaux actionnaires. Sauf que le propriétaire du RC Lens n'a pas forcément l'intention de s'asseoir sur son investissement initial, quitte à entraîner tout le club dans sa chute.

Modififié
« Il a été le sauveur du club, mais on ne peut pas vivre sur le passé. Je ne vois pas son intérêt de s'accrocher. Il a tout perdu de toute façon. Si le club est cédé, ce sera pour un euro symbolique. Il doit comprendre qu'on est au bord du précipice et qu'on doit s'en sortir. » Il n'y a pas si longtemps dans L'Équipe, Gervais Martel avait mis fin au ton complaisant envers Hafiz Mammadov. Fini les histoires de fête nationale azérie, de numéro Iban ou autres impondérables retardant les transferts de capitaux entre Bakou et Lens. Aujourd'hui, le président historique des Sang et Or ne le cache plus : Hafiz Mammadov est sur la paille, ou presque.

Sur la liste noire du fisc azéri


Depuis plusieurs mois, son FC Bakou est en cessation de paiement. La Fédération azérie a accepté d'avancer les salaires des joueurs pour mettre fin à leur grève et les laisser terminer un championnat qui devrait sceller leur relégation. Le fisc azéri a d'ailleurs placé la Holding propriétaire du club sur sa liste noire des entreprises notoirement insolvables. Hafiz Mammadov ne se contente donc pas de faire flipper tout l'Artois, il plombe les recettes fiscales de son propre pays. Quelques mois plus tôt, il se disait encore en mesure de claquer 50 millions d'euros pour racheter Sheffield Wednesday, avant que l'affaire ne capote faute de garanties financières.

La blague a suffisamment duré pour Gervais Martel, qui aujourd'hui cherche à faire partir son encombrant associé si l'on en croit ses propos dans But ! Lens : « Lors de ma dernière visite à Bakou, je lui ai dit : "On constate que tu ne peux pas payer, Hafiz. Mais comprends-nous, on ne peut pas laisser mourir le club. Même si tu as des difficultés, on compatit avec toi, mais on ne veut pas mourir avec toi. Il va donc falloir trouver une solution pour que tu cèdes tes parts". Je lui ai alors remis un document préparé par mes juristes pour qu'il puisse me les céder. » Il y a encore quelques jours, l'hypothèse de voir Mammadov s'asseoir gentiment sur ses 99% de parts dans la Holding RCL - pour un capital de 12 millions d'euros - était réaliste pour Martel, qui dans La Voix du Nord avait indiqué que l'homme d'affaires s'était engagé à rendre ses parts d'ici la mi-mars s'il ne pouvait pas payer.

150 millions de dollars de dettes, une nouvelle entreprise en Turquie avec un capital de 4000 euros


Aujourd'hui, Mammadov ne paie plus ses joueurs azéris ni les impôts de son FC Bakou, n'a pas versé les sommes exigées par la DNCG concernant le Racing Club de Lens, sans pour autant lancer la moindre transition pour favoriser son départ. Au contraire, ses affaires étant plombées en Azerbaïdjan - le Baghlan Group aurait une dette de 150 millions de dollars auprès de la branche luxembourgeoise de BNP et de la Pasha Bank, propriété de la belle-famille du président azéri -, Hafiz Mammadov ne semble pas en mesure de remonter la pente. Et ce n'est pas la création d'une société de transport de marchandises à Istanbul pour un capital initial de 4000 euros qui a de quoi rassurer. L'ancien mécène du RC Lens a perdu la plupart de ses actifs dans l'immobilier et les hydrocarbures, n'a plus les moyens d'investir dans le football, et n'espère aujourd'hui qu'amortir sa chute en cédant ses parts au meilleur prix.


Anar Mammadov, fils du ministre des Transports Ziya, mais sans lien de parenté avec Hafiz, avait versé les 2,5 millions d'euros exigés par la DNCG en décembre, passant aux yeux de beaucoup pour le futur propriétaire du RCL. Sauf que depuis, le poker menteur continue avec des Sang et Or pris en otage. Hafiz Mammedov partira-t-il ? Anar Mammadov le remplacera-t-il ? L'État azéri paiera-t-il les pots cassés ? Les questions se bousculent, et la seule option disponible pour reprendre la main côté artésien consiste à déposer le bilan. Ce qui entraînerait automatiquement l'éjection juridique d'Hafiz Mammadov, mais obligerait également le club à repartir de DH avec un statut amateur. Et ainsi perdre tout ce qui a été bâti ces dernières années en matière de formation. À moins que Gervais Martel ne maintienne le club en vie en vendant suffisamment de joueurs cet été. Mais cela ne réglerait pas le problème Mammadov, sauveur du club en 2013, véritable cancer en 2015...

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 7 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9