Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Valence/Schalke 04 (1-1)

Raul se fait Valence

L'an dernier, la Ligue des champions fut, en partie, celle des ex merengue, Robben et Sneijder. Ce huitième de finale entre Valence et Schalke s'est lui aussi teinté d'un parfum madrilène, avec un tableau d'affichage squatté par Raul et Soldado.

Modififié
Raul était attendu. Mais ce fut à un ex-Madrilène beaucoup moins légendaire et aux statistiques bien plus rêches de se mettre en évidence... dans un premier temps. Au terme d'un premier quart d'heure où Valence avait déjà posé les bases de sa domination, Aduriz envoyait Mathieu déborder et centrer comme un bolide pour Soldado qui coupait de manière incisive, d'un plat du pied en extension au premier poteau (17e). Moins de quinze minutes plus tard, le produit mis au rebut par le Real était tout près de s'offrir un doublé. Cette fois, l'ouverture venait de la droite, avec un centre de Miguel que Soldado reprenait de la tête, mais sans trouver le cadre.

A Valence, il y a des chemins tracés, des sentiers préférentiels. Les latéraux labourent tout leur couloir et les milieux savent, en cas d'embouteillage dans l'axe, qu'un appui fusera dans leur dos. Par leurs appels, Miguel et Mathieu contribuent aussi à dégager l'axe, pour que les milieux offensifs, Costa et Dominguez, présentent un péril alternatif au duo d'attaque Soldado-Aduriz, par leurs frappes. A la 36e minute, l'ex-Montpelliérain mettait ainsi en danger Neuer sur une fusée vicieuse envoyée des vingt mètres.

Dans cette première période largement valencienne (63% de possession de balle), Schalke n'existait que par intermittence, se montrant trop brouillon dans les vingt derniers mètres, avec un Huntelaar visiblement perturbé par ses onze derniers matches stériles. Jamais servi confortablement, Raul tâchait d'envoyer des ballons vicieux dans la surface, mais aucun de ses coéquipiers ne parvenait à les couper. La seule occasion véritable des Allemands procédait d'une tête en cloche de Kluge envoyée sur la barre (26e). Pourtant, avec son équipe largement portée vers l'avant, Valence laissait entrevoir des failles à exploiter dans son arrière-garde.

Accueilli chaleureusement à son arrivée à l'aéroport de Valence par ses admirateurs merengues, Raul essuya les sifflets de Mestalla toute la soirée, conspué sur chacune de ses touches de balle. Et c'est avec un faciès rageur qu'il célébrait son 69e but en Ligue des Champions (64e minute), et son 17e face à Valence, inscrit après un premier quart d'heure de deuxième période où les Ché avaient manqué de réalisme. Lancé par son compatriote Jurado dans la surface, Raul prenait quelques centièmes de seconde à son garde du corps en s'emmenant le ballon sur la droite pour mieux croiser sa frappe dans le petit filet. Un but... à la Raul. La force de l'intelligence.


Perturbé par une égalisation qui venait d'à peu près nulle part, Valence perdait alors le fil du match. Unai Emery faisait entrer conjointement Vicente pour Banega et Joaquin pour « El Chori » Dominguez, mais à l'effet attendu d'un gain en explosivité de son secteur offensif, c'est le désordre qui l'emportait. Privé de Ligue des Champions depuis deux ans, Valence manquait manifestement de tranquillité pour savoir gérer le premier contre-temps venu. Schalke était même tout près de réaliser le parfait hold-up dans les arrêts de jeu. Sur son premier ballon, le Chinois Hao, qui venait de remplacer Huntelaar, plaçait une frappe que Guaita allait chercher au ras de son poteau. Mission accomplie pour Schalke. Merci Raul.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
Donetsk, l'autre Brésil