1. //
  2. // 29e journée
  3. // RC Lens/Toulouse FC

RC Lens, l'espoir fait survivre

Quasiment condamné sportivement, le Racing Club de Lens vit également avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête en raison des soucis financiers de son actionnaire Hafiz Mammadov. Du côté des supporters, l'espoir est mince, mais existe toujours.

9 5
« Il ne faut pas se voiler la face, si on prétend au maintien, il faut gagner. » Président du 12 Lensois, Philippe Pernet n'y va pas par quatre chemins. Ce match contre Toulouse samedi, c'est bien celui de la dernière chance, comme l'avait expliqué Antoine Kombouaré après la défaite à Paris le week-end passé. Pour Jean-Paul Guéry, des Gueules noires, le constat n'est pas plus reluisant : «  L'état d'esprit est au plus bas, il y a de la fatalité, de la résignation, les gens ne croient plus au maintien. Je suis l'un des seuls à encore espérer. Contre Toulouse, il faut une victoire, car après, on va jouer des gros comme Marseille ou Bordeaux. » Il faut dire que le RCL broie du noir en 2015 : aucune victoire, une élimination en Coupe de France, 6 revers et 3 nuls en Ligue 1. De quoi plonger tête la première dans la zone rouge et y prendre dangereusement pied avec une avant-dernière place à 9 points du premier non-relégable Lorient. Kombouaré l'a dit il y a une semaine, Toulouse, « c'est le match à gagner pour relancer la machine » . Reste à voir si les Sang et Or en sont capables.

La nostalgie de Bollaert


Depuis une fin d'année 2014 courageuse achevée avec une victoire « à domicile » contre Nice (2-0), le moteur artésien a calé et ne veut plus redémarrer. Une situation que Philippe Pernet impute en partie à l'indisponibilité du stade Bollaert, en travaux pour l'Euro 2016 : « Être à Bollaert, cela aurait aidé à gagner des points en plus, même si cela n'aurait pas révolutionné le classement. Il y a eu un boycott du stade à Amiens qui a fait mal, car on n'arrive pas à remplir la Licorne, alors qu'à Bollaert en L2, on avait beaucoup plus de monde. » Une théorie qu'appuie le président des Gueules noires, selon qui « à Amiens, il n'y a pas d'ambiance » , notamment à cause de l'absence des Red Tigers. « Cette saison, on a senti que tout était contre nous, notamment les arbitres. Si on avait pu jouer à Bollaert, on aurait plus de points, on serait en milieu de tableau. » Plus qu'une équipe sans stade, le RCL est également sans le sou, et a donc attaqué son retour en Ligue 1 avec une équipe de Ligue 2. Une situation que les hommes de Kombouaré ont affronté avec courage, mais sans capacité à déplacer des montagnes selon Pernet, pour qui le Racing s'est « épuisé faute de recrues, alors qu'à chaque match, il n'a pas manqué grand-chose pour ramener plus de points. »

La Ligue 2, un moindre mal


Aujourd'hui, à bout physiquement et moralement, les Sang et Or voient pointer le spectre de la Ligue 2, qui ne serait « qu'un moindre mal » selon le président du 12 Lensois. Car ce dont le peuple lensois a peur, ce n'est pas tant d'un retour à l'étage inférieur qu'une descente aux enfers. « On a peur du dépôt de bilan ou de la CFA2, cela ferait mal à tout le monde : le club, les supporters, la région » , rappelle Jean-Paul Guéry, conscient que tant qu'Hafiz Mammadov ne quitte pas le navire, le club a les mains liées. Or, le seul moyen de l'éjecter automatiquement, le dépôt de bilan, signifierait des dégâts irrémédiables pour le Racing : « On perdrait le droit de jouer à Bollaert, la Gaillette. La DH pour Lens, ce serait un désastre. » Pour Philippe Pernet, il ne faut pas oublier que l'homme d'affaires azéri avait sauvé le club il y a plusieurs saisons, tout en espérant « que l'État azéri fasse quelque chose pour le pousser à céder ses parts. » Pour le leader du 12 Lensois, la cause de Lens, c'est presque une cause nationale, car « un dépôt de bilan serait catastrophique pour la région, déjà assez touchée par la crise économique. Le foot, c'est le seul espoir de pas mal de gens ici, sans ça, sans le Racing, ils n'auraient plus rien. » Même au plus bas, les Lensois pourront néanmoins compter sur la fidélité de leurs supporters, à l'image de Jean-Paul Guéry : « Mon cœur est lensois depuis que j'ai 8 ans. Même en DH, j'irais les voir et les supporter. »

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Effet Méride Niveau : DHR
mouais les arbitres contre nous, pas très convaincant, j'ai pas le souvenir qu'on ait accumulé les décisions défavorables...
tant que tout n'est pas perdu, on y croit toujours mais c'est mission quasi impossible, t'as perdu à Caen, contre Evian, à Guingamp...des matchs largement prenables, il n'y a pas de surprise

mais j'ai putain de peur pour la suite, la L2 sans thune avec les 3/4 de l'effectif qui partent, la CFA 2,...tu parles d'options joyeuses
S'accrocher, y croire jusqu'au bout, défendre nos couleurs. Il n'y a que de cette manière que le miracle peut se produire, allez lensois !
gaiusbaltar Niveau : DHR
Interview du druide Leclercq, articles sur les problèmes des Grenats et ensuite sur Lens... vous voulez me plombez mon weekend avec une bonne dose de spleen So Foot ?
J'admire ces jeunes lensois pour se battre, Kombouaré a un talent fou mais c'est clair que ça présente mal avec les sous fantômes de Mamadov. La chute est aussi brutale que l'espoir suscité (azerbaidjan land of fire, c'est game of thrones le truc)
Bon courage aux supporters lensois qui seront là quoi qu'il arrive, comme ceux du RCS.
lesgueulesnoires Niveau : Loisir
Quoi qu'il en soit, nous seront toujours derrière les joueurs !!!
Faut y croire jusquau bout !
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Je ne souhaite pas au Rcl de disparaitre mais presque. Liquidation totale, repartir de zero avec un actionnariat populaire et revenir en elite le plus rapidement possible.

Un tel public ne merite pas une direction pareille.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
9 5