Raymond Domenech, son of a gun !

Interview passionnante de Raymond Domenech, aujourd'hui dans L'Equipe. Malgré quelques non-réponses toujours énervantes, Ray Dom y révèle indirectement les problèmes relationnels au sein du Groupe France. Le sélectionneur national se montre alors autoritaire, voire carrément menaçant. Au point de sortir les flingues...

Modififié
0 1
Accordons au moins à Ray Strange le mérite de la constance... dans le vocabulaire. Prenons le mot “fusil”. Il l'avait déjà employé il y a quelques années lorsqu'il avait parlé astrologie pour la constitution de l'Equipe de France. Un truc dans le genre, « Si j'ai deux Lions (ou deux scorpions ?) dans mon équipe, là je sors mon fusil » ... Même qu'on avait bien rigolé. Dans l'interview de L'Equipe d'aujourd'hui, Ray ressort l'arsenal (pas les Gunners, hein) : « La leçon, c'est qu'ils doivent être intelligents et dépasser leur ego pour penser que c'est l'équipe qui compte, pas eux. S'ils n'ont pas compris ça, je mettrai des coups de fusil ! » Pan ! Après tout, il avait déclaré quand il était joueur : « Le foot, c'est la guerre ! » . Donc, Ray Sniper reste fidèle à lui-même et aux armes à feu. Mais nous, on aimerait bien connaître le calibre qu'il compte utiliser pour faire régner l'ordre dans le Groupe France. Car, indirectement, en creux, c'est bien du climat interne chez les Bleus dont il parle. Et le climat est tendu, comme on s'en doutait. « Dépasser leur ego » , « L'équipe compte, pas eux » , « Il n'y a rien de pire que les non-dits et les conflits qui n'éclatent pas » , « Si tu ne peux pas dépasser ton cas personnel, tu n'es pas un joueur de talent » ... Des considérations générales, sans nommer personne, en forme d'aveu, donc : chez les Bleus, tout le monde ne tirerait pas dans le même sens. Petite phrase intéressante, en passant, « J'aime quand ils se mettent deux baffes en public, comme ça, ils sont obligés de s'expliquer » : allusion à “l'altercation” entre Vieira et Evra au sortir du calamiteux France-Pays Bas (1-4) de l'Euro 2008 ? Les deux intéressés et la cellule com' des Bleus avaient nié “l'incident”. Mais, bref ! Passons... Ce qui compte, c'est la réaction disciplinaire que préconise le coach de France.

Ray-la-menace

Et là, les choses sont à peu près claires : « Vous êtes au service de l'Equipe de France et si vous n'en êtes pas capables, stop ! » Le “stop” voudrait apparemment dire “être viré de l'équipe de France”. “Fusillé” ? Ray déclare en effet que la liste des 23 sera publiée le 11 mai, et que celle définitive transmise à la FIFA le sera le 1er juin : entre ces deux dates, un joueur (ou plusieurs !) qui aurait un mauvais comportement pourrait être écarté du groupe. « Je leur ai déjà dit, je peux le redire, insister. Mais, à un moment, il faut agir... » . On retrouve en fait ici la teneur des propos tenus dans une interview à la FIFA, le 15 mars dernier, quand il plaçait les joueurs face à leurs responsabilités : « Jusqu'à présent, c'est moi qui ai été la cible des critiques plutôt qu'eux ! Mais la Coupe du Monde leur appartiendra, ce sont eux qui seront sur le devant de la scène. Moi, je vais leur rendre les clés quand la compétition va commencer. Avant, je vais tout faire pour les protéger, les préparer au mieux à cet évènement, mais après c'est entre leurs mains » . Dont acte. On verra bien l'impact réel de ces déclarations et de cette volonté de resserrer les boulons.

En tout cas, on sent bien que pour sa dernière compétition internationale, Ray n'a pas trop envie de subir les mauvaises ondes et son énergie apparente de vouloir tailler dans le vif une bonne fois pour toutes. Sauf que les problèmes sont nombreux : le “conflit d'expérience” (Ray réfute les termes de “conflit de générations” qui ont fait irruption au cours de l'Euro 2008 et qui semblent persister), les revendications de Ribéry en lieu et place de Henry dans le couloir gauche (c'est pas nouveau... mais c'est pas tranché !), les éventuelles jalousies de certains vis-à-vis de la médiatisation chez les Bleus de Yoann Gourcuff (Ray refuse catégoriquement de répondre à la question !) et enfin, les récents propos critiques d'Anelka sur le jeu, trop déficient, notamment face à l'Espagne (réponse cinglante : « Anelka s'est peut-être oublié dans son analyse, mais ce n'est pas grave » ). On le voit, les multiples foyers d'incendie peuvent foutre le feu aux chalets de Tignes au stage du printemps prochain... Bah, du moment que ça ne crame pas à Clairefontaine.


Titi 1er

Pour le reste, du classique. « J'ai toujours confiance dans les grands joueurs, et “Titi” est un grand joueur » , et puis « Le capitaine de l'Equipe de France, c'est Titi. Le dernier capitaine, c'était lui » ... Pas besoin de faire un dessin pour les naïfs : malgré son statut de remplaçant et ses bouts de matchs de plus en plus espacés au Barça, Thierry Henry sera bien du voyage, et très bien placé pour être titulaire. C'est acté. Problème... On avait cru comprendre que seuls seraient retenus tous ceux qui joueraient régulièrement en club. Ce n'est pas le cas de Titi. Réponse de Ray : « Il a un mois pour être en forme. Il y a une seule règle, je le répète : le joueur qui ne sera pas apte le 18 mai, je ne le garde pas » La règle a donc changé pour Titi : du moment qu'il n'est pas sur des béquilles, il est déclaré apte d'office. Voilà qui va rendre jaloux Pat Vieira (qui au passage s'est auto-sélectionné en direct sur Canal +) : Patrick marche debout, sans canne, donc ça devrait être bon ! Mais, sur le cas Vieira, Ray est plus évasif : « Il évolue, il progresse. Je l'ai vu bon, récemment, dans la gestion du ballon » . Si la liste devait être rendue aujourd'hui, Ray déclare que Vieira serait en Bleu.... Mais, bon, faut attendre, faudrait voir à voir : « La liste est le 11 mai, mais on n'est pas le 11 mai » . Ah, bon ? Mais, on croyait qu'il fallait être apte le 18 mai ! ! ! Huuum...

Sinon Ray semble toujours autant amoureux de Julien Escudé : « C'est un bon joueur. Il n'a pas eu de chance contre la Roumanie (1-1), mais dans la gestion du ballon, dans la distribution, c'est un très, très bon joueur » . Totalement d'accord avec Ray : Julien n'a jamais de chance. Contre l'Espagne, il a été aussi en dessous du dessous, mais c'est la poisse. Faut juste attendre que la chance revienne... Enfin, Ray ne s'emballe pas trop sur le cas Malouda, pourtant objectivement l'un des tout meilleurs mondiaux à son poste, actuellement : « Il est en pleine forme (sic !). On a retrouvé le Flo de 2006. Maintenant, mon problème, c'est du 11 juin au 11 juillet ! Le reste, ce qu'on peut dire avant » , et puis : « Maintenant, il est bon. Il me donne une option, un choix, un problème (sic) » . On connaît beaucoup de sélectionneurs qui aimeraient avoir un “problème” comme Malouda...

Voilà. Si Ray Strange parle souvent « du 11 juin au 11 juillet » (jour de la finale), il ne nous donne pas non plus « rendez-vous au 9 juillet » , comme en 2006. Donc confirmation de son interview du 15 mars à la FIFA : les Bleus ne sont pas favoris pour le Mondial en juin. Même en pointant un fusil sur eux ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

ça sent malheureusement franchement le roussi pour le "problème" Malouda !!! En même temps, pourquoi sélectionner notre actuel meilleur joueur ? Il risquerait de nous éviter le ridicule...
Quant à Henry, si il est bon au footing et qu'il fait des bonnes accélérations dans les exercices pendant la prépa des bleus, il sera retenu (et sûrement titulaire). Nous voilà rassurés.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Madrid et les garçons
0 1