1. // Rétro
  2. // 10 ans de foot par SO FOOT
  3. // Joueur de l'année 2002/2003

Raúl, la gauche dorée

C'est l'histoire du mec qui a foutu Emilio Butragueño sur le banc du Real Madrid. Un mec qui affiche le plus grand nombre de buts et de matchs sous la tunique blanche, mais aucun Ballon d'or. En 2002-2003, l'Espagnol est au sommet, alors que son corps lui fait des misères. Retour sur une saison au paradis.

Modififié
2k 110
À l'occasion du 10e anniversaire de So Foot, SoFoot.com revient, en juillet-août, sur une décennie de football. On commence avec 2002/2003, année de naissance de So Foot, mais pas que...

Un pied gauche. Un bisou sur son alliance quand il claque un caramel. Un numéro 7 immortel, floqué sur un maillot blanc immaculé. Lui, c'est Raùl. En 2002, l'attaquant espagnol du Real Madrid a 25 ans et toutes ses dents. C'est déjà un monstre sacré et une figure de proue d'Adidas. Triple vainqueur de la Ligue des champions (1998, 2000 et 2002), il entame cette saison au Real des Galactiques avec l'envie de faire le back-to-back. Ce que personne n'a jamais fait depuis le grand Milan de Sacchi entre 1989 et 1990. Histoire de mettre en avant le gaucher, les dirigeants madrilènes braquent Ronaldo à l'Inter Milan. Avec Zidane et Figo, le Real possède un quatuor offensif exceptionnel. Personne ne peut se vanter d'avoir aussi bien sur le continent. Un carré d'as qui permet à Raùl de brandir très tôt dans la saison l'un des rares trophées qui lui manquait : la Supercoupe d'Europe contre le Feyenoord (3-1).

On se dit que cette armada va tout casser sur son chemin. Sauf que le loustic se blesse très vite et va mettre deux mois à revenir. Le seul point noir d'une saison record, puisqu'il va enquiller les buts, devenant ainsi le quatrième meilleur buteur de l'histoire du Real - devant Hugo Sánchez (207), mais devancé par Ferenc Puskás (236), Carlos Santillana (290) et Alfredo Di Stéfano(307) - et meilleur buteur de l'équipe d'Espagne au cours de cette saison. Une Roja dont il est d'ailleurs devenu le capitaine durant l'été. Bref, tout baigne pour le numéro 7 madrilène. Tout, sauf la domination prévue sur la scène européenne. Parce qu'en Espagne, la Liga est validée en dépit du parcours exceptionnel de la Real Sociedad (deux points d'avance au final). Raùl y va de ses 16 buts en 31 matchs. Pépère.

La C1, le seul regret


Sur la scène européenne, il fait le boulot avec neuf caramels en douze matchs. Son Real joue foutrement bien. Ça combine dans tous les sens et les types donnent du kiff à toute l'Europe. Avec Zizou et Figo à la baguette et la doublette Ronaldo-Raùl à la finition, c'est jouissif. Raùl le sait et il savoure. On retiendra notamment son doublé contre le futur vainqueur, l'AC Milan, en phase de poules, mais également la manière qu'il a de détruire Manchester United en quart de finale aller (3-1, doublé). Ce soir-là, il livre une partie de patron. À 25 ans. Au printemps, alors qu'il se remet d'une opération de l'appendice, l'Espagnol est sans doute le meilleur attaquant d'Europe. Loin devant Thierry Henry et Sheva. En demi-finale, le Real tire la Juventus Turin de Pavel Nedvěd, pas encore promis au Ballon d'or. La double confrontation tourne court et le Real dit adieu à son rêve de dixième coupe aux grandes oreilles. Six mois plus tard, l'Espagnol est l'éternel oublié du Ballon d'or, puisqu'il ne termine même pas dans les cinq premiers. On s'en fout.

En 2002, Raùl est capitaine du Real et de l'Espagne à la fois. Ça vaut toutes les dorures du monde. Il devient même papa pour la seconde fois. Une histoire de but inscrit, encore. Alors même s'il restera un mythe de l'ombre (à l'instar d'un Totti, d'un Giggs ou d'un Lineker), l'Espagnol aura tutoyé l'Europe pendant très longtemps. Aujourd'hui encore, il demeure le meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions. Une compétition qu'il avait découverte à 17 ans. À cette époque, Zamorano était la star du Real. Raùl, un petit merdeux prétentieux. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Et tant mieux.

Son but face au Milan :
Youtube


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Booyaka95 Niveau : CFA2
Raul, l'attaquant le plus surcôté du monde à son époque. Pas rapide, pas technique, frappe de poussin, mais il faut reconnaitre son excellent sens du placement. Il a malgré tout marqué des buts légendaires comme à old trafford. Mais le Madrid des galácticos aura eu raison de lui.
Putain dans la vidéo ya pas que le but qui est beau, l'enchainement de Zizou est pas mal non plus ! :O
Note : 1
"Il devient même papa pour la seconde fois. Une histoire de but inscrit, encore."

Hm, savoureux.
El eterno capitan! El 7 de España!
Je pense que son bisou sur l'alliance reste la célébration la plus classe du monde
Message posté par Booyaka95
Raul, l'attaquant le plus surcôté du monde à son époque. Pas rapide, pas technique, frappe de poussin, mais il faut reconnaitre son excellent sens du placement. Il a malgré tout marqué des buts légendaires comme à old trafford. Mais le Madrid des galácticos aura eu raison de lui.


Raul surcoté. Ah ouais quand même...
Message posté par Booyaka95
Raul, l'attaquant le plus surcôté du monde à son époque. Pas rapide, pas technique, frappe de poussin, mais il faut reconnaitre son excellent sens du placement. Il a malgré tout marqué des buts légendaires comme à old trafford. Mais le Madrid des galácticos aura eu raison de lui.


Il était pas surcôté, mais dans un jeu vidéo, oui. Il joue au football avec un tel régal et une classe naturel qu'il était un attaquant exceptionnel.
Un sale caractère mais un joueur et un professionnel incroyable. Il met tout le monde d'accord. Même les supporters du barca :) .
Message posté par Booyaka95
Raul, l'attaquant le plus surcôté du monde à son époque. Pas rapide, pas technique, frappe de poussin, mais il faut reconnaitre son excellent sens du placement. Il a malgré tout marqué des buts légendaires comme à old trafford. Mais le Madrid des galácticos aura eu raison de lui.


Donc le mec a marqué 323 buts pour le Real juste grâce à son sens du placement ??
Booyaka95 Niveau : CFA2
La vidéo est l'exemple type du but châtteux à la Raul. Grosse action d'un coéquipier hors norme (Zizou sur ce coup), contrôle du genoux bien pourrave et grosse chatte car le ballon part dans sa course et il marque. À la même époque, Ronaldo, le gros, driblait tout le terrain et marquait contre Compostelle un vrai but de crack. J'ai jamais vu Raul dribbler puis marquer. Et j'ai vécu 10 ans à Madrid. Donc je maintiens, gros sens du but et du placement, grosse chatte... et pi c'est tout.
Lorenzaccio Niveau : DHR
CR7 et Messi on peut-être remis à la mode le style de l'attaquant qui te drible 5 défenseurs avant d'aller marquer mais c'est une caractéristiques quand même assez rares, sutout à l'époque. A part Ronaldo et Bergkamp aucun des grands attaquants de l'époque (Vieri, Batistuta, Trezeguet, van Nistelrooy, Kluivert, Henry, Crespo, Elber...) n'avait la capacité de perforer une défense à lui seul ...
Message posté par Booyaka95
La vidéo est l'exemple type du but châtteux à la Raul. Grosse action d'un coéquipier hors norme (Zizou sur ce coup), contrôle du genoux bien pourrave et grosse chatte car le ballon part dans sa course et il marque. À la même époque, Ronaldo, le gros, driblait tout le terrain et marquait contre Compostelle un vrai but de crack. J'ai jamais vu Raul dribbler puis marquer. Et j'ai vécu 10 ans à Madrid. Donc je maintiens, gros sens du but et du placement, grosse chatte... et pi c'est tout.


Tiens, mate le deuxième but de Raul à la minute 2:20 de cette vidéo.

http://www.youtube.com/watch?v=caQoR9-oAGQ

Il avait 19 ans.
ChauveSouris Niveau : Loisir
Ah c'est malin je vais devoir me re-re-regarder toutes les vidéos de Zidane au Real.
Note : 2
Message posté par Booyaka95
La vidéo est l'exemple type du but châtteux à la Raul. Grosse action d'un coéquipier hors norme (Zizou sur ce coup), contrôle du genoux bien pourrave et grosse chatte car le ballon part dans sa course et il marque. À la même époque, Ronaldo, le gros, driblait tout le terrain et marquait contre Compostelle un vrai but de crack. J'ai jamais vu Raul dribbler puis marquer. Et j'ai vécu 10 ans à Madrid. Donc je maintiens, gros sens du but et du placement, grosse chatte... et pi c'est tout.


Wow, super, tu compares Raul, le renard au placement et à l'anticipation au top, bon des 2 pieds, bon de la tête, ultra complet et régulier, et Ronaldo (d'ailleurs même pas Gronaldo du Real Madrid, mais celui du Barça et de l'Inter avant sa 1ère blessure au genou), LE phénomène capable de dribbler une défense à lui tout seul quand il veut... C'est pas vraiment le même type d'attaquant hein.

Les stats et la carrière de Raul dans son ensemble parlent pour lui. Même après son départ du Real (à un âge avancé) il a montré de belles choses à Schalke. Il est de la classe des grands, peut-être pas des TRES grands, de ceux qui font rêver toute une génération, mais il en est pas loin. Et surtout, vient le chercher en LdC...

A t'entendre, on croirait que ce cher Pipo Inzaghi n'est aussi qu'une imposture...
Booyaka95 Niveau : CFA2
C'est marrant, pour moi Raul est un clône de Pippo. Moins de hors-jeux, certes, mais dans le même genre. Bon des 2 pieds? Je ne suis pas d'accord, Raul n'avait qu'un pied gauche. Grosse frappe? Certainement pas, hors de la surface il tentait trop souvent sa vaselina et n'a jamais dégommé une lucarne de sa vie à part sur quelques volées bien châtteuses, et encore. Bon de la tête? Son placement lui a permis d'en marquer quelques un mais il avait une détente bien faible. Dribble? Proche du niveau de Beckham, c'est dire. Non, pour moi ce mec devait être le fils caché de Lorenzo Sanz et beaucoup disaient à l'époque que ce joueur devait être titulaire par décret royal. Il a d'ailleurs fait la misère à Anelka quand celui-ci a débarqué au Real. Bon, pour ça on lui en voudra pas.
Raul surcoté...Merci pour ce grand moment les enfants.
bobobo-bo bo-bobo Niveau : District
Raul une imposture ? Mais bien sûr ... Le brésilien Savio à la même époque, ça c'est de l'imposture.
Raul qui dribble pas ? Et son but décisif contre le Vasco de Gama en 98 c'est du poulet? Et les coups du sombrero en liga contre le deportivo en 2002 ?
Un gaucher qui marque du droit en finale de ligue des champions, je dis respect.


Ah oui et "Aura Côtoyer", si les journalistes sont nuls en conjugaison, alors où va le monde ?
Vous parlez du numéro de Zidane sur le but de la vidéo... Il me semble que c'est Roberto Carlos.
bobobo-bo bo-bobo Niveau : District
Ah, ça fait plaisir de voir que les commentaires sont lus...
Et plouf, "Aura Côtoyé"...
Coach Mouzone Niveau : CFA
Note : 4
Message posté par Booyaka95
Raul, l'attaquant le plus surcôté du monde à son époque. Pas rapide, pas technique, frappe de poussin, mais il faut reconnaitre son excellent sens du placement. Il a malgré tout marqué des buts légendaires comme à old trafford. Mais le Madrid des galácticos aura eu raison de lui.


Raul pas technique ? Ce n'était pas un grand dribbleur mais techniquement il était très à l'aise.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 110